dimanche 26 octobre 2014

"Petite voleuse"


Diplômée en lettres classiques, Corrina Park bosse dans une agence de pub à New York. Ce travail devait juste lui permettre de rembourser son prêt étudiant avant de se lancer dans l'écriture, mais ça fait maintenant cinq ans qu'elle rédige des slogans pour des marques à l'éthique discutable sans jamais avoir pondu la moindre ligne à côté. Célibataire, elle ne s'est pas fait d'amis dans la grande ville et ne fréquente que ses collègues de boulot - ainsi que son chat Anaïs. Sans trop savoir pourquoi, de temps en temps, elle vole des magazines à la supérette où elle fait ses courses du soir...

Première bédé de Michael Cho, un dessinateur d'origine coréenne installé au Canada, "Petite voleuse" met en scène une jeune femme qui a tout pour elle en apparence, et qui est pourtant en train de passer à côté de sa vie. Bien qu'elle me semble assez caractéristique de sa génération (ou du moins, d'une partie de sa génération), Corrina m'a irritée par son apathie et son manque d'appétit de vivre.

Si l'auteur parvient à retracer sa morne existence avec beaucoup de sensibilité et de justesse, la seule chose qui m'a vraiment intéressée dans cette histoire - plus que de savoir ce qui pousserait finalement Corrina à rectifier le tir -, c'est le graphisme bichromique. Je craignais que ce mélange de rose et de noir ne me lasse assez rapidement, et c'est tout le contraire qui s'est produit: plus j'avançais dans ma lecture, plus je l'appréciais. Qu'il s'agisse de rendre des personnages aux physionomies expressives ou de dépeindre un environnement urbain foisonnant sans être oppressant, je l'ai trouvé particulièrement efficace et original.




2 commentaires:

shermane a dit…

A force de me contraindre à entrer dans les librairies avec des œillères, j'ai complètement loupé cette BD dont le graphisme comme l'histoire me plaisent.
Merci d'en avoir parlé !

shermane a dit…

Re-merci, j'ai bien aimé, bien que ce ne soit pas la lecture du siècle, je m'y replongerais avec plaisir en cas de coup de mou.