dimanche 14 juin 2015

Les brèves de la semaine #24




- Lundi soir, je tente un pastasotto aux asperges avec de petites pâtes en forme de grain de blé rapportées du Portugal début janvier. Et ben, c'est vachement bon aussi (et ça va plus vite que le risotto). Prochain essai culinaire: un quinotto!

- Comme on le craignait, ma tante a bien un cancer du sein. Petit et "pris à temps", apparemment; elle devrait s'en tirer avec une opération et de la radiothérapie, plus six mois d'arrêt de travail. Comme quoi, l'auto-palpation, c'est super important.

- Mardi, je suis bouleversée par l'affaire des migrants que les CRS ont chassés avec tant de violence de leur camp de fortune. Quand on imagine ce qu'ils ont dû endurer pour arriver jusqu'ici et être traités comme moins que des chiens... Et surtout, quand on pense que notre gouvernement est théoriquement de gauche... A ce stade, je ne vois plus guère de différence avec le FN, et je me sens tout à fait en paix avec ma décision de ne plus voter. Si vous aussi, vous avez envie de les aider et que vous n'êtes pas sur Paris pour le faire en direct, une cagnotte a été créée sur GoFundMe.

- Mercredi, mon train arrive à Toulon avec 25 minutes de retard, et je rate encore le bus de 18h55. Un jour, la SNCF me mènera à destination à l'heure annoncée - mais sans doute pas dans un futur proche. Du coup, je mets à profit mon attente forcée pour aller me chercher des maki et des california rolls au Sushi Shop de la place de la Liberté.

- Parmi la montagne de courrier qui m'attend chez moi, l'enveloppe-mystère commandée le mois dernier à Michelle de Seaweed Kisses. J'adore son contenu, et je suis bien décidée à proposer la même chose sur le blog durant l'été si des lectrices se montrent intéressées. 

- Jeudi matin, je me traîne à jeun jusqu'au labo d'analyses le plus proche de chez moi pour faire une prise de sang, histoire de vérifier mon taux de THS. Les résultats tombent le soir même: je suis parfaitement dans les clous. Il va falloir trouver une autre excuse que ma thyroïde pour justifier la lenteur de ma perte de poids.

- Un apéro-lecture en solo sur la terrasse du bar de la Place. Le punch n'est pas terrible, et mon bouquin m'ennuie carrément, mais c'est quand même le bonheur d'être là à glander sous les platanes par une température idéale.

- Dans la nuit de jeudi à vendredi, combo gros orage + bébé des voisins d'en face qui hurle à la mort + chien de la voisine du dessous qui aboie en continu. Je réussis à engranger exactement 32 mn de sommeil, durant lesquelles je rêve que mes voisins de droite jouent au Pictionnary en gueulant très fort.

- Vendredi, je passe chez Maisons du Monde en espérant y dégoter une jolie boîte pour mes coton-tiges. J'en ressors avec une corbeille à papier funky, un verre à mojito, un bol et une tasse ambiance "océan Atlantique", et zéro boîte à coton-tiges. Maisons du Monde is the new Ikea.

- J'appelle l'Etablissement Français du Sang en vue de prendre rendez-vous pour un don de plasma ou de plaquettes. "Vous mesurez combien?" "1m54." "Vous pesez combien?" "65 kilos." "Ca n'ira pas; vu la quantité prélevée en ce moment, on recherche de plus gros gabarits." Je n'aurais jamais cru m'entendre dire un jour, en substance: "Désolée, vous n'êtes pas assez grosse."

- En allant chercher du pain dans le centre de Monpatelin, je m'arrête à un passage piétons pour laisser tourner un Kangoo. Le conducteur me regarde bizarrement, me fait un signe de tête sans desserrer les lèvres et s'éloigne. Je mets au moins 5 secondes à percuter que c'était mon ex. Enfin je crois. Je n'ai vécu que 7 ans avec lui, je n'ai pas eu le temps de bien le regarder.

- Samedi après-midi, dix minutes après avoir parlé d'elle avec le réceptionniste du Candylicious Spa, je croise Julie du blog From Toulon With Love, que je n'ai jamais vue en vrai et qui, pas maquillée-sapée décontractée, est assez différente des photos qu'elle publie. Pourtant, je la reconnais tout de suite, elle. Note à moi-même: Penser à revoir les réglages de mes capteurs de physionomie. Note à moi-même, II: Lors de mon prochain rendez-vous pédicure, essayer de causer d'une très grosse somme tombée du ciel, juste pour voir.

Bonne semaine à tous.

3 commentaires:

shermane a dit…

L’hypothyroïdie (celle que j’ai du moins, Hashimoto) s’accompagne d’autres symptômes que la prise de poids : perte de cheveux, jambes gonflées, etc. Et même si j’avoue que j’ai été rassurée qu’on ait « trouvé quelque chose » et que mon poids ait pu être contrôlé, c’est quand même un comprimé à prendre à vie, des contrôles réguliers et le corps qui bataille sur le plan hormonal donc je suis rassurée que tu n’aies pas ça.

ARMALITE a dit…

Ouh ben moi aussi, je préfère largement batailler pour perdre du poids que me taper une seconde maladie chronique et son traitement :-) Je voulais juste écarter l'hypothèse.

Sissi a dit…

J'adore le : "Je n'ai vécu que 7 ans avec lui, je n'ai pas eu le temps de bien le regarder." J'adore ton humour.
Bisous Armalite.