lundi 17 février 2014

"Jack et la mécanique du coeur", merveilleux conte barock'n'roll


Edimbourg, 1874. Jack naît le jour le plus froid du monde, et son coeur en reste gelé. Le docteur Madeleine le sauve en remplaçant l'organe défectueux par une horloge. Jack survivra avec ce bricolage magique à condition de respecter trois règles: ne pas toucher à ses aiguilles, maîtriser sa colère et surtout ne jamais tomber amoureux. Sa rencontre avec Miss Acacia, une petite chanteuse de rue qui refuse de porter ses lunettes et se cogne partout, va précipiter la cadence de ses aiguilles. Prêt à tout pour la retrouver, Jack se lance tel Don Quichotte dans une quête amoureuse qui le mènera jusqu'aux portes de l'Andalousie...

Avant d'être un film d'animation, "Jack et la mécanique du coeur" a été un roman de Mathias Malzieu que je n'ai pas lu, et un CD de son groupe Dionysos que je n'ai pas écouté. Pendant toute la séance, j'ai pensé combien le design graphique me rappelait le style d'une des créatrices de La Marelle: bingo, c'est bien le nom de Nicoletta Ceccoli qui figure au générique. Visuellement, j'ai trouvé le film somptueux, et je comprends qu'on l'ait beaucoup comparé au travail de Tim Burton, mais si celui-ci compte certainement au nombre des influences de Mathias Malzieu, "Jack et la mécanique du coeur" n'est en aucun cas une pâle copie de l'oeuvre de quiconque. Bien que l'on y retrouve certains ingrédients burtoniens tels que le romantisme échevelé, la pointe de noirceur, l'humour un peu décalé et le petit grain de folie, ils sont ici cuisinés d'une façon tout à fait personnelle, et assaisonnés d'une musique rock qui arrive à point pour épicer certains passages comme celui du train fantôme. Je n'ai pas raffolé de la toute fin, et j'ai eu un peu de mal avec les voix des adultes qui interprètent les personnages au début du film, lorsqu'ils sont encore enfants. Mais à ces deux détails près, "Jack et la mécanique du coeur" m'a vraiment enchantée. 

8 commentaires:

dee-dum (Manon) a dit…

Samedi, j'ai été pour la deuxième fois le voir au cinéma. J'avais lu le livre étant plus jeune et il fait partie de mes bouquins préférés (comme tous les livres de Mathias Malzieu). Je pense que j'ai préféré le film au livre ! Déjà parce que visuellement je le trouve parfait et puis parce que, comme son livre, c'est un petit bijou de poésie. Et une magnifique histoire d'amour.

Morgan a dit…

Et puis le livre est franchement plus déprimant côté amour (plus osé aussi)... Le film dégage un vrai côté foldingue assez trippant. Le tour en train fantôme avec "King of the Ghost Train" à fond, c'est franchement énorme.

Eimelle a dit…

j'avais bien aimé le livre... j'hésite à aller voir le film, pas sûre que cela corresponde à mes images!

Rémy Groulez a dit…

Moi j'ai rien compris à la fin du film

ARMALITE a dit…

ATTENTION:SPOILER!





Ben, je pense qu'il se laisse mourir.

Morgan a dit…

J'ai compris ça comme ça aussi (mais la fin du livre est carrément plus lugubre, il y a tout un pan de l'histoire entre Jack et Madeleine qui n'est pas mis en scène dans le film).

Anonyme a dit…

Ah bah zut alors , je suis de retour (beaucoup de travail en ce moment) et vois tous ses post.je commente et rien apparait....
je disais donc moi aussi j'adore l'univers de Mathias (Dionysos) et j'ai ha^te de voir le film car super casting et aime beaucoup cette référence à Tim Burton seul hic, BESSON , là j'aime moins
Emilie

ARMALITE a dit…

Les commentaires sur des posts datant de plus de 5 jours sont modérés, ils n'apparaissent donc qu'une fois approuvé par mes soins.