mercredi 20 novembre 2013

Aki: à la (re)découverte des okonomiyaki


Dans la rue Sainte-Anne, on trouve des dizaines de restaurants japonais qui vont du plus insipidement européanisé au plus délicieusement authentique. Depuis des années, je suis une fidèle cliente du Higuma, qui est un peu ma cantine sur Paris. Et voilà qu'on m'apprend que quelques numéros plus loin, un autre établissement nommé Aki a pour spécialité les okonomiyaki, un de mes plats préférés dans la cuisine nippone! Forcément, j'étais obligée d'aller tester. 




Pour les non-initiés, les okonomiyaki sont une sorte de croisement entre pizza et omelette. On fait cuire une base de pâte (oeuf + chou) sur une plaque chauffante, puis on l'agrémente de diverses garnitures et sur le dessus, on ajoute des croisillons de deux sauces différentes ainsi que de la bonite séchée qui danse sous l'effet de la chaleur. La première fois que j'en ai entendu parler, c'était en lisant "Ranma 1/2" (une des copines du héros tenait un stand qui ne vendait que ça), et ça m'avait intriguée. La première fois que j'en ai mangé, c'était au Japon. La plaque chauffante était au milieu de la table, on m'a apporté les ingrédients entassés dans un bol sans la moindre explication, et j'ai pris pris peur à la vue des pelures de bonite qui se tortillaient toutes seules. La serveuse a eu pitié et m'a fait cuire mon plat. C'était délicieux; depuis, je suis fan et ne rate jamais une occasion d'en manger. 




Chez Aki, donc, c'est un cuisinier qui prépare l'ensemble des okonomiyaki de la clientèle, sur un comptoir chauffant situé au sous-sol. Et bien que ce soit la spécialité de la maison, le restaurant propose tout un tas d'autres plats (notamment les classiques don) et des formules à prix ultra démocratique. En guise d'entrée ce jour-là, j'ai pris une demi-portion de teriyaki don avant mon okonomiyaki au porc, tandis que d'autres convives goûtaient les edamame, les boulettes de poulpe ou les croquettes de pomme de terre frites, puis les okonomiyaki aux fruits de mer ou à la crevette et au fromage. Si nous avions pas mal attendu avant d'obtenir une table, nous avons ensuite été servis plutôt rapidement. Et tout était savoureux. Alors certes, les okonomiyaki ne sont pas ce que la cuisine japonaise a produit de plus subtil. Mais parfois, quand on a passé la journée à se geler dehors, c'est bien agréable de manger un petit plat roboratif!

Aki
11, rue Sainte-Anne
75001 Paris
Fermé le dimanche
CB à partir de 25€

8 commentaires:

mayla a dit…

J'ai déjà mange au Aki et c'est vrai que leur petits okonomiyaki sont bons.
Il y a aussi un bon restaurant japonais là bas : le Naniwa-ya au 11 rue sainte Anne, c'est là bas que je me précipite chaque fois que je vais à Paris et que je dévalise les boutiques du quartier japonais. Leurs menus sont assez bon marché et plutôt copieux.

elmaya a dit…

J'adore la cuisine japonaise, mais ça, je n'en ai encore jamais goûté... Il va falloir que je me penche sur la question ! (Et là, je suis sous la neige, un plat roboratif serait tout indiqué...)

Nat75 a dit…

Higuma ! Ma cantine également quand je bossais au musée du Louvre !
Les okonomiyaki je n'ai jamais osée mais ça me tente beaucoup ...
A tester rapidement

lecridulapin a dit…

Ah, l'Aki ! J'y ai mangé mes premiers okonomiyakis et j'y allais à chacun de mes passages à Paris, avant que je n'en fasse moi-même. Et ton billet m'a donné envie d'en manger, c'est malin :p
Allez, d'ici la fin de la semaine, j'en prépare !

titite a dit…

la chance de pouvoir en manger !!! c'est trop bon !
comme je n'ai pas la chance d'avoir ce genre de restaurant ici, je les fais à la maison !

MlleCMT a dit…

Higuma est aussi notre restaurant préféré sur Paris. A chaque fois que nous y allons c'est le passage obligé. Les gyozas sont merveilleux on ne peux plus en manger ailleurs!!
Je note ta nouvelle adresse j'ai hâte de goûter cet étrange plat !! Bises

Nekkonezumi (Ed) a dit…

Ah, c'est comme ça que ça s'appelle ! Une amie avait testé ça dans un boui-boui incroyable l'an dernier, depuis j'en rêve ! Adresse notée, merci !

Alice a dit…

C'est justement la bonite qui crépite qui m'amuse (mais comme toi, je suis facilement "amusable").

Mayla > je trouve que le niveau du Naniwa-ya a vachement baissé... Mais ça reste bon et pas cher, avec du thé à volonté :)

Et j'en profite pour recommander Sanukiya et Zen, dans le coin. L'un fait des udons et l'autre des sushis. Les 2 sont tenus par le même propriétaire.