mardi 17 février 2015

Où le livre que je reçois contient non pas une, mais deux surprises


C'est rare que j'achète mes livres d'occasion. Un peu parce que j'ai envie de soutenir le secteur de l'édition, qui me fait vivre depuis 20 ans, et beaucoup parce que je suis hyper maniaque sur l'état de mes affaires. Mais parfois, je me laisse tenter par des exemplaires de seconde main d'ouvrages difficiles à trouver, ou un peu chers en grand format et pas encore parus en poche. 

Ainsi, il y a une quinzaine de jours, j'ai commandé un bouquin de Jillian Michaels aux Etats-Unis, chez Yankee Clipper Books - un exemplaire d'occasion classé "Très Bon Etat". Il est arrivé dans ma boîte à lettres hier, et la première chose que j'ai remarquée en ouvrant l'enveloppe, c'est que quelque chose était glissé entre les pages du livre. Une carte d'anniversaire. 




Devant: "Deux mecs de ton âge vont faire la tournée des bars à 22h un samedi. L'un boit 6 bières et l'autre, 3 bières et 2 whiskys. Lequel des deux est bourré le premier?" A l'intérieur: "Question piège: personne de ton âge ne sort plus faire la fête après 22h. Joyeux anniversaire". Et un petit mot à la main: "Cher George, pour tes 37 ans, bisous, tante Marilyn". 

J'étais encore en train de glousser en feuilletant le reste du livre quand, sur la page de garde, j'ai aperçu un gros autocollant avec un gribouillis au marqueur noir. Agacée, j'ai attaqué un coin avec le pouce pour essayer de le décoller proprement quand soudain, j'ai percuté. 




Un exemplaire signé! Offert en 2011 par une tante bien intentionnée à son neveu dont elle ne connaissait visiblement pas trop les goûts, et qui quatre ans plus tard avait trouvé son chemin jusqu'à moi. Je me suis sentie chanceuse. Puis j'ai remarqué que Jillian signait son prénom comme je signe le mien: une énorme boucle dans la moitié supérieure de la première lettre, suivie par une ondulation indéchiffrable qui meurt sur le papier sans autre forme de procès. La ressemblance est vraiment frappante, et ça m'a fait sourire. Je me suis demandé si, elle aussi, elle signait son nom de famille de manière beaucoup plus agressive, en le soulignant d'un trait appuyé vers l'avant...

Bref, hier, je n'ai pas eu à chercher bien loin pour trouver quoi mettre dans mon bocal à bonheurs quotidiens!

4 commentaires:

la bulle petillante de Mitaine a dit…

ho excellent!! j'adore!! pour ma part j'aime justement acheter d 'occasion car j'adore ce genre de petites annotations ou trucs (souvent marque pages) qu'on peut trouver à l interieur... tu as une petite pépite, là!

shermane a dit…

Le bocal, c'est un vrai ou un virtuel ?
Peut-être le George a-t-il déjà bâti une vie exceptionnelle ?

ARMALITE a dit…

C'est un vrai bocal, un très joli orné de champignons peints que j'ai acheté chez La Marelle il y a fort longtemps; je le montrerai quand il sera un peu plus plein parce que là il fait un peu misérable ^^

elmaya a dit…

J'adore cette histoire !

J'ai toujours aimé trouvé des "signets" oubliés dans les livres d'occasion ou de bibliothèque. Et aussi que les gens utilisent souvent la liste des livres empruntés en guise de marque-page : j'adore me faire une idée d'eux à travers leurs lectures (et éventuellement y puiser des idées). J'envisage quelquefois de glisser un petit mot dans les livres avant de les rendre à la biblio, mais je n'ai pas encore osé...