jeudi 17 octobre 2013

Le fantôme du calendrier




D'abord, le premier Noël où il reste une place vide à table. 
Puis la première année qui commence avec une famille amputée. 
Mon premier anniversaire de demi-orpheline.
Le premier anniversaire de mariage de mes parents qui ne sont plus qu'un.
La première fête des pères sans personne à qui la souhaiter.  
Son premier anniversaire manqué - les 67 ans qu'il n'aura jamais. 
Et ce soir, le premier anniversaire de ce coup de fil de ma soeur m'annonçant qu'il avait cessé de respirer. 
Entre ça, les dates ordinaires, le 14 novembre, le 7 janvier, le 3 mai, le 10 juillet, le 29 septembre: tous les autres jours de cette première année d'absence qui s'achève. 
Un de chaque sans lui.
Aucun n'a diminué le vide. Aucun ne s'est écoulé sans que j'y pense et que des larmes amères me piquent les yeux.
Il est le fantôme qui hante désormais mon calendrier. 

9 commentaires:

cryingwall a dit…

Toutes mes pensées t'accompagnent.

Princesse Audrey a dit…

Je te soutiens très fort. Gros bisous.

Blanche a dit…

Je compatis et pense bien fort à vous!
J'ai vécu la perte de mon papa aussi (il y a 2 ans 1/2) et je sais à quel point cette absence est difficile à supporter...

mmarie a dit…

Chère Armalite,
Les pensées qui volent vers toi sont chargées de l'écho que tes mots ont soulevé en moi.
Ce temps qui fait si mal peu à peu deviendra un baume, je te le souhaite. Même si on ne guérit pas de l'absence, on l'apprivoise, elle cicatrise, on vit avec.
Je t'embrasse *

Méli a dit…

Très touchant ton article. Cette vie si belle quand tout va bien, si injuste pour tous les autres moments. Accroche toi, meme s'il n'est plus là, il sera toujours derrière toi, au dessus de ton épaule...

Mademoiselle A. a dit…

Toutes mes pensées pour toi. Tes mots font échos chez nous.

Cha a dit…

Je l'ai vécu... j'ai perdu mon père et ces jours sont marqués au fer rouge pendant longtemps mais un jour la peine se dilue (un peu) et tu oublies de faire les comptes car la vie reprend le dessus et que chaque jour reste pareillement douloureux (moins qu'avant mais toujours). Et puis il y a ces moments où en dehors de ces dates la personne te manque encore plus violemment. Ca m'arrive encore parfois... Mais alors que je pensais ne jamais reprendre le dessus, 8 ans plus tard je constate que j'ai avancé. Je ne te dirais pas que ça ne sera pas difficile et que ce vide disparaîtra mais la blessure se fera moins vive avec le temps. Essaye d'énumérer tous les bons souvenirs que tu sembles avoir. Ils font concurrence de très loin au nombre de jours de peine intense qui t'attendent.

MadeleineMiranda a dit…

Je suis de tout cœur avec toi... Courage ma belle!

MlleCMT a dit…

C'est tellement beau et malheureusement ... tellement vrai.
Le temps sera ton allié dans cette dure épreuve. Courage.
Bises+++