mardi 27 décembre 2011

Vacances de Noël 2011, jour 5: géocaching rapide et cinéma moyen


Au programme de lundi:

- Aller chez Midica choisir un cadre pour la sérigraphie offerte à mon père en cadeau de Noël. Tâche aussi fastidieuse que je le supposais, mais j'en ai profité pour acheter quelques cartes de voeux sympas.

- Chercher 2 géocaches de l'autre côté du Pont Neuf. Pour une grande ville, Toulouse recèle étonnamment peu de caches, surtout dans le centre, et elles sont toutes assez éloignées les unes des autres. Le parcours "Bords de Garonne" que j'avais préparé nous aurait sans doute pris 2 heures et pas mal éloignés de la place Wilson où nous avions prévu d'aller au cinéma à 16h40. Nous nous sommes donc contentés de faire la "Hôtel Dieu" et la "Saint-Nicolas", 2 micros sans difficulté mais sans grand intérêt, avant de prendre le métro à Saint-Cyprien pour nous rapatrier du côté de Jean Jaurès.

- Tuer l'heure qui nous restait du coup en faisant un passage rapide à la parapharmacie Lafayette (j'avais besoin d'eau micellaire et de shampoing sec) et en testant la seconde boutique du glacier local Octave. Jolie salle au premier étage: déco design noire et rouge et vue sur la place Wilson. Dans les assiettes, une tarte Tatin pour Chouchou, deux boules caramel beurre salé pour moi, un mini palet breton et une mini meringue chacun. Mioum.

- Aller voir "Hugo Cabret", le dernier Scorsese, en VF mais en 2D - pour avoir droit à la VO, il fallait accepter la 3D qui me donne des migraines oculaires atroces. Dans l'ensemble, je n'ai pas beaucoup aimé ce film. L'histoire du petit orphelin qui vit dans les murs de la gare du Nord, présentée ici comme une sorte de village clos à l'intérieur de Paris, est plutôt sympa à la base. Mais trois choses m'ont fortement déplu: *la photographie bichromique, avec des images quasiment toutes bleues et ambrées *le jeu hyper compassé de Chloé Moretz, que j'avais adorée dans "Kick Ass" mais dont les sourires de gentille petite fille paraissent ici extrêmement faux *l'hommage aux débuts du cinéma qui occupe presque toute la seconde partie du film. Et puis c'est lent, et ça aurait vraiment gagné à durer moins de deux heures. Une déception.

- De retour chez mes parents, entamer "Les heures lointaines", le second bouquin offert par Soeur Cadette pour Noël. Celui-ci est un pavé de 630 pages écrit petit; il devrait me permettre de tenir jusqu'à la fin des vacances.

2 commentaires:

funambuline a dit…

"l'hommage aux débuts du cinéma qui occupe presque toute la seconde partie du film"

Tu m'as convaincue, merci :-D

tofgeocaching a dit…

Ah oui, je connais certaines de ses caches près de la Garonne, je me rappelle notamment de la "scallop" ?
Chouette blog, je fais un petit lien vers le mien :)