samedi 5 janvier 2013

"La boutique de la seconde chance"


La brocante, pour Richard, c'est plus qu'un métier: c'est la passion qui occupe entièrement sa vie. Célibataire sans enfants, il court les vide-greniers, les boutiques de l'Armée du Salut et les ventes de succession pour y dénicher des trésors de seconde main. Jusqu'au jour où sa mère décède, laissant derrière elle une maison remplie de souvenirs. En triant ceux-ci, Richard va découvrir des pans de la vie de ses parents dont il ne soupçonnait même pas l'existence... 

Etant donné que je viens de passer une partie de mes vacances de Noël à farfouiller dans les affaires laissées par mon père, la lecture de ce roman de Michael Zadoorian pourrait sembler un choix étrange de ma part. D'autant que le héros, un type mou et dépressif, rencontre une fille un peu azimutée dont le métier est d'euthanasier les animaux à la chaîne. Rien de très joyeux, donc. Pourtant, "La boutique de la seconde chance" n'est pas un livre déprimant. Moi qui me débats constamment avec mon matérialisme, j'ai aimé la réflexion de l'auteur sur le choix des objets dont nous nous entourons, la place que nous leur accordons et la charge émotionnelle qu'ils en arrivent à porter. J'ai compati à la façon dont le héros réagit suite au décès du dernier de ses deux parents, compati à sa douleur de ne pas savoir faire fonctionner sa première véritable relation amoureuse, mais comme il m'était tout à fait impossible de m'identifier à lui, j'ai pu conserver une saine distance émotionnelle pendant ma lecture. Les derniers chapitres du roman, qui se déroulent au Mexique pendant le Jour des Morts, baignent dans une atmosphère plus magique que macabre qui a produit sur moi le même effet apaisant que sur Richard et Theresa. Au final, je suis si contente de cette lecture que je n'ai pas hésité à acheter chez Pêle-Mêle le précédent roman de l'auteur: "Le cherche-bonheur". 

Aucun commentaire: