lundi 7 mai 2012

Tea World Brussels


Comment aurais-je pu manquer "la première rencontre européenne jamais organisée autour du thé", alors que ça faisait deux semaines que je bavais devant les affiches? "Ca va me ruiner juste avant les vacances, cette affaire", avais-je prédit à Chouchou. "Je vais encore acheter des kilos de thé alors que mes placards débordent, et trois ou quatre théières alors que ma collection prend déjà beaucoup trop de place. Et je vais y passer tout mon samedi après-midi alors que j'ai des tonnes d'autres trucs à faire."

Du coup, j'imagine que je devrais remercier Tea World de m'avoir pris moins de dix minutes pour la visite et de m'avoir laissée repartir les mains vides - à l'exception des deux mini-tasses qu'on nous a remises après que nous ayons payé nos deux entrées 18€. Oui, 9€ par personne, pour un salon grand comme un timbre poche, abrité sous quatre pavillons en toile, avec une déco à peu près aussi avenante que celle d'une foire de l'emploi. Moquette verte façon faux gazon, murs en préfa, tables minimalistes, c'était plus cheap et beaucoup moins gai qu'un magasin Ikea. Un musicien jouait du oud trop fort dans le fond; les dégustations de thé se faisaient dans un espace tapissé de noir qui évoquait vaguement une chambre mortuaire; les stands étaient si étroits et si mal disposés qu'à plus de deux personnes devant, pas moyen d'approcher. De mon point de vue, rien n'invitait à engager la conversation avec les exposants et à demander de goûter leurs produits. 

Nous avons traversé l'ensemble au pas de course (quand je dis dix minutes, je pense que ça nous en a plutôt pris cinq), sans même prendre une seule photo tant nous étions dégoûtés. J'ai pensé que je me vengerais par un petit craquage dans l'inévitable boutique située à la sortie; las, elle ne contenait que quelques bouquins et deux théières moches. Bref, on l'aura compris: Tea World, j'ai trouvé ça vraiment nul. 

1 commentaire:

Emilie Sunny a dit…

Je ne savais même pas que ça avait eu lieu, bref j'ai rien raté :-)