vendredi 31 octobre 2014

Hôtel Le Berger: charme suranné et mojitos décadents




Je me demande comment j'ai pu atteindre l'âge canonique de 43 ans sans adopter cette merveilleuse tradition que sont les cocktails du vendredi soir après le boulot. A ma décharge, je pense que c'est une pratique plus répandue en Angleterre qu'en France ou en Belgique... mais en tant qu'alcoolique mondaine débutante, je me trompe peut-être. Bref. Assez vite, j'ai décidé que mon cocktail préféré était le mojito: frais, pas trop sucré et à base de rhum, qui est l'un des deux seuls alcools forts que je supporte (l'autre étant la vodka). Puis, avec une méticulosité toute scientifique, j'ai entrepris de déterminer quel bar à Bruxelles servait le meilleur. Il me reste à tester l'Archiduc, dont on m'a dit du bien, mais pour l'instant, deux vainqueurs se détachent assez nettement. L'Amour Fou, où j'aime glander l'après-midi avec un bouquin ou mon iPad et dévorer les meilleurs burgers du monde le soir, propose un mojito bien équilibré à 7,50€, avec happy hour les mardi et mercredi soirs à partir de 18h. Pour ce qui est du plan cocktail entre copines, il est néanmoins devancé par l'hôtel Le Berger situé un peu plus bas dans la chaussée d'Ixelles. Cet ancien hôtel de rendez-vous est flanqué d'un bar à la déco délicieusement vieillotte, aux murs sombres et à l'éclairage tamisé. Les tables couvertes de miroirs défraîchis renvoient la lumière des bougies que les serveurs allument à la tombée de la nuit, et entre la baie vitrée et l'épaisse tenture de velours rouge qui entoure la porte se niche un canapé extrêmement cosy dont l'accoudoir a pile la bonne hauteur pour le coude d'une lectrice de taille modérée. La musique, compilation de reprises bossanovantes ou de tubes des années 80, jure souvent avec l'endroit mais me ravit toujours. L'atmosphère hésite entre suranné et décadence. Les cocktails, qui coûtent 10€, sont généreusement dosés en alcool et toujours accompagnés d'une petite assiette d'amuse-bouche maison. Et loin de vous regarder d'un oeil torve si vous traînez un peu sans prendre de seconde consommation, le personnel vous fiche une paix royale. J'ai découvert et aimé ce lieu en été, mais c'est à la saison où les jours raccourcissent que son charme se déploie pleinement. J'y arrive alors que le soleil décline, un peu fatiguée de ma semaine de travail. Je passe un long moment à bouquiner seule dans le canapé moelleux ou à papoter boulot, voyages et littérature avec des copines. L'alcool me réchauffe délicieusement et m'aide à prendre de la distance par rapport à mes petits soucis. Puis, avec l'impression de flotter un peu, je rentre sans me presser par les rues obscures en pensant à ce que je vais faire ce week-end avec mon amoureux. Pour un peu, je gambaderais presque. 

24, rue du Berger
1050 Bruxelles
Service au bar à partir de 17h30

2 commentaires:

Isabelle Pernot a dit…

Ça donne envie !

Athéna a dit…

oh ? je suis allée dans cet hôtel il y a 23 ans, c'était très loin d'être aussi séduisant ! et je n'ai pas aimé le quartier qui me semblait abandonné. bref il faut que je retourne à Bruxelles ; d'ailleurs il y a une expo d'art siennois qui me tente beaucoup