mardi 20 août 2013

"Bridget, parce que le féminisme n'est pas un gros mot"


Dimanche à l'aéroport de Blagnac, je cherchais un magazine pour occuper mon heure et demie de vol de retour. J'avais déjà lu le NEON et le BioMood en cours, plus ma dose maximum de presse féminine "classique". Je m'apprêtais à sortir du Relay les mains vides quand mon regard s'est posé sur une couverture marrante titrée "Bridget: parce que le féminisme n'est pas un gros mot". Malgré le grand format que je déteste et le prix plutôt salé (4,90€), la curiosité et le désoeuvrement potentiel l'ont emporté. 

Au premier abord, on ne peut s''empêcher de remarquer une forte ressemblance avec Causette: la maquette, le ton, rien ne démarque Bridget de sa grande soeur. Certes, les féminins classiques sont tous plus ou moins les mêmes, mais justement, j'attendais davantage d'originalité de la part d'un mensuel féministe. Et puis Bridget, moi, ça me fait surtout penser au personnage d'Helen Fielding, que je ne qualifierais pas franchement d'icône féministe. 

Passons au contenu. Beaucoup de remplissage avec, notamment, pas moins de 9 portraits pleine page de femmes (toutes jeunes et jolies, mais pas toutes blanches, c'est déjà ça...) qui font des grimaces marrantes avec, en haut, une citation célébrant le féminisme. Les brèves, je les ai déjà toutes vues et revues sur Facebook ou sur Twitter. Les articles reprennent des sujets traités maintes fois ces derniers mois, notamment sur les blogs féministes mais pas que: les Antigone, les déclarations consternantes de Valérie Pécresse sur le congé paternité, le sexisme dans l'industrie du jeu vidéo, le test Bechdel, les attaques à l'encontre de Marion Bartoli suite à sa victoire à Wimbledon, le harcèlement de rue... Ce n'est pas mal écrit, mais ça ressemble plus à un travail de compilation que de véritable journalisme. Le seul qui m'interpelle vraiment arrive à la fin et est intitulé "Nabila et Zahia: foutons-leur la paix". C'est dire.

Alors, Bridget, une addition inutile et probablement éphémère au paysage de la presse française? J'aurais tendance à répondre par l'affirmative. D'un autre côté, en accro du net et féministe convaincue, je suis certainement mieux renseignée que la moyenne sur la question. Mais une personne qui ne se sent pas concernée par le sujet du sexisme, et à qui Bridget pourrait donc apprendre des choses, aura-t-elle envie de le lire? Ca m'étonnerait beaucoup. Je prédis donc un flop à court terme - même si je serais ravie de me tromper.

8 commentaires:

Kleo a dit…

Pour confirmer ton impression de "déjà-vu"...
http://www.rue89.com/2013/08/04/bridget-magazine-plagiat-met-causette-colere-244750

Anonyme a dit…

J'ai lu que c'était une sorte de parodie de Causette.Un "one-shot" peut-êre,du coup.

Anneso

stelda a dit…

Je l'ai acheté et j'en suis venue à la même conclusion : ça ressemble plus à une compilation de trucs déjà vus qu'à un vrai magazine. Mieux vaut lire Causette (plus percutant) ou Néon (plus original ;-).

Ophélie Feedbackbaby a dit…

Allez, rétablissons la vérité : c'est un nouvel essai du monsieur qui a créé Jeune & Jolie à l'époque. Il a complètement copié la maquette de Causette, voyant que ça marchait bien, et il a voulu se lancer à son tour dans le délire. A quoi voit-on que c'est du flanc ? Rien qu'aux noms des "journalistes" : ce sont des pseudonymes. De plus, impossible de joindre la rédaction ("l'ours" est absent) pour se plaindre ou faire des remarques. Et le contenu est... fade. Pas de réel parti pris, pas de vraie recherche comme dans Causette.
Je te conseille de lire l'article de Rue89 ;)
A bientôt !

Solaena a dit…

Biomood est le seul magazine qui m'intéresse et que je lis presque d'un coup.
Je ne parviens pas à trouver un autre magazine qui m'intéresse vraiment.

La Petite Bulle d'Elo a dit…

Oh ben mince! Moi qui adore les magazines, celui ci me tentait bien même si son prix m'a toujours rebutée :s j'essaierai peut être mais avec moins d'enthousiasme, vu ton avis :s bisous!

Miss Sunalee a dit…

Et moi les seuls magazines qui m'intéressent sont "Bloem en plant" (un peu comme "L'ami des jardins" mais en néerlandais), "Burda" et parfois "Njam" (magazine culinaire en néerlandais aussi). Je ne dépense plus mes sous pour le reste.

ker mary a dit…

j'avais vu passer un article sur le plagiat quand il est sorti http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2013/08/05/copier-coller-bridget-le-magazine-qui-copie-causette/#xtor=RSS-3208
c'est un magazine qui n'est pas fait pour durer.