jeudi 8 novembre 2012

Geocaching in Barcelona


Nous avons bien entendu profité de notre séjour à Barcelone pour faire un peu de géocaching. Bilan du séjour: 11 caches trouvées en 4 jours et demi. On est loin du record de 26 caches dans le même laps de temps, à Stockholm en septembre 2011, mais cela ajoute tout de même un 9ème pays à la liste des endroits où nous avons géocaché depuis nos débuts en août 2010. Et dans cette petite liste de 11, 2 caches en particulier m'ont marquée...

Manzana de la Discordìa

La première des deux était censée se trouver dans le voisinage de la Casa Battlò. L'indice ("Pere Falques", autre architecte moderniste espagnol) et les coordonnées GPS nous ont conduits vers l'un des bancs-lampadaires qui bordent le Passeig de Gracìa. C'était en plein jour, et il y avait des touristes un peu partout. Difficile de chercher sans se faire remarquer. Nous avons profité que l'un des sièges placés dos à dos était libre pour tâtonner plus ou moins discrètement sur les montants métalliques. Rien de notre côté, et l'autre siège était occupé par un couple de Français qui ne semblaient pas pressés de partir. Pour tuer le temps, nous avons feuilleté l'un des jolis carnets de voyage sur Barcelone achetés un peu plus tôt chez Doctor Paper. J'étais à peu près certaine que la cache se trouvait à l'intérieur d'une volute située côté chaussée... Dix minutes plus tard, le couple s'est levé et éloigné, et j'ai pu vérifier que mon intuition était juste. La boîte n'était pas immense; en insistant un peu, j'ai quand même réussi à y caser, en plus du logbook rempli, le Travel Bug Millenium Falcon que je traînais depuis notre voyage à Reykjavik, en juin, faute d'avoir trouvé entre temps une cache assez grande pour l'y déposer. Youpi! Nous nous sommes engouffrés dans la station de métro voisine en nous congratulant pour ce boulot rondement mené. 

Jardì de la casa Ignacio de Puig

Plus tard le même jour. En nous dirigeant vers le resto bio situé dans le quartier du Born où nous avons l'intention de dîner, nous tentons cette cache à deux accès. Le premier, un ascenseur situé dans une ruelle déserte, est en panne. Le second implique de traverser le hall d'un hôtel plutôt chic. Nous prenons notre courage à deux mains, notre GPS dans l'autre, et nous nous approchons de la réception. "Pudiera ascender al jardì de la casa Ignacio de Puig?". Entre mon accent atroce et ma grammaire approximative, l'employé masque mal son hilarité, mais il me désigne un escalier situé au fond du hall. Nous montons et débouchons dans un endroit étonnant: un jardin romantique suspendu, à l'éclairage assez particulier. Très joli, désert et extrêmement calme, alors que nous nous trouvons en plein coeur d'un quartier fort animé. Si mon estomac ne criait pas famine et s'il faisait deux ou trois degrés de plus, je me poserais volontiers dans l'une des chaises longues pour boire un cocktail et échanger quelques bisous avec Chouchou voire plus si affinités. En l'état des choses, nous nous contentons de trouver la cache assez rapidement malgré un indice sibyllin au premier abord. 

6 commentaires:

Anonyme a dit…

Nous avons bien entendu profité de notre séjour à Bruxelles pour faire un peu de géocaching... Barcelone, non?
Bonne journée
Nath

ARMALITE a dit…

Y'en a une qui suit!

Letipanda a dit…

Ah je me sens bête, je ne connaissais pas du tout le système du geocaching et pourtant j'ai quelques pays à mon actif ... Et ça a l'air sympa, ça permet probablement de visiter une ville/pays avec une toute autre vision que le simple circuit touristique et culturel ! Je tenterai bien à mon prochain voyage hihi

Nairo a dit…

Je ne connaissais pas du tout le concept, mais ça a l'air sympa. Si j'ai l'occasion de voyager, je testerai je crois ^^

Vincent a dit…

Je suis également.
"coordonnées GSM" dans la première partie ;)
Je marcherais bien sur vos pas, ce petit parc donne particulièrement envie d'y flâner.

ARMALITE a dit…

Hé ben, décidément!