vendredi 11 mars 2016

La thérapie par les livres




Après un début d'année apaisé et plein d'énergie, voilà maintenant trois semaines que je me débats contre une des plus longues crises d'anxiété de ma vie. Pas une des pires, heureusement, car j'ai appris à mettre une certaine distance entre moi et mes angoisses, à reconnaître leur nature irrationnelle et à refuser qu'elles m'entraînent dans un puits sans fond. Quand elles menacent de me submerger, je me concentre sur ma respiration, et le reste du temps, je me force à occuper mon cerveau pour ne pas lui laisser la possibilité de partir en vrille. A cet égard, je suis très très contente de bosser actuellement sur le dernier Claire North: la quantité de recherches à effectuer pour ne pas raconter de bêtises, l'attention à porter à un style qui échappe souvent aux conventions grammaticales et typographiques m'empêchent de penser à autre chose pendant mes heures de travail. 

Le reste du temps, je lis. Déjà une demi-douzaine de romans et autant de bédés depuis le début du mois. Pendant ma pause-déjeuner, s'il fait beau, je me vautre sur mon lit dans une flaque de lumière; sinon, je monte le thermostat à 23° et je me réfugie dans notre petit bout de couloir, sur un coussin de méditation qui n'a jamais servi à autre chose car je déteste avoir quelque chose sous les fesses quand je suis en tailleur. Le dos calé contre le radiateur brûlant, je tends mes jambes presque à la verticale contre la porte de placard d'en face - c'est toujours ça de gagné sur mes assouplissements - et je me perds dans ma lecture jusqu'à ce que vienne 14h et le moment de me remettre au boulot. 

Le soir, après avoir regardé une série télé en mangeant, je range la vaisselle sale dans le lave-vaisselle et je file au lit à 21h30. Le bonheur de se glisser sous la couette est toujours intact. Comme j'ai du mal à fixer mon attention très longtemps désormais, je change de bouquin tous les trois quarts d'heure environ. Hier soir, j'ai entamé "Billy Brouillard: le chant des sirènes" qui traînait dans ma PAL depuis presque 3 ans, terminé "Un hiver long et rude" dont je n'ai pas aimé la fin, survolé la deuxième partie d'"Anxiété" qui se révèle vraiment trop long et pas mal chiant, abandonné "The sweetness at the bottom of the pie" que je traînais depuis trop longtemps. Aujourd'hui, je reçois le roman précédent de John Ironmonger dont je viens de dévorer "Sans oublier la baleine", et je me réjouis d'avance à la perspective de le commencer. La lecture, c'est ma thérapie à moi: ça ne coûte pas moins cher, mais ça m'épargne la perspective honnie d'aller raconter ma vie à un inconnu. 

7 commentaires:

Jenny a dit…

Depuis que mon fils est né (11 ans), j'avais un peu abandonné les livres (3-4 par an, c'est de l'abandon pour moi). Et je vais mettre 3 mois à le lire!!
La semaine dernière, ça n'allait pas très bien. Premier réflexe : hop un livre! J'ai mis 3 jours! Des années et des années que ça ne m'était pas arrivé... La dernière fois ça devait être avec un Harry Potter. Je me suis promis de revenir à mon premier amour que sont les livres. Et évidemment, au bout de 3 jours, ça allait un peu mieux! Bon...le contenu y était pour quelque chose aussi : "Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'une" - Raphaëlle Giordano. Petit roman sympathique sur fond de développement personnel/psychologique positive. ;-)

anneso a dit…

Tiens c'est pas idiot de lire plusieurs livres en même temps, je vais tenter mais j'ignore si ça me conviendra.

Grosquick a dit…

Et un sandwich au gruyère suisse en ma compagnie ça aiderait? Oui, j'ai un très bon fromager et. Je connais tes faiblesses :-)

ARMALITE a dit…

Alors en gros, je termine le marathon boulot entamé début décembre le 18 avril. A partir de cette date, je mange (presque) tout ce que tu veux où tu veux, selon où tu bosseras à cette date. Jusque là, mes pauses déjeuner et mes après-midi libres ont le même statut vital que le dodo ou le tigre à dents de sabre.

Anonyme a dit…

En plus de tes textes j'adore les photos qui les illustrent. D'où viennent-elles?

ARMALITE a dit…

Quand j'arrive à en trouver la source, je l'indique dessous, mais le plus souvent, je n'y parviens pas. Généralement je les prends sur We Heart It.

Anonyme a dit…

Elles font vraiment justice à la beauté de tes textes. Merci pour tous ces partages, ça fait du bien de lire les témoignages de quelqu'un d'autre qui peut avoir "mal à l'âme" :)