dimanche 1 mars 2015

Les brèves de la semaine #9




- Dans la série "les mystères du quotidien": ma bougie Terre d'Oc à la fleur d'oranger sent super fort tant que je ne l'allume pas, et plus rien quand elle brûle. Pourquoi? 

- Seigneur, sauvez-moi des auteurs soi-disant féministes pour qui "comme une fille" est la pire des insultes, l'équivalent de: faible, sentimentale, écervelée et incompétente. 

- Mercredi, je fais un saut à Paris pour déjeuner avec une ex-éditrice que j'adore, qui a eu une année 2014 difficile et qui est en train de rebondir de manière fabuleuse. Nous avons une discussion passionnante sur nos derniers coups de coeur littéraires. Je me réjouis de retravailler bientôt avec elle. 

- Pour tuer une demi-heure avant un rendez-vous, le Drugstore Publicis est loin, très loin de valoir le Virgin Mégastore dont je resterai éternellement en deuil. 

- Deux mois après l'avoir repérée dans une boutique de l'avenue Louise, je m'offre la monture Elsa de Caroline Abram pour mes nouvelles lunettes en vision de près. J'ai hâte de les récupérer fin mars!

- Chaque fois que je veux commander un "Sex on the beach" (un de mes cocktails préférés), je dois mettre en balance les facteurs "envie" et "embarras". Pas merci au crétin qui lui a donné ce nom-là. Et pas merci non plus à la taverne de Cluny où, pour 9,50€, on me sert un verre plein à 50% de mousse et de bonbons chimiques, et à 50% de jus de fruits dans lequel je ne réussis pas à déceler la moindre trace d'alcool. 

- Les petits choux salés de Michalak, en vente sur son stand de la gare du Nord: super concept, réalisation décevante pour ces simples gougères un peu sèches à mon goût. 

- Je montre "Seconds" de Bryan Lee O'Malley à Chouchou, en lui disant: "J'ai acheté ça aujourd'hui; si tu veux je te le passe quand j'ai fini de le lire, je pense que ça pourrait te plaire". Il me réplique sur un ton peu amène: "C'est une blague?" avant de se lever pour aller chercher dans la bibliothèque... "Seconds", de Bryan O'Malley. Apparemment, il l'a acheté à Copenhague en septembre dernier et me l'a proposé à l'époque, mais je ne me suis pas montrée intéressée. Oups. 

- La pesée et la prise de mensurations de vendredi matin me mettent d'une humeur de dogue. Tous ces efforts pour si peu de résultats, je me demande bien à quoi ça sert que Ducros je me décarcasse. 

- Samedi midi, nous testons AMI, le burger joint végétarien qui s'est installé dans les anciens locaux du bar à soupes Oups, près de la place Flagey. Chouchou aime beaucoup; moi, je trouve la déco agréable et le concept sympathique, mais la bouffe quelconque et les portions mal calibrées.

- Je sais, ce n'est pas la saison, mais j'ai quand même très envie de m'offrir cette robe.

- Revoir "The Addams family" et passer les 24 heures suivantes à regarder amoureusement Chouchou en murmurant sur un ton suave: "Your moustache...".

- Dimanche matin, pour repousser le moment de m'attaquer à un gros dossier administratif que je dois rendre avant la fin du mois, je me décide à me créer un profil LinkedIn, tâche qui était en souffrance sur ma To Do List depuis un an et demi. Première offres d'emploi qu'on me signale en m'affirmant qu'elles pourraient m'intéresser: un poste d'ingénieur test et validation chez JC Decaux, et un stage de 6 mois chef de projet eau. Ca m'a l'air très très bien ciblé dites-moi.

Bonne semaine à tous.

10 commentaires:

anneso a dit…

Mais,qu'entends-tu,toi,par "comme une fille"?

ARMALITE a dit…

Je n'entends rien du tout, c'est une expression que je n'utilise pas, j'ai horreur des préjugés de genre.

anneso a dit…

Oui,voilà,à part "avoir ses règles comme une fille" ou "être ménopausée comme une fille",je ne vois pas vraiment comment utiliser cette phrase.

Anonyme a dit…

La robe! Waouuuu ! J'aime !

shermane a dit…

J'ai également une bougie qui sent bien plus fort (et bon) non allumée...

C'est sympa, les gens qui décident que "une fille" = 3 milliards de femmes.

Gloups gloups gloups pour Seconds. Possibilité de se faire rembourser ? Je ne connais hélas personne qui en veut. Chouchou a aimé, sinon ?

Pour LinkedIn, ça doit être par rapport à tes études qu'on te propose ça mais heu oui, c'est n'importe quoi.

ARMALITE a dit…

Seconds a été acheté chez Album lors de mon saut à Paris de mercredi, donc ça va être dur de le rapporter! Chouchou l'avait aimé; moi j'ai apprécié au début puis de moins en moins comme le côté "surnaturel" prenait davantage d'importance.

songlin a dit…

Pour ta bougie : la fleur d'oranger est un parfum très fragile et volatile. Pour en extraire les huiles essentielles, la méthode la plus courante (distillation) n'est pas utilisable car elle dénature le parfum. Je soupçonne qu'il se passe la même chose avec ta bougie : la température de la flamme détruit le parfum en passant...

ARMALITE a dit…

Merci pour cette explication, je me coucherai moins bête! :-)

Surella a dit…

En parlant de "Comme une fille", j'avais bien aimé cette pub:
https://www.youtube.com/watch?v=XjJQBjWYDTs
Bon OK elle a été faite pour vendre des serviettes hygiéniques, mais c'est assez frappant!

Sinon, il n'y a rien d'embarrassant à commander un Sex on the beach, non? c'est rentré dans le langage courant il me semble... Pas comme dans un certain pub de St germain où un des cocktails s'appelle "Le sperme du serveur" ;) pas de très bon goût le pub ! (et non le cocktail, que je n'ai jamais commandé)

songlin a dit…

De rien :) Les huiles essentielles c'est un de mes dadas, et j'adore tout ce qui est à la fleur d'oranger. À mon grand désespoir vu sa volatilité... Les parfums en contenant doivent ajouter des fixateurs pour en garder l'odeur, et même avec ça, ça ne reste jamais assez longtemps à mon goût.