lundi 24 août 2015

L'envie




Je dis souvent que des sept péchés capitaux, celui qui me concerne le moins est l'envie. Je ne suis jamais jalouse des accomplissements de mes proches, au contraire. S'ils les doivent à leur travail, je me dis qu'il ne tient qu'à moi d'en faire autant, et ça me motive; s'ils les doivent à la chance pure, je me dis que moi aussi ça peut m'arriver un jour, et ça me donne de l'espoir! Mais à bien y regarder, il m'arrive tout de même d'envier certaines choses sur lesquelles je n'ai aucun pouvoir et qui ne pourront plus changer. 

J'envie les gens dont les parents lisaient beaucoup et ont aidé à leur épanouissement culturel, notamment en les faisant voyager lorsqu'ils étaient enfants. J'ai souvent l'impression d'avoir en la matière 15 ou 20 ans de retard que je ne pourrai jamais rattraper.

J'envie les gens qui ont plein de frères et soeurs, ceux qui sont issus d'une grande famille très soudée qui se réunit à la moindre occasion. J'aurais détesté ça quand je grandissais, mais aujourd'hui, qu'est-ce que ça me plairait!

J'envie les gens qui, à l'instar de ma soeur, ont su très tôt qui ils étaient et où ils allaient, alors que moi, j'ai l'impression d'être un chantier permanent, toujours en train de tout remettre en cause, et de ne progresser que dans la douleur. 

J'envie les femmes qui ont plus de facilité que moi pour garder la ligne, celles dont le métabolisme leur permet de ne pas se prendre la tête avec leur alimentation et de conserver une jolie silhouette même sans bouger beaucoup. A défaut, j'envie les gens qui prennent du plaisir à faire du sport. 

J'envie les gens qui sont du matin, ceux qui peuvent bondir hors du lit très tôt pour attaquer leur journée parfaitement réveillés et de bonne humeur. Mais je n'ai pas l'impression qu'ils soient très nombreux, surtout dans les rangs des free lance!

J'envie les gens dont le moral est indépendant de la météo. Les jours de pluie, de froid, de nuit qui tombe à partir de 16h, je dois déployer une telle énergie juste pour vaquer à mes occupations quotidiennes... Ca ne me rend pas la vie en Belgique très facile. Les ampoules de vitamine D prescrites par mon généraliste aident un peu, mais ne font pas de miracle.

J'envie - très fort - les gens qui ont encore leurs deux parents. 

Et vous, vous enviez qui ou quoi?

16 commentaires:

Miss Mary Ann a dit…

En ce moment, j’envie ceux et celles qui envisage une 2ème grossesse le cœur léger alors que pour moi les étapes à franchir me semble trop dures.
J’envie ceux et celles qui mettent en place des alternatives bio/décroissantes dans le quotidien de manière systématique.
J’envie ceux et celles qui partent en voyage au Japon, en Nouvelle-Zélande et au Canada…
Voilà.

Ladypops a dit…

J'envie les gens qui sont capables d'avoir une maison rangée comme si elle sortait d'un catalogue IKEA, avec 2 (ou plus) enfants, qui ont pleins d'activités dans leur quotidien et qui semblent toujours avoir une forme olympique. Bref, j'envie les hyperactifs.

J'envie aussi ceux qui sont capables de transformer n'importe quelle chose hideuse en belle chose. Par exemple les filles d'"A beautiful Mess".

Lucy a dit…

J'envie ceux et celles qui ne sont pas pétris de doutes à chaque fois qu'il s'agit de prendre une décision (importante ou pas) et qui foncent dans leurs projets sans s'interroger en permanence sur leurs capacités ou sur leur propre valeur.
J'envie celles qui savent se mettre en valeur avec trois fois rien et qui ont toujours l'air élégant.
J'essaie de faire de ce sentiment un moteur pour m'améliorer sans cesse mais c'est plus facile certains jours que d'autres.

catseyes75 a dit…

En ce moment, j'envie ceux qui ont du travail. J'aurai aimé avoir une reprise après de chouettes vacances.
J'envie aussi ceux qui n'ont pas de maladie qui les oblige à faire attention à tout ce qu'ils mangent
J'envie ceux qui sont toujours sûrs d'eux et ne se remettent pas en question sans arrêt
et j'envie aussi ceux qui ont leurs deux parents

Athéna a dit…

J'envie aussi les filles minces qui mangent et ne font pas de sport (la fille du bureau d'à côté par exemple)
j'envie les femmes qui comme ma cousine cousent à la perfection et se font des robes très chic pour 50 €. et ne me dis pas que je pourrais apprendre, je suis absolument sans espoir, je ne suis même pas fichue de découper droit le papier des cadeaux de Noël

Lorelei a dit…

J'envie les femmes qui arrivent à se détacher du fait que leur enfant leur mène la vie impossible, pour seulement leur dire NON et ne pas s'en rendre malade en leur criant dessus toute la journée....

Sighel a dit…

J'envie celles et ceux qui arrivent à avoir foi en l'avenir sans flipper en permanence sur les catastrophes qui pourraient leur tomber dessus ou même sur le fait de ne pas réussir à mener à bien leurs projets.
J'envie celles et ceux qui, lorsqu'ils arrivent dans un pays étranger pour y vivre, savent s'adapter, se créer de nouvelles habitudes et une nouvelle manière de vivre au lieu de s’appesantir sur ce qu'ils ont laissé derrière eux.
J'envie les créatifs qui réussissent à transformer leurs idées abstraites en merveilles concrètes.
Et enfin, plus que tout, j'envie les jeunes de 15 ou 16 ans qui n'ont peur de rien, ni d'escalader une façade de bâtiment, ni sauter dans le vide, parce que découvrir à 24 ans que j'ai le vertige et que je reste paralysée devant des situations que j'aurais autrefois affronté sans aucun problème me blase complètement.

Bref, j'envie les attitudes zens, positives, ambitieuses et créatives, et mon gros défi pour le futur sera de parvenir à développer ces quatre qualités.

Tasha a dit…

J'envie les gens qui sont du matin, moi aussi, ou à défaut, qui se lèvent en se sentant frais et dispos (moi je suis toujours plus fatiguée qu'au moment où je me couche!). J'envie les gens qui abordent l'existence avec optimisme et sans angoisses constantes. J'envie les gens qui n'ont jamais connu les affres de la dépression. Pour le reste, ça va... je suis peu envieuse, du moins je crois, au sens habituel du terme.

Loli a dit…

J'envie la constance avec laquelle tu tiens ce blog et ta capacité à poster quotidiennement des articles toujours riches, intéressants et bien écrits :-)

Laura a dit…

J'envie les femmes qui ont une belle relation avec leur père... les filles à papa comme on dit :D

FraiseDesBois a dit…

J'envie les gens qui savent ranger (oui j'ai des envies simples)

Jenny Trinity a dit…

J'envie les gens qui écrivent, se font éditer, deviennent des romanciers...

Stella a dit…

J'envie aussi les femmes qui n'ont pas à faire attention à leur ligne et qui adorent faire du sport ainsi que les lèves tôt!

J'envie les gens qui peuvent voyager.

J'envie les gens qui peuvent acheter leur appart.

j'envie les gens qui ne doivent pas compter leur sous tout le temps.

J'envie les gens de mon âge qui ont des bébés/ enfants.

Ann Soo a dit…

Très joli article!
Contrairement à toi, je crois que je suis de base quelqu'un d'envieux. Justement parce que je me retrouve sur un de tes points: envier les personnes qui ont toujours su qui elles étaient alors que j'ai l'impression de vivre dans la difficulté permanente et de devoir sans cesse me battre pour atteindre le moindre palier.
Bref, je suis envieuse, c'est pas toujours facile, parce que ce comparer sans cesse aux autres n'est vraiment pas sain.
Mais le travail par lequel on apprend à s'accepter et à accepter ce qu'on est long et je commence à peine.

Et je suis également pas du tout du matin, je n'ai quasiment pas voyagé (et je commence tout juste à en ressentir le besoin)

Tout ça pour dire que je pense qu'il est humain d'avoir une part d'envie en nous!

Roulio a dit…

Bonjour toi!
J'envie celles et ceux qui ont trouvé leur place dans ce monde. Ceux et celles qui ont des idéaux et y restent fidèles, malgré les difficultés de la vie, ceux qui trouvent la force de s'indigner et surtout d'agir. Ne pas suivre le troupeau. Ou bêêêêler ne serait-ce qu'un peu différemment. S'efforcer de laisser une trace autre que celle du purin d'ortie sur terre.

J'envie aussi ceux et celles n'est ce pas qui ne se sentent pas coupables de tout, tout le temps et qui ont appris à composer avec leurs propres casseroles, quelles qu'elles soient. Qui avancent malgré tout, avec l'envie et la joie, avec l'empathie aussi.
Mais par dessus tout la vérité, j'envie les personnes qui se sentent libres, tout simplement. Qui ont su se départir de ce salopard de matériel dont on nous abreuve à longueur de journée, "Achète et heureux tu seras mon gars", qui ont su faire passer l'esprit par delà l'avoir et le paraître.

shermane a dit…

J’essaie de n’envier personne car j’aurais peur de devenir aigrie. J’essaie, à la place, d’admirer les personnes qui ont eu le courage de lâcher une carrière de folie pour aller vivre au fin fond des bois / faire du fromage de chèvre ou de la bière artisanale / faire du bénévolat dans le monde.
Sur un plan plus superficiel, j’envie à mort les femmes qui ont des jambes fines. C’était mon cas jusqu’à mes 18 ans et boum, d’un coup, la rétention d’eau, les veines, les grosses jambes.