lundi 12 janvier 2015

Les brèves de la semaine #2




- Mardi dans le Bruxelles-Nice, la dame d'âge mûr assise près de moi a mangé un sandwich au jambon la tête enfouie dans un grand sac en papier brun posé sur la tablette devant elle, puis bu une immense canette de Kro enveloppée de Sopalin pour en masquer (imparfaitement, donc) la marque. Euh, OK.

- Mardi, toujours: Je me serais bien passée de la facture de 400€ pour la nouvelle peinture des cages d'escalier - surtout que j'avais voté contre à la dernière assemblée générale, mais bon, les joies de la copropriété... Si on ajoute que nous avons également dû débourser plus de 120€ de réparations pour notre lave-vaisselle de Bruxelles, et que mon assurance habitation a pris +50% par rapport à 2014, l'année démarre sous des auspices financiers peu prometteurs!

- Mercredi matin, jour de marché. L'un des pas-si-petits plaisirs du mois de janvier, c'est cette brioche des rois que j'adore et qu'on ne trouve qu'en Provence. La frangipane? Il ne faut même pas m'en parler. Et sinon, j'aurai attendu d'avoir presque 44 ans pour découvrir qu'il existe des anémones de toutes les couleurs, pas seulement des violettes. Mieux vaut tard que jamais.

- Mercredi midi: Charlie. Putain, Charlie. C'est pas possible. Charlie...

- Dans la seconde moitié de la semaine, le coup de massue de l'actualité m'a rendue très improductive. J'ai assuré le boulot et laissé tomber tout le reste. Mais j'ai été ravie de constater que je n'avais pas de fachos ou de théoristes de la conspiration planqués parmi mes contacts Facebook (triés sur le volet, il est vrai) et que même les gens que je pouvais imaginer indifférents à ce genre de drame manifestaient une forte émotion.

- Samedi, je me suis accordé une sortie en ville pour me remettre de mes émotions. Quelques bouquins et une nouvelle carte SD à la Fnac, un bon déjeuner à La fabbrica di Marco avec Kiki, une petite robe bordeaux et une jupe kaki sublime en soldes, un thé glacé/lecture au Chantilly. Un manteau porté sur le bras toute la journée tant il faisait chaud. Et puis aussi, une poignée de pancartes "Je suis Charlie" chez des commerçants qui m'étaient déjà sympathiques avant, ainsi qu'un placard "Toulon avec Charlie" sur les affiches de voeux du Nouvel An de la mairie.

- Dimanche, j'aurais aimé aller marcher avec des millions d'autres gens, mais j'avais peur de faire une attaque de panique dans la foule. Je l'ai bien regretté en voyant ces photos qui m'ont émue aux larmes. A mettre de côté pour les jours où ma foi en l'humanité vacillera de nouveau.

Bonne semaine à tous.

3 commentaires:

Tasha a dit…

Ah ah! les anémones... Fleurs préférées de mon père, et comme ma grand-mère était fleuriste sur un marché, il y en avait toutes les semaines à la maison quand j'étais petite, de toutes les couleurs (enfin n'exagérons pas non plus : je dis toutes pour dire qu'il n'y avait pas qu'une seule couleur). Chez moi aussi l'année démarre bizarrement : les appareils électro-ménagers ont décidé de faire ch... les uns après les autres, et dans la co-pro parisienne de mon cher et tendre, ravalement de façade donc grosses factures à venir... Y a des années comme ça! (gloups!)
Je suis allée à la marche dans ma ville samedi : 30 000 personnes c'était énorme ; j'étais heureuse d'y être, mais je ne crois pas du tout à l'unité nationale, seulement à mon chagrin... Beaucoup de commerçants avaient mis des affiches pour Charlie, c'était réconfortant.

Shermane a dit…

Ce ne sera pas ton plus gros poste mais tu peux râler auprès de ton assurance, non ? La mienne avait augmenté de 2 €/mois, j'ai appelé, râlé gentiment, la cotisation a baissé.

J'ai testé pour la 1ère fois la galette du sud, c'était sympa. Je ne suis pas non plus hyper fan de frangipane.

Et je ne sais pas si "l'unité nationale" tiendra. J'ai foi en l'humanité pourtant.

Roulio-lio a dit…

Merci pour ce post madame...