dimanche 14 décembre 2014

Le dimanche où on se gèle les noix et où on rentre frustrés




22h-9h: ça, c'est de la nuit de compète. Au menu de notre brunch maison, du craquelin avec un chocolat chaud pour moi et un jus de pomme frais pressé pour Chouchou, du granola (yaourt bio + muesli + morceaux de pomme et de banane), des oeufs au plat (+ du lard frit pour Chouchou) et des tartines de pain complet. Miam. 40 mn avant le départ de notre train gare du Midi, nous sommes encore à la maison avec les billets pas imprimés, et un début de crise d'apoplexie chez la moitié psychorigide de notre couple. Il y a un Bon Dieu pour la moitié décontractée de notre couple: nous avons un bus tout de suite (alors que le dimanche, il doit en passer un toutes les 20 mn), un métro tout de suite, et nous arrivons sur le quai de la gare environ trente secondes avant l'IC à destination de Knokke et Blankenberg. Le Ice Magic Brugge est une énorme déception: même thème qu'il y a 2 ans, mais trois fois plus petit et bien moins spectaculaire, pour un tarif néanmoins toujours identique. Nous traînons un peu en ville histoire de justifier le déplacement. Ici aussi, les décos de Noël me semblent très bof, et il fait un froid de gueux. Het Teehuis vend exactement les mêmes théières que lors de ma dernière visite, il y a 2 ans, lors de mon avant-dernière visite, il y a 5 ans, et lors de ma première visite, il doit y avoir 10 ans. A force de chercher un salon de thé potable où il reste de la place, nous atterrissons à la pâtisserie Prestige. Décor vieillot mais pas désagréable du tout; théières métalliques minuscules avec lesquelles on se crame les doigts; gaufres à partir de 8,25€ pour la beurre/sucre; paiement en liquide uniquement. Mais c'était délicieux, et nous avons eu le temps de nous réchauffer avant de remonter vers la gare. En allumant le GPS, nous nous rendons compte qu'il y a une géocache super bien cotée à 40m de l'endroit où nous nous trouvons. Une heure plus tard, après avoir fait fuir une équipe néerlandaise, discuté vainement avec deux autres équipes francophones et essayé des dizaines de codes dans le noir, nous jetons l'éponge à deux doigts de la victoire avec un énorme sentiment de frustration, mais nous sommes à demi congelés et ne voulons pas manquer notre train de retour. Nous courons à perdre haleine dans la gare et réussissons à monter dedans de justesse. Bien entendu, il est blindé de monde, et des tas de poussettes bloquent le passage entre les compartiments. (J'ai l'impression de ne faire que râler depuis plusieurs jours, appelez-moi The Grinch.) Pour se consoler, on se dit qu'une fois rentrés à la maison, on va se faire les fameux spaghetti à l'ail et au citron de Funambuline. La recette n'est pas super compliquée, mais je réussis à en louper chacune des étapes avec brio. Nous mangeons mes pâtes ratées devant le premier épisode de "Parks & Recreation", dont j'ai entendu dire du bien mais qui nous laisse aussi froids l'un que l'autre. Cerise sur le gâteau: j'apprends sur Facebook que mon ami Philou, qui habite à Lille et que je n'ai pas vu depuis un an, était aussi à Bruges aujourd'hui. Hier soir, j'avais envisagé de lui proposer qu'on se retrouve là-bas, mais renoncé en pensant que ça faisait un peu trop "last minute". Je suis vraiment débile parfois. 

4 commentaires:

Gasparde a dit…

Dommage pour Bruges ! Je comptais bien le proposer à mes parents pour leur séjour pendant les fêtes. Et je suis aussi en mode Grinch, ces jours-ci, j'ai l'impression que je passe mon temps à râler. (ou alors, tous les gens mal organisés ont décidé de m'embêter tous en même temps !)

ARMALITE a dit…

Si tes parents n'ont jamais été à Bruges, même sans décos de Noël spectaculaires, la ville reste sympa à voir. S'ils connaissent déjà, laisse tomber.

Gasparde a dit…

Ils ont déjà visité Bruges, mais c'était il y a plusieurs années. Ils apprécieront peut-être d'y retourner ! (je cherche des idées sympa de visites, pour les jours ou je devrai travailler et ne serai pas du tout dispo)

ARMALITE a dit…

Tu ne les enverrais pas plutôt à Gand ou à Anvers? Il y a plus à faire...
(Et pour ce qui est de râler, je le fais beaucoup en ce moment, mais je me rends compte que je passe au travers des contrariétés sans que ça n'affecte mon moral une fois l'incident terminé, ce qui est déjà un gros progrès!)