mercredi 22 octobre 2014

CHALLENGE MINIMALISTE #22: Demandez-vous... quelles règles vous pourriez instaurer pour ne plus accumuler





C'est bien beau de faire un grand tri une fois de temps en temps, mais l'idéal, ce serait d'oeuvrer de façon quotidienne à limiter l'accumulation des choses. A partir de début novembre, une fois le challenge terminé, quelles sont les règles que vous pourriez instaurer dans ce but? Voici quelques-unes de celles que j'utilise; n'hésitez pas à inventer les vôtres!

- "1 in, 1 out": si j'achète un objet dans une certaine catégorie, je dois me débarrasser d'un autre afin que leur nombre total n'augmente pas. Je trouve ça particulièrement utile pour les livres et les vêtements. Dans les périodes où je me suis un peu laissé déborder, ça peut même devenir "1 in, 2 out", soit 2 sortants pour chaque entrant.

- La liste incontournable: quand je pars faire une virée shopping, c'est désormais avec un but bien précis en tête. J'ai besoin, par exemple, d'une carte pour mon swap papeterie, d'un nouveau pyjama douillet mais mignon et d'un cadeau d'anniversaire pour une copine. Et je n'achète que ça. Si jamais, au cours de mes recherches, je tombe sur un objet pour lequel j'ai un coup de coeur, je me reporte à la tactique suivante. 

- L'achat différé: plus question d'acheter un objet dont je n'ai pas besoin la première fois que je le vois. Je laisse passer une semaine ou davantage, et s'il me fait encore envie à ce moment-là, oui, je me fais plaisir. Mais en général, avec le recul, soit je me suis rendu compte que je possédais déjà un équivalent, soit le truc en question a cessé de me tenter. Parfois même, je l'ai carrément oublié. 

Et vous, quelles sont les tactiques que vous pourriez envisager de mettre en oeuvre afin d'éviter les achats inutiles?

7 commentaires:

Anonyme a dit…

L'achat différé fonctionne très bien depuis des années :) Ça n'empêche pas les achats dont on aurait finalement pu se passer avec plus de recul, mais ça les minimise.

Mélusine, qui ne commente plus beaucoup mais passe toujours

Anonyme a dit…

j'applique déjà le "1 in, 1 out". Mais je pense que selon le type d'objets les 3 règles peuvent s'utiliser. Je vais plus différer mes achats et établir des listes de ce que j'ai, ce qui permettra de cerner ce dont j'ai besoin réellement.
Pauline

Tasha a dit…

L'achat différé, moi aussi. En tout cas, ça marche bien pour tout ce qui est vestimentaire ou déco. Et pour certaines catégories, je prends en compte les achats précédents: sans être jusqu'au boutiste, si j'ai envie d'un DVD ou d'un cd, je pense aux achats de la dernière année et à ces DVD que je n'ai pas vus encore, et aux disques que j'ai à peine écoutés. Ça freine les achats d'impulsion. Il n'y a que pour les livres que je cède à mes envies mais le passage au numérique a au moins stoppé le trop plein des bibliothèques.

Sighel a dit…

Idem, l'achat différé fonctionne bien ... Et le fait d'avoir rangé armoire, bureau et bibliothèque au fil du challenge m'a aidée à faire la liste de ce que je possède déjà, ce qui évitera d'acheter des doublons parce que j'avais oublié que j'avais déjà l'objet en question !

Souz a dit…

Je pratique déjà le 1 in 1 out pour les vêtements et chaussures, et je crois que c'est ce qui nous permet de vivre à 2 dans 32m² sans hurler à chaque fois qu'on ouvre les placards.

Les autres stratégies, je les utilise plus ou moins, mais je vais les systématiser, ça sera ma participation à ton challenge minimaliste, car pour le reste, je me tiens déjà pas mal (cf les 32m²)

Merci pour l'inspiration, ça fait du bien d'aller contre les injonctions à consommer.

Lucy a dit…

Je crois que je vais arrêter d'acheter pendant plusieurs mois. Mon dernier achat différé après l'attente et le plaisir de l'anticipation se languit dans mon armoire et il se trouve que je n'en avais pas tant besoin que ça après en avoir rêvé des semaines.

Clumsybaby a dit…

Une astuce est de rajouter des critères de "qualité" pour tes achats en vérifiant qu'ils respectent tes valeurs.
Selon ce que tu juges important, tu pourras te demander si l'objet que tu veux acheter est écologique, s'il a été produit pas trop loin, en respectant les humains et les animaux, s'il pourra être toxique, si ton argent ira à des entreprises ou des organisations que tu apprécies, etc.
Avec ce genre de considérations, c'est fou comme ton nombre d'achats diminue.