lundi 24 avril 2017

C'était la semaine où... (#16)




...pour une fois, c'était chouette de ne pas faire 7h de train à côté de quelqu'un qui avait un chien/puait la clope/puait tout court/passait son temps à renifler sans se moucher/envahissait benoîtement mon espace personnel. 
...j'ai poussé un soupir de soulagement encore plus grand que d'habitude en constatant que la résidence n'avait pas brûlé en mon absence, qu'il n'y avait pas eu de dégâts des eaux et que je n'avais pas dans mon courrier la moindre injonction de payer, avec des majorations de retard, un truc pour lequel je n'avais jamais reçu d'appel de paiement initial et dont je n'étais de toute façon pas redevable (mes démêlés avec le Trésor Public au sujet de la taxe pro ont duré des années et m'ont traumatisée à vie).
...Gentil Généraliste a confirmé mon hypothèse haute: d'après ma description, mes gros vertiges du mois dernier étaient très vraisemblablement dus à la formation d'un cristal dans mon oreille gauche. Impressionnant et pénible mais tout à fait bénin, donc.
...comme je lui disais que j'allais le libérer pour ses autres patients, il m'a répliqué: "Ne vous pressez pas, je suis toujours heureux de discuter avec vous". J'adore cet homme, et je vais pleurer quand il prendra - bientôt, sans doute - une retraite amplement méritée.
...ma première prise de sang de l'année a confirmé que ma ferritine était remontée à un niveau très acceptable (grâce à la cure de fer végétal d'un mois terminée une semaine avant?). Mon TCMH reste un peu trop bas, mais je survivrai probablement.
...j'ai découvert avec tristesse que mon deuxième arbre préféré, celui qui faisait des fleurs roses à chaque printemps devant l'ancienne école primaire, avait été abattu. Il ne me semblait pas malade et il ne gênait pas la circulation, alors, pourquoi? 
...on a goûté les pizzas napolitaines de Marco et compris pourquoi la recette figurait au patrimoine immatériel de l'Unesco. Les raviolis à la truffe que j'avais pris après n'étaient pas dégueu non plus. En plus, on a pu manger en terrasse pendant que les commerçants du marché remballaient leurs étals autour de nous. Le bonheur. 
...pendant le repas, je me suis tout à coup exclamée: "Oh, regarde, c'est Daniel Herrero!" en désignant un grand type à tignasse blanche et bandeau rouge qui passait dans la rue Paul Landrin. "Qui ça?" m'a demandé Chouchou, qui s'intéresse au sport encore moins que moi. 
...en essayant de nous évader de la salle Gang d'Alcatraz d'Adventure Provence Rooms, je me suis rendu compte que je ne savais pas où était Recife et que je plaçais Pyongyang dans le mauvais pays. Pas bravo pour ma nullité en géo. 
..."Bravo, y'a que vous qui êtes raisonnable" m'a félicitée le serveur du Chamo en posant trois énormes coupes de glace devant Chouchou, Gaby et Seb, et un Strawberry Daiquiri bourré d'alcool devant moi. Euh, définissez "raisonnable"? 
...j'ai failli ne jamais trouver mon nouveau bureau de vote: il y avait une adresse marquée sur ma carte d'électeur et une autre sur internet, aucun bâtiment visible à ces deux adresses sur Google Maps et seulement des immeubles d'habitation à l'endroit désigné par le plan de la ville. Heureusement qu'on a croisé dans la rue des gens qui en revenaient et qui ont pu nous indiquer le bon endroit. 
...sur place, parce qu'il était habillé tout en noir avec sa gueule de repris de justice et qu'il se tenait raide comme un piquet près de la sortie en attendant que je sorte de l'isoloir, tout le monde a pris Chouchou pour un vigile et l'a salué poliment en sortant. Non, en fait, c'est juste un Belge. 
...on a fait le marché du dimanche matin et rapporté le premier melon de la saison (bien mûr et sucré, mais un peu trop aqueux), des asperges vertes beaucoup moins chères qu'à Bruxelles, deux sublimes saucissons aux cèpes et aux noisettes et une délicieuse tartinade d'artichauts. 
...j'ai traité mon courrier en souffrance et fait ma déclaration de revenus 2016 à l'Agessa. Journée de merde pour journée de merde, autant qu'elle soit productive!
...je n'ai pas sauté de joie à l'annonce du résultat du premier tour, mais je me suis dit que ça aurait pu être pire. Je comprends mes nombreux amis qui s'abstiendront ou voteront blanc dans 15 jours, et je respecte leur choix. Moi, ça me fera encore plus mal qu'avec Chirac en 2002, mais je voterai Macron. Pour préserver l'Europe d'une part, et protéger les cibles traditionnelles du FN d'autre part. 

Avez-vous participé au concours pour gagner une bédé sur mon blog lecture? Vous avez jusqu'à demain soir!

8 commentaires:

Michèle a dit…

Vous avez quelque chose contre les chiens ? au point de les mettre dans le même sac que quelqu'un qui pue la clope ou qui pue tout court .... un peu décevant comme attitude.

ARMALITE a dit…

Dans un train pendant un long trajet, un chien prend de la place dans un espace déjà fort exigu et va forcément bouger dans mes jambes parce qu'il ne peut pas faire autrement. Oui, ça me gêne. Et de manière générale, non, je n'aime pas les chiens. J'ai le droit?

Michèle a dit…

Vous avez tout à fait le droit de ne pas les aimer. C'est l'amalgame qui m'a fait sursauter ... et je ne vous voyais pas comme ça, c'est tout.

mmarie a dit…

Chouchou en vigile ou presque : l'image m'a fait rigoler.
Et un long trajet aux côtés d'un chien - fût-il "gentil, ne vous inquiétez pas", ou "tellement mignon" ou que sais-je - ne m'emballe pas plus que toi. C'est monstrueux ? scandaleux ? peut-être.
Soudain je repense à un cas de manspreading spectaculaire dont j'ai été non seulement témoin mais victime (ça va, j'ai survécu) non dans le métro mais en classe éco sur un vol de 11h et quelque. Yeap. Et se fâcher avec quelqu'un qui va être votre voisin très proche pendant aussi longtemps n'est pas une bonne idée. Pas même une option, à vrai dire. Hum.

Miss Zen a dit…

J'adore les chiens, les chats et les chevaux . J'ai eu les trois et parfois en même temps mais dans les transports non MERCI ! Souvenir atroce d' un voyage avec ma tante et les flatulences de son chien :-)
Sinon super déçue des résultats des élections mais oui ça aurait pu être pire ..... mais je ne suis pas aussi certaine de la victoire de Macron au deuxième tour, ces votes blancs m'inquiètent énormément....

Blandine a dit…

J'ai beaucoup rigolé pour le vigile moi aussi !

Laurence a dit…

"En même temps", le pauvre chien paie sa place fort cher (50% d'un billet adulte en seconde classe sur le trajet en question s'il pèse plus de 7 kg). Et malgré tout il peut se trouver délogé car les autres voyageurs sont en droit de demander qu'il quitte le wagon. Le contrôleur du train doit alors se mettre en quête d'un wagon dont les occupants accepteront l'ami à 4 pattes (qui, plus est, doit être muselé). À défaut, l'animal et son maître finissent dans le sas entre deux wagons.
Donc, dans tout çà, la faute ne revient-elle pas à la compagnie de transport qui se fait des sous sur le dos des animaux et ne prévoit pas l'accueil adéquat ?

ARMALITE a dit…

Laurence: oh moi tu sais, quand il s'agit de dire du mal de la SNCF, je suis toujours partante :-D