lundi 7 septembre 2015

"Eloge de la névrose en 10 syndromes"


Je suis loin d'être une fan inconditionnelle de Leslie Plée. Si j'ai adoré "Vivre vieux et gros, les clés du succès", j'ai été très déçue par sa suite "Michel, un chat sauvage", et je n'ai pas vraiment accroché à "Moi vivant, vous n'aurez jamais de pause", pourtant applaudi par la critique, ni à "L'effet Kiss pas cool" où l'auteur abordait déjà le sujet de ses angoisses et qui aurait dû susciter chez moi un maximum d'empathie. 

Alors pourquoi, me demanderez-vous, ai-je choisi d'acheter sa nouvelle bédé parmi les centaines d'autres ouvrages parus en cette rentrée littéraire? Parce qu'elle est BELLE. Pour la première fois (me semble-t-il), Leslie Plée passe à la couleur, et ses dessins à l'aquarelle ont un charme fou, au point que j'aurais aimé cette bédé même si son texte m'avait laissée assez froide. 

Ce qui n'a pas été le cas: je me suis régalée à la lire, tant ses petites vignettes d'un quotidien placé sous le signe de névroses multiples sont finement observées et retranscrites avec un parfait mélange de dérision et de fatalisme. Alors que je ne partage pas du tout la réticence de l'auteur à voyager, j'ai adoré le récit de son séjour à Stockholm. Et le chapitre sur les règles bleues, où elle fustige le machisme de la société actuelle en parlant crûment de sexualité avec son chat (!), est à mettre aussi bien sous les yeux des féministes qui approuveront à 100%, que de ceux qui pensent que lesdites féministes font une montagne d'une taupinière. 

Réussir à pondre une bédé jolie et drôle, à la fois autocentrée et militante: je dis chapeau, Leslie Plée. 

2 commentaires:

Loli a dit…

Je ne suis pas très fan de BD en général mais ta critique donne vraiment envie!

Nathalie a dit…

Je crains que mon banquier finisse par me bloquer l'accès à ton blog...Merci pour cette nouvelle tentation !