dimanche 22 janvier 2017

La rage et l'espoir



Y'en a au moins une qui s'est éclatée cette semaine, c'est la culture du viol. 

Une cliente Orange à qui un technicien récemment passé chez elle avait envoyé un texto pour la draguouiller s'est plainte auprès de la direction de la boîte. Levée de boucliers sur internet: cette connasse risquait de faire perdre son emploi à un pauvre type qui avait juste tenté sa chance gentiment. C'est bien triste qu'un homme ne puisse même plus adresser la parole à une femme sans se faire accuser de harcèlement. Clairement, la dénommée Buffy Mars a surréagi. 

Je veux bien croire à la bonne foi des messieurs qui ont protesté en ces termes, bien croire que la plupart d'entre eux sont des "mecs bien" qui jamais ne feraient de mal à une femme. Sauf que. Ils n'ont aucune idée de ce que c'est de grandir bombardée d'injonctions à ne pas s'habiller de façon trop provocante, à ne pas traîner seule trop tard le soir, à ne pas boire trop d'alcool au cas où. Aucune idée de ce que ça fait de toujours se sentir une proie pour la seule raison qu'on possède un vagin. Ils ne mesurent pas l'effarante injustice qu'il y a à toujours mettre en cause la parole de l'agressée, toujours penser que quand même, avec une jupe aussi courte, un rouge à lèvre aussi rouge et une demi-douzaine de whisky-Coca au compteur, elle l'a un peu cherché. Le viol et le harcèlement sexuel sont les seuls crimes pour lesquels c'est toujours la victime qui est présumée coupable et le vrai coupable rarement et toujours trop légèrement puni. 

Parfois même, on lui confie la présidence des César. 

Arguments des "mecs bien" qui ne voient pas trop où est le problème: "La fille faisait beaucoup plus mûre que son âge et posait pour des photos de lingerie". Quel que ce soit l'âge d'une femme, quel que soit son métier, ce n'est jamais acceptable de la droguer pour la sodomiser. "Elle a elle-même pardonné et souhaité qu'on ne parle plus de cette affaire." Elle a le droit de vouloir qu'on lui fiche la paix. Ca reste quand même un viol. "Vous mélangez tout; Polanski est un cinéaste de talent et c'est pour ses mérites professionnels qu'on le distingue là." Aucun mérite professionnel au monde ne devrait éclipser le fait qu'un homme est un violeur. La compétence n'est pas une excuse au crime. En faisant passer une agression sexuelle derrière la qualité d'une poignée de films, on envoie clairement le message que la moitié de l'humanité peut être impunément méprisée et violentée, surtout si c'est par un homme blanc et riche (mais pas que - voir l'affaire Bill Cosby). Ce qui permet à la plus grande puissance mondiale d'élire à sa tête un type qui trouve sa propre fille fort baisable et affirme que les femmes, il faut les attraper par la chatte. C'est loin d'être le seul problème avec Donald Trump, mais c'est un problème qui à lui seul aurait dû empêcher son élection si la culture du viol n'était pas à ce point prégnante dans nos sociétés que 53% des femmes blanches ont voté pour lui. 

Heureusement, toutes les femmes ne sont pas à ce point endoctrinées et résignées. Hier, 2,9 millions d'entre elles ont marché pour l'égalité hommes/femmes, pour la préservation du droit à l'avortement, pour que tout le monde soit traité de la même façon quel que soit son genre, son origine ethnique et ses préférences sexuelles. Pour une société sans discrimination et sans haine. J'ai regardé un bout de la manifestation de Washington en direct: le discours de Michael Moore, l'impressionnant beat d'Ashley Judd, l'intervention d'America Ferrara. J'ai vu fleurir sur mon fil Twitter des photos d'autres marches un peu partout dans le monde: toutes les célébrités que je suis sont allées défiler avec les bonnets roses, depuis Jillian Michaels jusqu'à Elizabeth Gilbert en passant par Emma Watson, Pénélope Bagieu et Claire North. Et il n'y a eu aucun débordement, aucune casse, aucune violence. Juste des gens paisibles mais férocement déterminés à revendiquer leurs droits et à résister à l'Empire. 

Ce qu'il va falloir continuer à faire pendant chaque jour des 4 années à venir. Mais après la dépression noire de vendredi, hier, j'ai entrevu une lueur d'espoir. 

6 commentaires:

Katell a dit…

Polanski, président des César, je n'arrive toujours pas à m'en remettre. Je n'ai pour l'instant entendu aucune réaction des "professionnels de la profession" (y'en a peut-être eu), j'aurais aimé...

Je recommande l'article de Caro (http://www.penseesbycaro.fr/2017/01/polanski-president-des-cesars-vive-la-grande-famille-du-cinema/) et je suis ravie de voir que mes deux blogueuses préférées vont dans le même sens à ce sujet.

Anne-Sophie a dit…

N'oublions pas ce cher Finkielkraut, qui estime qu'à 13 ans on n'est pas une enfant, et donc que ça justifie un viol j'imagine. Le mot pédophilie fait peur donc essayons de contourner ça en supprimant même le fait que cette enfant... En était une, comme ça on peut justifier un crime tranquillement.

Roulio a dit…

Merci Armalite pour ton article, je suis tout comme toi écoeurée et le mot est faible...
Je te mets le lien de la pétition qui circule en ce moment et qui demande la destitution de Polanski de la présidence des Césars, peut être que ça fera bouger les choses, qui sait,avec un peu d'espoir...

https://www.change.org/p/pour-la-destitution-de-roman-polanski-comme-pr%C3%A9sident-des-c%C3%A9sar-boycottc%C3%A9sar?recruiter=502238735&utm_source=share_petition&utm_medium=copylink

Je t'embrasse, merci pour la qualité de tes écrits, quels qu'ils soient...

Katell a dit…

Pour info, Polanski renonce à présider la cérémonie des César.

ARMALITE a dit…

Oui j'ai vu ça en me levant ce matin.

Célestine ☆ a dit…

Je plussoie !
¸¸.•*¨*• ☆