lundi 3 novembre 2014

Le week-end où le concert d'Etienne Daho éclipse tout le reste (sauf le beau temps)




Comme je ne suis pas à la bourre, on va dire que cet après-midi, je ne travaille pas: les nouvelles professionnelles ont été rudes récemment, et mes nerfs ont besoin de repos. "Les colis doivent pouvoir supporter une chute de 80 cm": mouais, finalement, envoyer une Wii par Kiala, ça ne me paraît pas une très bonne idée. C'est quoi, mon numéro de GSM, Chouchou? Tu ne sais pas si tu as le plus récent? Envoie-moi un texto, pour voir. Non, je ne reçois rien. ...Hum, en même temps, c'est peut-être parce que j'ai allumé mon portable français. Il fait beaucoup trop beau pour rester enfermée à l'appart': je vais plutôt aller m'enfermer chez Exki avec un bouquin et un sponge cake au citron. Ces températures si douces fin octobre, c'est probablement un signe avant-coureur de la fin du monde - raison de plus pour en profiter un max avant l'Apocalypse. Je kiffe mes collants bleu électrique; ça change un peu du rouge. Pour le repas de ce soir, avant de partir de bonne heure au Cirque Royal, j'ai le choix entre préparer un gratin de chou-fleur ou acheter un truc tout prêt. Mamma Roma, here I come! Ouf, je vais pouvoir avancer d'un ou deux mois une trad dont le texte est déjà prêt pour m'éviter une période de chômage technique en janvier-février suivie d'une période de noyade quand 3 autres bouquins pas encore écrits vont tomber en même temps. Avoir avec Chouchou un long débat très animé sur le bruit que fait un ressort: j'affirme "dzoing", Chouchou vote "gao" (mais il est belge). Hé, toi qui fais la première partie du concert: les années 80 ont appelé, elles veulent récupérer leurs synthés. Echanger des textos avec eBry et Sophie-Grosquick depuis les gradins: "T'es où, toi?". Premières notes de "Des attractions désastres", le coeur qui bat super fort, foncer vers l'avant de la salle et se coller à la scène. 25 ans plus tard, la magie est toujours intacte: Etienne Daho et sa musique vieillissent plus que bien. Ce sont trois décennies de ma vie dont je me prends des fragments en pleine figure et dans le désordre. J'oscille entre les moments d'ultra-présence (danser, chanter à tue-tête) et ceux où je laisse filer l'instant parce que je suis trop occupée à en rédiger le compte-rendu dans ma tête. Direction le Daric pour descendre des Coca gras en faisant la connaissance d'abord du nouvel amoureux de Sophie-Grosquick, puis de Rock'n'Laurette, lectrice de longue date qui se trouve être l'assistante de prod du Diskönoir Tour. En plus elle m'a apporté plein d'adorables trucs de papeterie. Dans les toilettes du bus où voyagent et dorment les techniciens, il y a un hublot-vidéo: voilà, voilà, voilà. On a raté le dernier métro et je déteste les taxis, alors on rentre à pied comme des jeunes. Trois quarts d'heure à marcher dans les rues désertes en savourant la douceur de cette nuit d'automne et en répétant que c'était la plus belle soirée de l'année. 




Le réveil est un peu rude ce matin; Chouchou, notamment, grince de partout. Je regrette le temps où les croissants croustillaient vraiment et où ils avaient une forme, euh, de croissant plutôt que de boudin. Le premier supermarché où on tente d'aller faire nos courses est fermé, le deuxième aussi, le troisième itou. On s'est organisés comme des pieds, ce qui nous vaut de finir dans le minuscule Delhaize Proxy de Woluwé où, vu les prix et le peu de choix, on achète à peine un tiers de ce qui était prévu. Cet adorable list pad Paperchase, j'ai failli le prendre en septembre à Copenhague, mais j'ai renoncé pour rester raisonnable, et voilà que Rock'n'Laurette me l'offre: clairement, nous étions destinés l'un à l'autre. Ménage de magazines et de photos sur l'iPad pour pouvoir installer iOS 8.1. Changer les draps me fait penser qu'on pourrait se débarrasser d'une ou deux parures qu'on n'utilise plus. Après l'excitation d'hier soir, la journée d'aujourd'hui se traîne de corvée domestique en corvée administrative. Une amie m'envoie un mail pour me dire qu'elle se fait une cure de petits bonheurs afin de combattre la déprime automnale et me remercie de ma "présence bienveillante": hop, dans le dossier des trucs à relire les jours où je crains de me réincarner en cancrelat! J'ai toujours défendu "The Big Bang Theory", mais là, honnêtement, la saison 8 ne casse pas trois pattes à un canard. Tiens, le flan Alsa que je m'apprête à préparer est périmé depuis tout juste un an. La première tentative d'installation de Yellowstone Yosemite sur mon MacBook est un échec. Une soirée sous la couette à naviguer entre le dernier numéro de Frankie (le meilleur magazine du monde) et "The bone clocks" (le roman le plus intrigant que j'aie lu depuis une éternité). A deux heures du matin, réveillée par le troupeau d'éléphants qui sort de chez la voisine du dessus et gueule dans les escaliers pendant cinq bonnes minutes comme s'il était seul au monde: bordel, mais que sont les bonnes manières devenues?




Chouchou court tout nu vers la salle de bain, une fourchette à la main. "Euh, est-ce que je veux savoir ce que tu comptes faire, ou bien?" C'était "ou bien". "Je prends quoi chez Allemersch?" "Du pain. Et deux couques au beurre pour mon petit-déj', pendant que tu y es." Une demi-heure plus tard, pas de Chouchou: se serait-il enfui avec la boulangère? "Non, il y avait juste dix mètres de queue sur le trottoir", m'explique-t-il en rentrant avec un sachet de viennoiseries. "Et le pain, il est où?" ...Toujours chez Allemersch, apparemment. Ces couques au beurre ont dû se compromettre avec des couques suisses: je ne vois pas d'autre explication à la présence des quelques raisins secs sournoisement planqués à l'intérieur. Le temps magnifique va m'obliger à sortir shooter mes dernières acquisitions modesques - trop dure la vie. 221 photos dont 34 vraiment belles, c'est un excellent ratio pour moi, ma silhouette en bouteille d'Orangina et ma tête de poisson-lune. Et j'ai très, très bien fait d'acheter cet adorable manteau de mi-saison: la coupe, la couleur, la matière, tout est juste parfait. J'ai presque hâte que la machine à laver basique achetée il y a 6 ans (et dont le vendeur de Vanden Borre, qui voulait nous en fourguer une bien plus chère, nous avait dédaigneusement assuré qu'elle ne tiendrait pas plus d'un an ou deux) tombe en panne pour la jeter et la remplacer par une lavante-séchante. Mes neveux se sont débrouillés pour choper la gastro le seul week-end de l'année scolaire où ils n'avaient ni match ni stage de hockey: bien joué, les p'tits gars. Un jour, je trouverai le générateur spontané de coccinelles planqué dans cet appartement. Chouchou remonte de la cave avec une culotte vieux rose et des mi-bas chair qu'il me tend en disant: "Tiens, ça a dû tomber du panier tout à l'heure". "...Non, c'est pas à moi, tu viens de piquer le linge de la voisine." Evidemment, si je n'allume pas le feu sous la casserole, ça cuit beaucoup moins bien. L'ex-femme de Jon Favreau va être super jouasse de récupérer un gamin de dix ans qui boit de la bière, possède son propre couteau de cuisine, chante "Sexual healing" et se farine les noix à la Maïzena. Rhâââ, je me doutais que cet Hugo trop propre sur lui était en réalité un parfait salopard. M'endormir les jambes emmêlées avec celles de Chouchou, en écoutant la pluie tambouriner doucement à la vitre.

8 commentaires:

SandradeHannut(anciennementdeBruxelles) a dit…

sisi elles existent bien les couques au beurre et raisins.C'est mes préférées...

Diba a dit…

Super des collants bleu, j'en ai aussi mais je n'ai pas trouvé la bonne association chaussure-robe pour les mettre en valeur! C'est peut-être aussi l'excuse pour aller faire du shopping;)

Anonyme a dit…

Ah mais OUI, un générateur de coccinelles, comment avais-je pu ne pas y penser ? :D

Mélusine

ARMALITE a dit…

Il y a TOUT LE TEMPS des coccinelles dans cet appart, même en hiver quand je n'ouvre pas les fenêtres, et je ne sais pas d'où elles sortent.

shermane a dit…

Pour le ressort, dzoing ne me choque pas mais je vote pour boing. Gao par contre, c'est inédit.

Frankie (le meilleur magazine du monde)
Mais... mais ? Et flow ??

ARMALITE a dit…

Flow arrive juste derrière, d'un demi-poil. Et encore, ça dépend des mois. Je pourrais les mettre ex-aequo, en fait.

shermane a dit…

Ok :)

Au fait, pour mettre fin à ton envie de laveuse-sécheuse, il paraît que c'est pas encore hyper au point. Voilà.

ARMALITE a dit…

Mmmj j'en ai une à Toulon depuis 10 ans, j'en suis ravie.