mardi 17 décembre 2013

"Bron/broen" saison 2


(ATTENTION: SPOILERS SUR LA FIN DE LA SAISON 1)
Un bateau abandonné par son équipage vient s'encastrer sur un des piliers du pont de l'Oresund. Dans la cale, on retrouve cinq jeunes gens en fort mauvais état, incapables de raconter ce qui leur est arrivé. Chargée de l'enquête du côté suédois, Saga Norén se rend à Copenhague pour proposer à Martin Rhode de collaborer de nouveau avec elle. Treize mois se sont écoulés depuis les événements tragiques qui ont mené à l'arrestation de Jens. Brisé par la mort de son fils aîné, Martin vit séparé de Mette et de leurs cinq enfants. De son côté, Saga vient d'emménager avec son petit ami et fait de gros efforts pour que leur relation se passe au mieux, mais supporte mal qu'on envahisse son territoire. A l'affaire du bateau succède rapidement toute une série d'actions meurtrières menée par un mystérieux groupe d'éco-terroristes planqués derrière des masques d'animaux...

Après une première saison époustouflante, j'ai d'abord eu du mal à accrocher à la deuxième. Martin laisse sa colère lui pourrir la vie, s'obstine à commettre les mêmes erreurs relationnelles et ne sert absolument à rien du point de vue de l'enquête. Contempler sa déchéance est presque douloureux. Les personnages secondaires, ceux qui apparaissent sans qu'on connaisse d'abord leur lien avec l'histoire, puis disparaissent brusquement après avoir servi le dessein des scénaristes, sont moins intrigants, moins intéressants que dans l'affaire du "Terroriste de la Vérité". La trame de l'enquête a un goût de déjà vu: des actions spectaculaires qui semblent destinées à ouvrir les yeux du public sur une réalité socio-politique dans la saison 1, environnementale dans la 2, mais qui au final sont orchestrées pour des raisons plus personnelles... Ajoutons à ça que nous avons regardé les 5 premiers épisodes avec des sous-titres lamentables, mélange d'anglais et de martien dans lequel il manquait des tas de mots, si bien que beaucoup de connexions m'ont échappé et que j'avais l'impression que l'histoire partait dans tous les sens. Bref, malgré quelques conversations hilarantes entre Saga et Martin (la première s'obstinant à parler de sexe au second à sa manière archi-directe et, pour le coup, archi-gênante), j'étais assez déçue.

Puis nous avons basculé sur des sous-titres français très corrects, et tout s'est éclairé. Au final, l'histoire de cette saison 2 est plus complexe, moins linéaire que celle de la saison 1, mais pas moins bonne malgré l'immense frustration que l'on ressent durant le dernier épisode en comprenant qu'il reste encore quelqu'un au-dessus des coupables identifiés, et qu'au fond rien n'a été résolu. L'atmosphère est toujours glauque, plombée aussi bien visuellement qu'émotionnellement. Deux nouveaux personnages font leur apparition au sein de l'équipe de recherche de la police; chacun exerce une influence particulière sur l'enquête et pousse un des deux héros du côté où il a déjà tendance à pencher naturellement. Mais le pompon, c'est le dernier épisode, avec une fin à double détente qui, exploitant à fond le ressort relationnel, m'a encore plus choquée que celle pourtant magistrale de la première saison. Et l'avantage des questions laissées en suspens, c'est qu'elles laissent présager une saison 3 de cette décidément très grande série.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Bon ben je ne peux PAS lire ce post!

ANNESO