jeudi 8 décembre 2011

Un mercredi après-midi en demi-teinte


Chouchou ayant un reliquat de congés payés à écouler avant fin décembre, il avait posé son après-midi d'hier. Nous en avons profité pour aller déjeuner chez Oups, un bar à soupes situé du côté de la place Flagey que nous aimons beaucoup mais qui est fermé le soir et le week-end, si bien que nous n'avions pas eu l'occasion d'y manger depuis très longtemps. Les filles qui le tiennent composent leur carte en fonction des trouvailles du jour sur le marché, si bien que la demi-douzaines de soupes, les quelques salades et les focaccia proposées pour les accompagner changent tout le temps. Hier, la soupe au poulet que j'avais choisie était affreusement fade, avec à peine un vague goût de persil et de petits pois: ma toute première déception chez Oups. Le consommé de lentilles jaunes aux épinards, par contre, était à la hauteur de mes souvenirs, tout comme le pain bio maison.

Après ça, Chouchou et moi avons pris le tram puis le métro pour nous rendre dans le centre. Bien qu'il fasse encore assez beau à Bruxelles, la température a chuté brutalement en fin de semaine dernière, et j'ai amèrement regretté de n'avoir pas emporté de gants. Les deux manèges steampunk installés sur la place Sainte-Catherine ne m'ont pas emballée: j'en avais déjà vu de beaucoup plus beaux. Evidemment, comparés à celui des Machines de l'Ile, j'imagine que tous les autres vont me paraître minables maintenant! En nous dirigeant vers la Bourse, nous avons traversé l'un de ces marchés de Noël que j'abhorre avec leurs petits chalets en bois faussement authentiques, leurs écoeurantes odeurs de bouffe - friture, charcutaille et vin chaud mélangés - et leurs produits tous plus kitsch et improbables les uns que les autres. Des souvenirs de Russie en plein Bruxelles, sérieusement?

Un petit passage chez Brüsel pour nous ravitailler en BD, et nous sommes allés nous réfugier aux Gens Que J'Aime. Tout en sirotant un bon chocolat chaud, j'ai lu les 90 premières pages de la bédé underground "Whiskey et New York". Mais un courant d'air glacial m'empêchait d'ôter mon manteau, et j'en ai vite eu assez. En attendant la tombée de la nuit, Chouchou et moi avons donc rassemblé les indices nécessaires pour trouver la géocache à tiroirs "Grute Met".

D'abord, compter les fenêtres sous les toits de l'hôtel de ville. Obtenir les coordonnées du Manneken Pis, et aller compter les barreaux de la partie inférieure de la grille qui l'entoure. (Au passage, ne pas manquer d'admirer les statues en chocolat qui trônent dans les vitrines voisines.) Obtenir les coordonnées de la Jeanneke Pis. Revenir vers la Grand'Place pour prendre des photos du sapin géant désormais illuminé. Regretter que le superbe spectacle offert par Electrabel ne commence pas avant 20h. Longer la rue des Bouchers en se faisant interpeler par les serveurs des restaurants à touristes. Trouver la date d'inauguration de la statue, et obtenir les coordonnées d'un point situé près du Nova. Traverser les galeries royales en achetant au passage quelques cartes postales dans une petite librairie ancienne. Arrivés à destination, examiner une gouttière pas trop propre et... ne rien trouver. Argh. Tant pis, nous repasserons de jour, quand on y verra mieux.

De retour à la maison, j'ai trouvé ma boîte mail pleine. Un message du syndic de Monpatelin m'informait que la pente des gouttières de la résidence n'est plus respectée, d'où les débordements constatés sur la façade; il va falloir faire quelques travaux. J'ai le choix entre les ordonner tout de suite et m'attirer les foudres du reste de la copropriété, ou attendre 9 mois la prochaine assemblée générale pour mettre le financement au vote (et prendre le risque qu'il soit refusé). Pendant ce temps, la dégradation de la façade continuera... Un autre message de mon père m'annonçait les résultats de son dernier scanner. Ses métastases aux poumons sont toujours là, mais elles ont un peu diminué de taille et les autres organes ne sont pas atteints. Il attaque lundi prochain un second round de chimio, par cachets cette fois et avec une dose doublée. Ce n'est pas une excellente nouvelle, mais ce n'est pas non plus une atrocement mauvaise nouvelle, et il faudra s'en contenter.

L'hiver a commencé.

8 commentaires:

Akroma a dit…

Avec ce type de maladie, toute nouvelle pas trop mauvaise devient "bonne".
J'espère que nouvelle session de chimio se passera au mieux.

ARMALITE a dit…

Oui, c'est exactement ce que je me disais hier soir...

Isa a dit…

Tout pareil qu'Akroma. Gros gros bisous.

Sophie a dit…

Hello toi, exactement comme Akroma, c'est une nouvelle positive. le traitement fonctionne, ça avance dans le bon sens même si toujours trop lentement à notre gout. Un proverbe en néerlandais dit à peu près" Mettre le cerveau sur zéro et le regard droit sur l'horizon"...bloquer les mauvaises pensées, se concentrer sur l'avenir et l'espoir.

Ness a dit…

Je t'envoie plein de douceur et de force pour faire face à cette nouvelle positive et lourde à la fois.
Bises

Londoncam a dit…

Akroma a raison. Prendre les choses côté "verre à moitié" plein est ce qu'il y a de mieux à faire, même si ça n'est pas toujours facile.

Des bises pour entamer l'hiver !

Emilie Sunny a dit…

Courage pour ce début d'hiver ...

The Geek Whisperer a dit…

Courage pour ton papa !
Sinon le marché de Noël est une aberration sans nom !