vendredi 23 décembre 2011

Du cynisme et de la solidarité


J'en ai marre du cynisme.
Oui, on vit dans un monde de plus en plus pollué et ça ne va pas s'arranger; oui, c'est la crise économique et ça ne va pas s'arranger non plus; oui, nos dirigeants se foutent éperdument des intérêts du peuple et je doute fort que ça change dans un futur proche. Oui, il y a de quoi nourrir un léger pessimisme quant à l'avenir.
Mais ça, ce n'est pas du cynisme, c'est de la lucidité.
Et le cynisme qui consiste toujours supposer le pire d'autrui, de son voisin ou de son collègue de bureau, j'en ai ras-le-bol. Ce n'est qu'une posture visant à se prémunir contre les déceptions, une posture de repli sur soi qui ne laisse aucune chance aux relations humaines.
Alors que c'est justement parce que les temps sont durs qu'il est primordial de faire un peu confiance aux autres, de se constituer un réseau d'entraide et de soutien. C'est justement parce que les temps sont durs qu'il faut accepter de baisser sa garde et de se laisser surprendre en bien par les gens. C'est justement parce que les temps sont durs qu'il faut tendre la main sans se dire qu'on va se la reprendre dans la gueule, et accepter les mains tendues sans avoir peur de contracter une dette ou de passer pour faible.
Quand tous les facteurs extérieurs se liguent contre nous, la seule chose qui nous reste, c'est la chaleur qu'on peut se donner les uns aux autres.
Que vous soyez accro à la magie de Noël ou que vous considériez, comme moi, que c'est juste une incitation supplémentaire à la consommation tous azimuts, profitez de ces derniers jours de 2011 pour vous serrer contre ceux que vous aimez.
Joyeux Noël, bordel.

5 commentaires:

bbl a dit…

Toi-même!
Bises!

Miss Sunalee a dit…

tu peux dire ça à mon chef ?

ARMALITE a dit…

BBL: Happy Xmas à toi et à ton +1 ^^
Miss Sunalee: tu peux toujours imprimer mon post et le laisser en douce sur son bureau :-)

Anonyme a dit…

Le problème,c'est les autres,si je peux dire! Ma nature me porte à l'indulgence et à l'empathie mais certains(j'ai bien dit "certains") ne se gênent pas pour en profiter et ne rien laisser passer.Après avoir pris quelques claques,on peut se forger une carapace et se réfugier dans une sorte de cynisme pour se protéger.
Par exemple(bon,c'est futile mais c'est le seul qui vient en tête),une collègue à qui je disais toujours bonjour avec un sourire en la croisant,avoir m'être pris plusieurs vents,j'ai décidé de la toiser d'un air aussi méprisant qu'elle alors que je trouve ça nul et que je suis capable de saluer même les personnes que je n'apprécie pas,MOI!
Bref,parfois on est mesquin pour ne pas se laisser faire...

ANNESO

Sophie a dit…

Ha ha Bisounours du monde, unissons-nous...