jeudi 4 décembre 2014

Le jeudi où j'ai une idée brillante




Ah tiens, il pleut de nouveau. Comme c'est original. Mais tant pis, je suis joie: je viens de m'apercevoir que le mélange Igloo, une création de la Thé Box que j'avais adorée à Noël dernier, est désormais disponible sur leur boutique. Les pépins dans la confiture de framboise, ce fléau que les médias passent honteusement sous silence. Dans la série "j'apprends des choses en travaillant": le permis allemand fonctionne à l'inverse du permis français - en cas d'infraction, on gagne des points. Voyons si la Uhu Strong & Safe, censée faire tenir des 4x4 en l'air, suffit à recoller le coffrage de mes lumignons de cuisine qui se casse la gueule d'un côté de la hotte. Mon éditrice qualifie de "brillante" l'idée un peu tirée par les cheveux que j'ai eue pour gérer le problème des changements de temps dans une même ligne narrative. Je suis fière comme un paon. (Ou un pou? Une bestiole dont le nom commence par un "p", en tout cas.) Hier, Beach Body Pilates; aujourd'hui, mal partout et déluge dehors; je crois que je vais m'abstenir de faire du sport. Solange ne répond pas quand je vais toquer à sa porte, et je n'entends pas de bruit à l'intérieur de son appartement: j'espère qu'elle a juste mis son casque avec le volume très fort pour regarder la télé. En fin de compte, le Quarantine Escape Game est repoussé au dimanche 21, à la date où on comptait le faire initialement. C'est quoi cette bosse bizarre sur mon tibia gauche? Demain, je dois regagner Bruxelles en partant dès potron-minet d'une ville noyée sous les eaux, pour arriver avec des vêtements de demi-saison dans une ville où règnent des températures négatives. Je n'ai pas hâte.

3 commentaires:

elmaya a dit…

"Fière comme un paon", ça marche (il suffit de l'imaginer). Et "fière comme un pou" aussi - plus facile à imaginer quand on sait qu'en fait il s'agit du "poul" en ancien français, le mâle de la poule, le coq donc... J'ai toujours trouvé ça génial, ce coq fiérot transformé en micro bestiole détestable !

Voilà, c'était ma minute "pour une fois que j'ai quelque-chose à dire". Je me noie un peu dans beaucoup de choses en ce moment, d'où mon absence de commentaires, mais je te lis systématiquement, et ça me fait beaucoup de bien.

Depuis mon auto-formation de correctrice, je suis d'autant plus attachée à la qualité de traduction des oeuvres, et je m'amuse à retrouver l'original sous les maladresses de traduction. Je suis vraiment curieuse de savoir comment tu t'es tirée de ces chausse-trapes !

Bon courage pour affronter ces changements de temps !

mmarie a dit…

Super le décorticage de la fierté par Elmaya :-)
Courage pour affronter le froid bruxellois. La pure laine est mon amie. Le manteau hérité de ma maman, le trendy châle en mérinos ou la grande écharpe en laine du Pérou tricotés maison : je m'enveloppe.

shermane a dit…

Elmaya > merci pour cette minute littéraire fort intéressante (j'ai pu la raconter en me pavanant comme un... paon)

J'attends avec impatience que les autres créations de la Thé Box arrivent dans leur boutique, notamment le Magnifique.