mardi 20 janvier 2015

J'ai testé: le 30 Day Shred - level 1




Pour savoir en quoi consiste le 30 Day Shred et les raisons qui m'ont poussée à me lancer là-dedans, cliquez ici

Jour 1 (10h15): J'appréhende un peu de commencer le programme, mais finalement, je ne suis obligée de m'arrêter qu'une fois, pendant 15 ou 20 secondes, à l'occasion de la seconde série de jumping jacks et de saut de corde. Je n'ai pas de mal à suivre les abdos, et le travail en force me fait trembler les muscles, mais je tiens. Bien sûr, je trouve quand même ça difficile d'enchaîner les exercices sans pause, mais comme le dit Jillian: "En chier, c'est le seul moyen d'obtenir des résultats". Durant le reste de la journée, ma fatigue et ma "lourdeur" musculaires s'intensifient. En allant me coucher, je sais déjà que je vais douiller le lendemain. 

Jour 2 (11h): J'ai dormi une heure et demie de plus que d'habitude. J'ai assez mal à la jonction épaule-pectoral et au bas des cuisses, sur l'avant juste au-dessus du genou. Le reste va à peu près. Durant la séance, je dois m'interrompre au même endroit que la veille. Les exercices de force qui sollicitent les endroits douloureux me semblent plus difficiles aujourd'hui - normal. J'arrive au bout de la séance en sueur mais contente de moi. Et alors que j'avais décidé de ne rien faire de spécial côté alimentation pendant cette période, je me surprends à réfléchir plus soigneusement avant de m'accorder un snack ou un goûter: les dix minutes de plaisir que va me procurer ce chocolat chaud-brioche valent-elles les trois quarts d'heure de fitness qui me seront nécessaires pour brûler les calories correspondantes? Côté crampes, celles de mes cuisses deviennent assez affreuses dans l'après-midi, et je grimace à chaque marche en descendant chercher mon courrier.

Jour 3 (17h30): Etrangement, j'ai un peu moins mal ce matin. Pas le temps de faire ma séance avant la fin de la journée. Petite frayeur pendant l'échauffement en sentant une douleur bizarre dans mon épaule droite, mais ça passe assez vite. Toujours obligée de m'arrêter une quinzaine de secondes au même moment. Sinon, RAS. Après coup, je m'offre un bain chaud pour délasser mes muscles.

Jour 4 (18h): Aujourd'hui mes cuisses vont bien, c'est le haut de mes bras qui me fait mal. Sans doute parce que je ne faisais pas mes (demi-)pompes correctement jusqu'ici. Cela dit, dans la bonne position, c'est difficile aussi. Parfois, j'ai même l'impression que je ne vais pas arriver à remonter. Dans la soirée, par curiosité, je regarde la vidéo du niveau 2, histoire de savoir à quoi m'attendre. Ca a l'air sensiblement plus dur, mais surtout dans les parties muscu et abdos qui sont celles qui me posent le moins de problèmes (et me paraissent les plus bénéfiques pour ce que j'ai). On verra bien!

Jour 5 (18h): Je me suis fait mal au dos en me levant ce matin, et je peux à peine m'asseoir sans hurler de douleur. Heureusement, ça disparaît pendant la journée (que je passe dans le train). Arrivée à Bruxelles, je me rends compte que les haltères que j'ai là ne font que 1 kilo, contre 1,5 kilo pour celles que j'utilisais à Toulon. Du coup, les exercices de muscu sont un peu plus faciles aujourd'hui. Les jumping jacks restent ma bête noire. Le soir, je décide de faire gyoza + soupe miso au lieu de gyoza + soba, notre combo habituel des jours où je reviens de Toulon. Ce sera toujours ça de gagné.

Jour 6 (12h30): La balance de Bruxelles indique 1,7 kilo de PLUS qu'une semaine avant le début de mon 30 Day Shred. WTF? N'empêche qu'aujourd'hui, pour la première fois, je viens à bout de la maudite double série jumping jacks/saut de corde sans m'arrêter une seule seconde; je suis fière!

Jour 7 (15h30): Je n'ai plus aucune courbature. Mes moches demi-pompes s'améliorent péniblement, et j'arrive à faire tout le reste au niveau avancé. Je récite les paroles de Jillian dans ma tête avant qu'elle ne les prononce, et je commence les exercices avec quelques secondes d'avance à chaque fois (le temps qu'elle les annonce et les explique). Bref, je suis à deux doigts de m'ennuyer.

Jour 8 (15h45): Ca devient presque trop facile. Je sens mon endurance s'améliorer petit à petit, et un semblant de souplesse revenir au niveau de mon écart facial.

Jour 9 (17h15): Mes demi-pompes deviennent vaguement décentes. A certains moments de la séance, j'arrive même à laisser mon esprit vagabonder.

Jour 10 (17h): Mauvaise nuit, très fragmentée. Je me lève fatiguée. J'ai de légères courbatures dans les bras, et mes genoux craquent pendant l'échauffement, mais je tiens la séance sans problème. Même si ça reste difficile, je me suis habituée aux mouvements.

Mes impressions jusqu'ici: J'aime beaucoup le style de coaching de Jillian, qui est dure juste ce qu'il faut. Elle pousse ses élèves, non par sadisme, mais parce que c'est le seul moyen pour qu'ils progressent - ce qu'elle explique très bien. Les exercices aussi sont pile poil du bon niveau pour moi: ni trop faciles, ce qui ne me servirait à rien, ni trop difficiles, ce qui me découragerait avant l'obtention du moindre résultat. 
Côté résultats, justement: après la pesée catastrophique du jour 6, j'ai décidé de ne plus monter sur une balance avant la fin du programme. Et comme j'ai oublié de prendre mes mensurations ou une photo en tenue moulante avant de commencer, je n'ai pas de moyen fiable de mesurer où j'en suis, concrètement. Ce que je sais, c'est que je sens mon endurance augmenter un peu chaque jour, et que c'est une motivation suffisante pour l'instant. 
J'avais déjà pratiqué des activités sportives où je me sentais bien après coup - contente de moi et pleine d'une "bonne fatigue". Mais ça n'a jamais suffi à me faire aimer ça, ni à me pousser jusqu'à la salle les jours de flemme. Là, je suis presque impatiente de faire ma séance chaque soir, sans doute parce que je ne m'ennuie pas et que j'ai vraiment l'impression d'avoir trouvé le meilleur rendement temps passé/résultat obtenu. 
Bref, j'ai hâte d'en découdre avec le niveau 2 à partir de demain!





6 commentaires:

Surella a dit…

Je trouve ce compte rendu super intéressant, et ça me motive bien pour suivre ce programme!!
Ma seule interrogation: comme apparemment ce programme est efficace car il est fait sans interruption,je ne sais pas si sauter deux soirs par semaine et les remplacer par mon entrainement de boxe, ferait une grosse différence.. à voir! (car enchainer boxe + Jillian me semble impossible!) En tout cas j'attends la suite avec impatience!

ARMALITE a dit…

Je ne saurais pas te dire, mais il me semble que l'important, c'est surtout que le corps n'ait pas de jour de repos. Si tu remplaces les séances de shred par un autre exercice physique high impact, comme la boxe, j'imagine que la différence sera minime.

Zéphine (aka Malvi) a dit…

Petit rappel motivant: un kilo de muscle prend moins de place qu'un kilo de gras! Donc ton poids peut très bien ne pas bouger pendant un moment, mais qui tu t'affines malgré tout.
De plus, l'énergie nécessaire au corps pour "maintenir" au repos un kilo de muscle est plus importante que pour un kilo de gras. Autrement dit, plus on est musclé, plus le corps brûle des calories, même sans rien faire!
Et comme le corps commence d'abord par créer du muscle avant de faire fondre le gras, ça explique le "problème" de balance que tu as constaté. Il ne faut pas se laisser abattre (ce que tu ne semble pas faire, et tant mieux!) si on constat une prise de poids au début d'une activité sportive, c'est tout à fait normal et malheureusement ça démotive celle qui font du sport par "obligation" (conseil du médecin, envie de perdre du poids, etc), sans réelles motivations

Félicitation en tout cas de t'y tenir, et d'y prendre plaisir!

ARMALITE a dit…

Je suis méga motivée, j'en profite!

Ness a dit…

Bravo!
Je suis trèèèèès tentée mais le saut à la corde, dans un appartement dans lequel ne pas marcher en douceur peut indiquer l'exact nombre de bibelots tremblant sur nos meubles à la voisine du bas, si elle divise l'intensité des secousses par le nombre de pas multipliés par le poids du marcheur, je ne pense pas que ce soit une bonne idée.
Je pense tout de même essayer une fois pour voir si le niveau de dérangement est acceptable (20 minutes par jour, c'est pas insoutenable) et si je ne casse rien chez moi.

ARMALITE a dit…

Pour le bruit, je me suis rendu compte que si je fais ça sur un tapis de gym bien moelleux, on n'entend quasiment rien. Et en plus, le saut de corde, c'est exactement 2x30 secondes dans le niveau 1 (après, je ne sais pas). Je pense que tant que tu ne fais pas ça au milieu de la nuit, tes voisins devraient survivre :-)