jeudi 1 septembre 2016

It is what it is



Dans la vie, il y a les choses qui font râler mais qu'on peut nourrir l'espoir d'améliorer un jour. Et puis il y a les choses sur lesquelles on n'a aucune prise, de sorte que s'énerver contre elles représente juste une perte de temps et d'énergie, et qu'il vaut mieux les accepter avec fatalisme. Petite liste personnelle:

♠︎ Les retards presque systématiques de la SNCF
♠︎ Les excuses foireuses aux retards presque systématiques de la SNCF
♠︎ La hausse ahurissante des tarifs de la SNCF
♠︎ Le refus de la SNCF de vendre sur internet des e-billets ou des billets imprimables chez soi, quelques jours avant la date du départ sur un trajet international - au moment et dans les conditions où ce serait le plus pratique, donc, alors que le reste du temps, ils savent très bien émettre ce type de titre de transport
(On sent qu'il y a un gros gros contentieux entre moi et la SNCF?)
♠︎ La météo belge
(Pester contre la pluie et la grisaille ne m'a jamais permis d'invoquer le plus petit rayon de soleil. Le monde est tout de même mal fait.)
♠︎ La distraction de Chouchou
(Respirer un grand coup. Se dire qu'il ne fait pas exprès et qu'il est généralement le plus embêté de nous deux.)
♠︎ L'humidité dans notre appartement
(A moins de déménager, pas d'autre solution que d'aérer au maximum et de frotter régulièrement au vinaigre blanc les petites moisissures qui se forment sur les murs et les vitres.)
♠︎ Les facteurs qui laissent un avis de passage dans ma boîte sans même sonner, alors que je suis à la maison
(Peut-être que ce sont des tire-au-flanc. Peut-être aussi qu'il y a dans l'organisation de leur travail un problème indépendant d'eux qui les empêche d'emporter tous les colis dans chaque tournée, ou qui les oblige à se dépêcher au point de vouloir gratter les 30 secondes qu'il me faudrait pour descendre mes deux étages, ou que sais-je encore.)
♠︎ Ma mère
(Longtemps vexée de ne pas réussir à trouver les mots magiques qui la feraient renoncer à son attitude de perpétuelle victime impuissante, j'ai suite à nos dernières engueulades fini par accepter qu'à son âge, elle ne changerait plus. Maintenant, quand elle me dit au téléphone "Personne ne peut imaginer la souffrance que c'est d'être moi", je réponds "Mmmh" et je réoriente la conversation vers un sujet neutre, genre ses plants de tomates.)

Depuis quelques mois "It is what it is" (en gros "Les choses sont ce qu'elles sont") est devenu mon mantra quand je sens monter l'énervement face une situation dont l'issue ne dépend pas de moi. J'aurais aussi pu choisir: "S'il n'y a pas de solution, il n'y a pas de problème", mais ça claque un peu moins!

8 commentaires:

Jeanne Blue a dit…

Ou...aimer ce qui est. Mais ça fait un peu post-soixantehuitard!

ARMALITE a dit…

Euh, aimer, j'en suis pas là. Juste accepter, c'est déjà bien!

Laura a dit…

Tu changes SNCF en SNCB et on a quasiment la même liste ;-)
Depuis un an et demi maintenant, j'accepte. Et ça fait un bien fou !
Par contre, je dois encore trouver le moyen d'accepter que les gens pestent à voix haute dans les trains parce que "ah ben voilà on a déjà 5 minutes de retard" :D

Georgia a dit…

J'aime beaucoup ce mantra. :-)

Mlle Funambuline a dit…

Acheter un déshumidificateur silencieux, ça existe, pourrait en régler un.

Et les couvercles de yaourts dans les poches de jeans, avoue que ça a un potentiel comique certain 😂

Madeleine Miranda a dit…

Une de mes expressions préférées, que j'utilise souvent! Un très bon mantra :)

Cécile de Brest a dit…

En effet un déshumidificateur pourrait régler ton problème. Il en existe de toutes sortes, des gros, des petits, des sur roulettes, bref, tu n'as que l'embarras du choix !

Lylou a dit…

Je pense que parfois il faut juste accepter les événements tels qu'ils se présentent et ne pas trop se poser de questions ;-)