mercredi 4 janvier 2012

"Les bénéfices du doute"


Je suis fan de Bénabar depuis ses débuts, comme je suis fan de Vincent Delerm. Je sais: ça fait bien de leur cracher dessus en disant qu'ils ne savent pas chanter et qu'ils font de la variété consensuelle molle. Mais moi, je m'en fous qu'ils n'aient pas une très grande voix. J'aime leurs petites tranches de vie souvent très bien vues, généralement drôles et parfois juste émouvantes. D'ailleurs, j'ai pris des places pour aller les voir tous les deux lors de leur prochain passage à Bruxelles, respectivement en mars et en avril. Et du coup, je me suis dit que j'allais acheter leurs dernières productions, histoire de me mettre à niveau.

"Les bénéfices du doute" est donc le plus récent opus de Bénabar. J'avoue avoir eu un mouvement de recul à la vue de la pochette: c'est quoi, cette expression diabolique? On dirait qu'il essaie de faire peur aux petits enfants. A l'intérieur, par contre, c'est sans surprise. Des mélodies plutôt entraînantes, et des textes bien dans la lignée des précédents albums même si on sent que les préoccupations de l'auteur évoluent au fil du temps. A ses débuts, Bénabar chantait les virées entre potes, la difficulté de grandir et de s'installer dans une relation de couple; plus tard, il composait une hilarante "Berceuse" pour un bébé qui refusait de dormir; là, il parle des copains disparus trop tôt ou de son affolement à la vue de ses enfants qui grandissent trop vite. On retrouve l'habituel mélange de textes rigolos, d'épinglage de travers sociaux et de morceaux mélancoliques tirant sur le grave. Mais j'avoue n'avoir pas eu de vrai coup de coeur. Si j'ai aimé la façon tranquille dont Bénabar répond à ses détracteurs dans "Politiquement correct", aucune chanson ne m'a fait mourir de rire comme, par exemple, "Les épices du souk du Caire", ou serré le coeur comme "Qu'est-ce que tu voulais que je lui dise". En résumé, ces "Bénéfices du doute" sont de mon point de vue une cuvée honnête mais pas exceptionnelle.

14 commentaires:

Ness a dit…

Tout pareil. Sauf pour Delerm. :-)
Bises

marieatoutprix a dit…

J'aime les deux même si je n'achète pas tous leurs albums.
J'ai adoré Benabar en concert au solidays, beaucoup moins à Bercy.
Ce genre d'artiste est meilleur dans des petites salles pour moi.
Et juste avant Noel, j'ai vu le dernier spectacle de Delerm. Génial. Tout le monde est sorti avec la banane de cette mièce de théatre/Concert. Mon chéri, fan plutot de Metallica et Iron Maiden apprécie les concerts de Delerm... C'est dire ;-)

Sophie a dit…

Hello toi,

J'irai probablement au concert de Benabar en mars, enfin si je parviens à acheter les tickets avec Sherpa.
Par contre Delerm, pas trop... :-)

ARMALITE a dit…

Rha zut, si j'avais su que ça t'intéressait on aurait pris nos places ensemble...

Egogramme a dit…

"Qu'est-ce que tu voulais que je lui dise" me remue à chaque écoute.

ARMALITE a dit…

Contente de ne pas être la seule ;-)

Mélanouille a dit…

Cet album passe mieux pour moi que le précédent où l'instrumentation ne servait pas du tout les chansons. Mais c'est vrai que quand je réécoute les premiers albums, j'ai le coeur qui se serre en me disant qu'il a perdu un peu de sa magie. ET c'est vrai que Qu'est ce que tu voulais que je lui dise est merveilleuse. Je vais aller la réécouter tiens.

Cécile de Brest a dit…

J'aime bien Bénabar, enfin, le précédent album parce que celui-ci, je ne le connais pas (par contre Delerm, je n'aime pas du tout), mais je l'écoute de moins en moins, j'ai du mal avec les chansons douces-amères, il me faut du fun en ce moment !

thiphane a dit…

Bonjour,
J'ai eu la même impression que toi aux premières écoutes de ce dernier album. Puis en écoutant mieux (c'est à dire sans le mari qui me parle on le nain qui braille) j'ai apprécié plus et j'aime bcp cette album. C'est du Bénabar mais qui vieillit et je trouve qu'il vieillit bien.
L'agneau me fait penser à mon idiot de collègue ^^
Delerm ouh la la j'y arrive pas...

Val1603 a dit…

Tout à fait d'accord pour le dernier album de Benebar... C'est bien lui, mais rien d'exceptionnel, mais j'adore quand même ;-)

La Nantaise a dit…

Je n'ai écouté son dernier album que d'un oreille mais j'ai pas eu de coup de coeur pour le moment...
Comme tu le dis si bien pas d'émotion comme dans "je suis de celle", "quatre murs et un toi" ou les rires du "slow" dans mon cas...
Mais je vais creuser... d'autant plus que je vais le voir avec ma Best au Zenith de Paris bientot :)

Sophie a dit…

C'est grâce à toi que j'ai su qu'il venait en concert. Ma copine D a commandé les placeS. j'espère que nous nous verrons avant et/ou après pour un grignotage ou un verre. Je vais devoir écouter ce dernier album...

Emilie a dit…

J'aime beaucoup Bénabar moi aussi, depuis un sacré bout de temps maintenant, et pour les mêmes raisons que toi. Je suis une inconditionnelle de ses textes qui sonnent toujours juste. Par ailleurs, je n'ai pas encore eu l'occasion d'écouter son nouvel album (je suis sur le point de rendre mon mémoire, alors les "à-côtés", on repassera ^^, je ne saurais donc pas te donner mon avis perso... Cela dit, l'avant-dernier album ne m'avait pas autant émue que les précédents.
MAIS je suis TOTALEMENT d'accord sur cette pochette, que je trouve personnellement ratée, il donne des frissons!

Et voilà, je me suis lancée pour un premier commentaire par ici! Je suis ton blog depuis un bout de temps maintenant, et c'est toujours bien agréable de retrouver une compatriote!

ARMALITE a dit…

Bienvenue Emilie, et merci pour ce premier commentaire. Par contre, comme vous êtes plusieurs à porter ce même prénom et à signer avec, ce serait sympa d'y rajouter un petit quelque chose pour que je ne vous confonde pas toutes :-)