samedi 23 juillet 2016

"Stranger things"


Je ne suis pas ce qu'on appelle un bon public. Je râle contre le déjà vu et revu, les incohérences du scénario, les fins prévisibles, les morales faciles et les propos creux. Je suis incapable d'apprécier un film "juste pour le fun". Et j'ai du coup une culture cinématographique assez misérable. Par exemple, je n'ai vu quasiment aucun des grands films fantastiques des années 80. "E.T.", "Les Goonies", "Poltergeist", "Les griffes de la nuit", "Carrie", "Prédateur"... Je sais de quoi ils parlent, et ça s'arrête là. Quelles étaient donc les chances pour que j'apprécie une série télé dont l'argumentaire principal est de compiler les éléments les plus marquants des films en question? Nulles, ou presque. Mais depuis sa sortie en bloc sur Netflix le 15 juillet, tout mon entourage s'enthousiasmait pour "Stranger things", et nous n'avons pas grand-chose à nous mettre sous la dent en ce moment, alors je me suis dit que peut-être, sur le facteur nostalgie, ça avait une chance de fonctionner. 

Et ça a fait mieux que fonctionner: ça m'a complètement emballée. Peut-être parce que dès la scène de pré-générique du pilote, les jeunes héros, qui ont pile le même âge que moi en 1983, jouent à Donjons & Dragons qui va servir de référentiel pendant toute la série - ce qui a très fort facilité mon identification. Peut-être parce que les personnages sont tous hyper-attachants et les acteurs fantastiques de bout en bout (même si je trouve que Winona Ryder en fait un poil trop dans le registre de la mère hystérique de l'enfant disparu). Peut-être grâce à la bande-son qui m'a très efficacement renvoyée à mon adolescence. Peut-être parce que, même archi-convenue, l'histoire est sacrément bien troussée, et le rythme dosé juste comme il faut pour qu'on ne s'ennuie pas. Peut-être parce que j'ai eu l'impression d'être dans un roman de Stephen King correctement adapté à l'écran, pour une fois. Bref, j'en suis la première surprise, mais j'ai adoré "Stranger things", la série fun de l'été. (8 épisodes de 45 mn, tous disponibles sur Netflix.)




2 commentaires:

Anonyme a dit…

Il nous reste deux épisodes avant la fin, c'est un vrai plaisir :) J'ai trouvé l'easter egg, mais notre God save the cream devra attendre notre retour car comme à chaque départ en vacances, on aurait besoin d'au moins 48h00 de plus pour être sûres d'être prêtes...je t'écrirai sur ton adresse hotmail si ok pour toi!

ARMALITE a dit…

Oui pas de souci! Pour notre part, on rentre de vacances le 15 août.