jeudi 17 avril 2014

"M. Pénombre, libraire ouvert jour et nuit"


"Clay Jannon, webdesigner, se retrouve au chômage quand la récession frappe San Francisco. Le hasard le mène jusqu'à la librairie de l'étrange M. Pénombre, ouverte 24 heures sur 24, où il est embauché pour le service de nuit. Il découvre un lieu aussi insolite que son propriétaire, fréquenté par les membres d'un drôle de club de lecture. Ceux-ci débarquent toujours au milieu de la nuit, vibrant d'une impatience de drogués en manque, pour emprunter l'un des très vieux et très poussiéreux volumes relégués sur les hautes étagères du fond de la boutique. Volumes que, justement, M. Pénombre a formellement interdit à son nouvel employé de consulter. Clay finit pourtant par succomber à sa curiosité et découvre que ces livres sont tous écrits en code. Quelle obscure révélation renferment-ils ? En bon fan de fantasy qu'il est, Clay cède à l'appel du mystère et s'attaque à "l'énigme du Fondateur" avec l'aide de son colocataire spécialiste en effets spéciaux, de son meilleur ami créateur d'un logiciel de "simulation de nichons" et de son amoureuse, ingénieure prodige chez Google. Mais quand ils veulent présenter leurs résultats à M. Pénombre, celui-ci a disparu ! Les quatre amis se lancent alors dans une quête qui les entraînera bien au-delà des murs de la petite librairie. Sur les traces de M. Pénombre, ils se trouveront aux prises avec une société occulte d'érudits légèrement allumés, un manuscrit indéchiffrable, un typographe de génie et, qui sait, le secret de la vie éternelle."

Ca faisait déjà un petit moment que j'avais repéré ce roman de Robin Sloan et que j'hésitais à l'acheter. Si les livres eux-mêmes, ainsi que les endroits où on peut se les procurer (librairies et bibliothèques), font partie de mes sujets préférés en littérature, la dernière fois que je me suis penchée sur un roman dont l'intrigue tournait autour d'une société secrète ayant pour but de déchiffrer l'énigme d'un ouvrage codé, c'était le désastreux "La librairie des ombres", et je n'avais aucune envie de m'infliger ça de nouveau. Ma curiosité a tout de même fini par l'emporter; vive ma curiosité! Car "M. Pénombre, libraire ouvert jour et nuit" m'a absolument ravie. Je craignais de tomber sur une atmosphère sombre et un peu poussiéreuse à la Katherine Neville; au lieu de ça, j'ai eu l'impression de lire un des meilleurs romans de Douglas Coupland, s'il se décidait à créer des personnages enthousiastes et sympathiques plutôt que mous et velléitaires. Le télescopage entre le monde des vieux livres et celui de la technologie de pointe est absolument jouissif, et pour une fois, les deux ne sont pas présentés comme des ennemis mortels, mais comme des collaborateurs potentiels capables d'accomplir de grandes choses ensemble. J'ai adoré que le héros envisage sa quête comme une partie de jeu de rôles avec lui dans le rôle du voleur, sa copine dans le rôle de la magicienne et son meilleur ami dans celui du guerrier. La résolution de l'énigme m'a paru à la fois touchante et satisfaisante d'un point de vue narratif, et j'ai trouvé le dernier chapitre merveilleusement feel-good. Bref, une lecture des plus réjouissantes!

J'ai lu ce livre en anglais et ne peux donc me prononcer sur la qualité de la traduction française. 

3 commentaires:

elmaya a dit…

Oh que ça fait envie ! Sans toi, j'aurais pu être rebutée par le côté "société secrète", "grand mystère & co", je ne peux plus les voir, il y a trop de romans qui tournent autour de ce thème... et trop peu de bons ! Mais là, je crois que je vais le rechercher...

Athéna a dit…

Quelle merveille une librairie ouverte 24h/24 (et oui je connais l'existence d'Amazon, chers détracteurs imaginaires); je vais voir si je ne trouve pas ton bouquin lors de ma prochaine virée chez W.H. Smith

Fredoche a dit…

Merci pour la recommandation, j'ai adoré ce bouquin commandé après avoir lu ton billet ! Comme toi, j'ai beaucoup apprécié la façon dont les techniques modernes et anciennes se conjuguent tout au long du livre pour donner une intrigue qui n'est pas manichéenne.