mardi 10 mai 2016

Avant internet



Le film mythique de mon adolescence; j'ai dû le voir 3 fois rien qu'au cinéma

Ce mois-ci, entre autres objectifs, je me suis fixé de passer moins de temps devant un écran (essentiellement ordinateur et tablette dans mon cas). J'ai lu récemment que les rayons bleus émis par ces derniers favorisaient l'apparition de la DMLA - c'est-à-dire, la perte de la vision de près - dès la cinquantaine. J'ai 45 ans passés, et ne plus pouvoir lire est l'une de mes plus grandes trouilles dans la vie. Donc, j'ai résolu de m'arracher à mon MacBook quand je ne suis pas en train de travailler, de bloguer ou de faire quelque chose de vaguement utile. Ca tombe bien, parce qu'un autre de mes objectifs du mois est de faire radicalement baisser ma PAL. Mais je me suis rendu compte qu'hormis lire, je ne sais plus guère m'occuper sans une connexion internet. 

Pourtant, j'appartiens à une génération qui a grandi sans ça. J'ai acheté mon premier PC en 1994, à l'âge de 23 ans, pour l'unique raison que je commençais à bosser en free lance et que j'en avais besoin comme outil de travail. Et je n'ai découvert internet que deux ans plus tard. Donc, j'ai passé toute mon adolescence sans ordinateur, mais aussi sans vie sociale (ou presque), et rétrospectivement, je me demande bien ce que je pouvais foutre de mon temps libre, sachant que mes devoirs étaient très vite expédiés à la sortie de l'école. 

Je me souviens que je regardais pas mal la télé en fin d'après-midi et le mercredi - les premiers anime qui arrivaient en Europe, notamment, et qui m'ont donné envie d'apprendre le japonais un peu plus tard. J'étais déjà boulimique de lecture, mais je n'avais pas des tonnes de bouquins à disposition. J'écrivais dans mon journal (l'équivalent de mon blog d'aujourd'hui, lecteurs en moins). J'écoutais beaucoup de musique, chose que je ne fais plus du tout aujourd'hui: d'abord de la variété française et du rock, puis de la cold wave, du metal et du goth en vieillissant. Je prenais des cours de danse classique et de modern jazz, ce qui devenait assez chronophage dès le printemps avec la préparation du gala de fin d'année. Et vers 15 ans, je me suis mise aux jeux de rôles qui ont très vite occupé une place importante dans ma vie, puisque c'est grâce à eux que j'ai pu démarrer professionnellement dans la traduction quelques années plus tard. 

Finalement, il me semble que mes activités étaient plus variées qu'aujourd'hui - je sortais et bougeais davantage, je voyais plus de gens même si je n'avais pas d'amis proches. Internet m'a ouvert des portes fabuleuses et permis des dizaines de rencontres enrichissantes, mais il m'a aussi vissée à ma chaise en encourageant mon tempérament d'ours de maison. C'est d'ailleurs l'une des raisons pour lesquelles je refuse de prendre un smartphone: je n'ai pas besoin qu'on encourage mon addiction; les rares fois où je me traîne dans le Grand Dehors, je veux en profiter pleinement au lieu de rester le nez collé à un écran juste plus petit que celui que j'ai chez moi. 

Et vous - si vous avez grandi avant l'avènement d'internet, vous occupiez votre temps libre à quoi quand vous étiez plus jeune? Qu'est-ce que l'apparition d'internet a changé dans vos activités et votre mode de vie? 

11 commentaires:

Ness a dit…

Je rêvassais beaucoup (d'où mon goût, sûrement, pour les rêvasseries internet via Pinterest), souvent au grand air. Je faisais du vélo à toute vitesse sur les chemins de campagne. Je jouais avec mes chiens dans le jardin. Internet est arrivé avec ma vie en ville donc tout cela m'a échappé surtout en raison du contexte. Internet m'a apporté le fait de m'affirmer (premier blog d'écriture "litteraire"). Mais me vole aussi souvent le fait de choisir mon activité (couper tout ça et faire un truc consistant à la place :) ).

Pauline a dit…

J'ai connu Internet à mon arrivée au lycée en 1999 mais uniquement au CDI pour les recherches scolaires. J'ai pourtant eu mon premier ordinateur au début des années 90, avec Prince Of Persia sur disquette parce que mon père est technicien de maintenance informatique. J'étais interne et à la fac les connexions Internet se faisaient dans les salles d'informatique. Donc outre quelques autorisations exceptionnelles pour utiliser MSN le week-end avec mes copines, je lisais, bougeais, sortais, glandais devant la télé (un écran pour un autre). Je suis aussi issue d'une famille nombreuse, ce qui donne place à beaucoup d'activités variées plus ou moins plaisantes ! Finalement Internet donne plus de choix de découvertes, rencontres, loisirs que la télé ou la console tous simples.

Nairo a dit…

Je lisais énormément, je sortais avec mes amies notamment à la bibliothèque et avant le collège, je faisais du vélo. On jouait beaucoup aux jeux de société. Je dessinais et je rêvais souvent éveillée. Je fumais et buvais aussi... et ça, j'ai arrêté. Mais je suis dans la même réflexion, je suis beaucoup trop devant l'écran et je ne fais plus grand chose à côté...

Bettallumette a dit…

Oulah, j'ai pas connu beaucoup de temps "avant internet" ^^" j'ai commencé à passer beaucoup de temps sur internet quand j'avais 13 ans, avec MSN et tout le bazar...Sinon pour m'occuper je lisais énormément (ça n'a pas tellement changé ça), j'écrivais et je faisais à peu près des millions de sports (j'ai bien dû en pratiquer une dizaine en tout dans ma vie et je n'ai même pas vingt ans ^^). Enfin bref, bonne chance dans ta désinternetification (un truc que j'aime beaucoup faire quand mes études ne me forcent pas à rester vissée devant mon ordinateur, c'est aller me balader avec ou sans appareil photo et observer la ville, pas forcément dans les beaux endroits mais dans les endroits "moches", et chercher comment on pourrait trouver un intérêt esthétique à toute cette grisaille).

Zéphine (aka Malvi) a dit…

Même si j'ai eu accès à des ordinateurs très jeune (premier ordi à la maison auqnd j'avais 4 ans, et 5 ans plus tard ce même ordi, remplacé par plusieurs modèles plus récent, s'est retrouvé dans ma chambre. Je n'ai eu accès "facilement"à internet que lorsque je suis arrivee à l'Unif, en 2003. D'abord en salle informatique, puis l'année d'après dans mon kot.

Petite, je jouait beaucoup dehors avec mon frêre et mes voisins. On avait la chance d'habiter un petit village au milieux de la for6et, et on passait notre temps à constrire des cabanes à partir de vieilles planches et de bouts de ficelle à ballot récupérés dans les fermes avoisinantes.
Je passais aussi beaucoup de temps à lire (la visite à la bibliothèque locale chaque semaine n'a vit plus suffit puisque j'avais lu tous les livres disponibles pour ma tranche d'age) et à bricoler.
Je faisais de la danse, du judo et de la natation.

Mais surtout, je me souviens que je m'ennuyais parfois, chose qui ne m'arrive presque plus jamais maintenant! Je peux facilement me passer d'une connexion plusieurs jours d'affilés, et je ne pense pas être dépendante des réseaux sociaux (ok, j'avoue que j'attache de l'importance à mon compte instagram). Mais je n'imagine plus non plus me passer complêtement d'internet!

Anonyme a dit…

Je trouve que ma créativité a diminué, les activités extérieures aussi. C'est vrai qu'il y a un côté addictif. Bêtement avant, lorsque je devais attendre quelque part, je rêvais ou bouquinais, maintenant c'est le smartphone qui a tendance à venir en première option. Du coup, j'essaie de corriger le tir, je m'organise des moments de pures déconnexion. Musique, bouquin, momentS à l'extérieur, sport, et j'abandonne le smartphone pour profiter du moment.

Pascale a dit…

J'ai eu accès vers l'âge de 12/13 ans à l'ordi de mon père (l'Oric Atmos, qu'on branchait sur la télé et dont on chargeait les programmes avec un magnétophone à cassette!), qui en changeait régulièrement, jusqu'aux PC. Le premier que j'ai eu, c'était 10 ans plus tard, en fac, tous mes potes défilaient chez moi quand il y avait un truc à rendre "tapé" :-)
Première connexion internet, c'était en 1999 quand mon compagnon et moi avons pris notre premier appart ensemble, c'était l'époque des 20h/100F de France Télécom avec le modem 76k... et maintenant, avec la fibre, difficile de se déconnecter!

Mais bizarrement(pour ceux qui n'avaient pas d'ordi, j'avais trop d'chance!) je me servais peu de tout ça, quelques jeux ponctuellement et c'est tout. Je n'ai jamais accroché aux jeux de rôle, je préférais ceux d'arcade.
Sinon, j'habitais à la campagne, dans une maison, donc je passais pas mal de temps à jouer dans le jardin, à faire des tours à vélo pas loin de chez moi, seule, en intérieur, c'était Barbies and Co, j'ai passé un temps infini à leur coudre des tenues (avec lesquelles ma fille joue maintenant) et surtout à lire... C'était aussi l'époque de la Cinq et d'M6, donc séries américaines et clips vidéos, les radios libres post-Mitterrand et le Walkman qui ne me quittait pas! D'ailleurs, aujourd'hui encore, je n'écoute que de la musique au casque.

Je lis encore beaucoup, pas assez à mon goût, mais là le frein est surtout financier, chez moi c'est le premier poste qui saute quand je n'ai pas d'argent (j'ai la chance d'aimer relire encore et encore les livres qui m'ont plu), je "zentangle" un peu, faut que je m'y remette d'ailleurs, mais clairement je passe beaucoup, beaucoup, beaucoup de temps à surfer. Ou à jouer sur ma tablette, sur mon smartphone... Je travaille aussi chez moi, ça n'aide pas en effet à me couper de tout ça.

J'ai quand même encore le réflexe d'aller ouvrir une encyclopédie, un dico quand je cherche quelque chose, avant de finir immanquablement sur Google, comme mes enfants.
Internet me simplifie aussi la vie, je déteste téléphoner, je préfère envoyer un mail. Je n'aime pas non plus faire les boutiques...
Cela dit, quand j'oublie mon téléphone chez moi, ce qui m'inquiète c'est plus le côté "merde comment je préviens en cas de retard/accident/imprévu?" que "merde, je vais n'ennuyer". Tout n'est pas perdu :-)

Elisa a dit…

C'est marrant, j'ai 10 ans de moins que toi et je me retrouve complètement dans ta description. :-) Pas d'ordi avant 1998, mobile fin 2000, et internet fin 2002. Ma foi, je le vivais très bien. Ce que je faisais avant: pas grand chose? sortir le jour, sortir le soir, m'ennuyer beaucoup. Je me connaissais très mal, n'ai absolument pas les mêmes intérêts que ma famille et ne collectionnais pas les amis. Tout comme toi, internet m'a permis de découvrir beaucoup de choses et de rencontrer pas mal de personnes.

Morgan a dit…

J'ai découvert internet en 1996 lors de mes études post-BAC et donc ai passé toute mon adolescence sans, ça n'existait pas... Eh ben je m'emmerdais sévère. Pas de vie sociale, pas vraiment d'ami.e.s, j'avais vite fait le tour des lectures dispo, mes frères étaient bien plus âgés donc j'ai grandi quasi comme enfant unique et je détestais les promenades en montagne que mes parents m'imposaient certains dimanches. Donc je restais majoritairement enfermée dans ma chambre à m'ennuyer... Mon adolescence me laisse le souvenir d'un ennui abyssal et consternant...

Distrayante a dit…

J'ai eu mon premier ordinateur à 11 ou 12 ans (un ordinateur fixe, familial, au salon) donc ça allait. Mais depuis 3 ou 4 ans je me rends compte que ça ne va plus du tout, et que je passe bcp trop de temps devant l'ordinateur, et j'essaie aussi de limiter ça0

Gasparde a dit…

Je lisais vraiment beaucoup, mes grands-parents avaient beaucoup de livres et la bibliothèque n'était pas loin ! Je prenais une pile de livres l'été, et j'allais lire dehors. L'hiver, eh bien je restais dedans ! J'allais parfois jouer chez des amies. L'une d'elles vivait dans un grand domaine viticole où ses parents étaient régisseurs, et on passait des journées à explorer tous les recoins des bâtiments (remplis de vieux machins datant d'un siècle ou plus, tu vois, ça remonte à loin)
Le premier ordinateur est arrivé à la maison quand j'avais 16-17 ans, je pense, et j'ai eu internet à la fac d'abord, puis à la maison (ah, le "scrouiiiiiiincccch" du modem).
Là, en ce moment, j'essaie de limiter mon temps d'écran, et je lis ou je fais des activités plus créatives ou manuelles (de la couture, du jardinage, de la cuisine...)