lundi 23 mai 2011

J'ai testé pour vous: la coloscopie


Quand un de vos parents au premier degré est atteint d'un cancer du colon, il vous est fortement conseillé de commencer le dépistage vers 40 ans. La coloscopie consiste à introduire une microcaméra dans le fondement du patient afin d'examiner sa tripaille de l'intérieur. Comme la tripaille en question décrit plus ou moins un cercle, le procédé serait assez douloureux s'il n'était pratiqué sous anesthésie générale légère - d'où la nécessité d'être hospitalisé une demi-journée. Et pour permettre au gastro-entérologue qui effectue l'examen d'y voir quelque chose, le patient doit au préalable nettoyer les lieux de fond en comble. C'est, m'avait-on prévenue, la partie la plus emm chia pénible de toute l'opération.

Samedi matin, j'ai donc entamé pour 48h un régime sans fibres, sans laitages et sans graisses cuites. Comprendre: j'avais droit uniquement aux protéines et aux féculents. Et comme je passe ma vie à claironner que si ça ne tenait qu'à moi, je me nourrirais exclusivement de pâtes et de riz, je me réjouissais d'avance de cette occasion de me goinfrer de coquillettes-jambon sans le moindre remords. Sauf que dimanche matin, je suis allée faire le marché, et que la vue des abricots juteux, des pêches blanches veloutées et des cerises joufflues débordant de leurs petites barquettes m'a mise à la torture. Je me suis également rendu compte que si j'adore les pâtes, je les accompagne généralement de légumes, et que sans les tomates cerise dont j'aime l'agrémenter, mon riz au citron et au romarin fait plutôt triste mine. Sans parler des fringales de l'après-midi, impossibles à combler avec un Krisproll-confiture, ni de celles de la soirée que j'apaise généralement avec un yaourt nature sucré.

En plus de ce régime, je devais boire 3 litres d'eau dans la journée d'hier, dont la moitié avant 18h et la moitié ensuite, après absorption d'un sachet de Citrafleet dilué dans de l'eau. Le médicament (assez récent me semble-t-il) avait un goût de citron pas mauvais, très loin des mixtures infâmes qu'il fallait ingurgiter il n'y a pas si longtemps. Et comme je bois déjà dans les 2 litres par jour en temps normal, je n'ai pas eu à me forcer beaucoup. Par contre, étant prévenue des effets foudroyants de cette purge, dès 18h01, j'étais assise sur mes toilettes avec coussin d'ordinateur et MacBook sur les genoux, bouteille de Vittel et polar danois à portée de main. J'ai attendu, attendu, et Patrick n'est jamais revenu rien n'est venu. Perplexe ("Je dois être étanche au remède"), je suis retournée vaquer à mes occupations. Les premiers effets se sont fait sentir vers 20h30 et ont continué jusqu'après 22h30. C'était désagréable, mais pas plus qu'une gastro, et nettement moins que l'intrigue abracadabrante de mon polar danois.

Ce matin, re-belote: lever à 5h30 (!!!), un verre de Citrafleet puis un litre d'eau supplémentaire dans l'heure qui a suivi. Urgh. Ca faisait longtemps que je n'avais pas vu le soleil se lever à moins d'avoir un avion à prendre. Je devais choper le TER de 10h34; à 10h, j'étais toujours aux toilettes, et passablement inquiète pour la suite. Je suis néanmoins parvenue à la clinique sans encombre, après un minuscule arrêt aux Galeries Lafayette pour acheter un vernis crack Debby rose à Funambuline ainsi que le Jaune Impérial de Rouge Baiser et le Electric Green de Mavala pour moi. C'est là qu'a commencé la partie la plus pénible de l'attente: une heure et demie avant que mon numéro d'ordre soit appelé par le bureau des admissions. Et mon polar danois devenait de plus en plus consternant (mais je n'avais rien apporté d'autre à lire).

Finalement, je suis montée à l'étage de la chirurgie ambulatoire. On m'a donné une chambre; j'ai enfilé la blouse jetable bleu marine et la charlotte über-sexy de rigueur, et je me suis laissé pousser jusqu'au bloc par une brancardière souriante. J'ai poireauté assez longtemps dans un couloir avant que l'anesthésiste vienne me planter un robinet dans le bras. "Tiens, ce n'est pas vous que j'ai vue vendredi", ai-je fait remarquer avec le sens de l'observation holmesien qui me caractérise. "Non. Je suis la seule femme dans une équipe de six hommes", a-t-elle répondu en rigolant. J'ai hoché la tête d'un air entendu (moins facile qu'il n'y paraît en position allongée). "Je vois. Chouette métier".

Après, tout est allé très vite. On m'a transportée en salle d'op, pris la tension, planté une seringue pleine d'un liquide blanc opaque dans le robinet; ma gastro-entérologue est venue me dire bonjour et me demander si la préparation s'était bien passée; puis l'anesthésiste a appuyé sur le piston, et j'ai à peine eu le temps de sentir une légère brûlure avant de m'endormir d'un coup. Je me suis réveillée une heure plus tard, pas tout à fait fraîche comme une rose mais les idées beaucoup plus claires que la plupart des matins où j'émerge péniblement de mon sommeil. Ma gastro-entérologue m'a informée que mon colon était nickel, juste un peu trop long (évidemment, il fallait ce soit la tuyauterie interne plutôt que les jambes). Donc, il décrit quelques virages non contractuels, ce qui explique que ça bouchonne parfois un peu à l'intérieur et que je me tape de grosses crises de mal au ventre. C'est toujours bon à savoir; ça ne diminuera pas la douleur mais l'inquiétude, si.

La brancardière m'a remontée dans ma chambre, où attendait une autre patiente accompagnée de son mari. Elle venait elle aussi de subir une coloscopie, sa troisième en dix ans, et elle m'a confirmé que le Citrafleet était merveilleux comparé aux produits précédents. Nous avons bavardé et mangé une chouette collation (jus de fruit-thé-compote de pommes-muffin au chocolat-muffin nature); puis une infirmière est venue nous enlever nos robinets respectifs et nous a donné la permission de partir. Il était environ 17h. Une fois rhabillée, j'ai sorti mon portable de mon sac pour appeler Etre Exquis qui devait venir me chercher. Je n'avais pas encore réussi à composer le code de ma carte SIM que quelqu'un a toqué à la porte: Etre Exquis. J'ai ouvert de grands yeux stupéfaits. "Euh, c'était drôlement rapide." En fait, il avait déjà été prévenu par l'accueil.

Les formalités de sortie ont été vite expédiées et un quart d'heure plus tard, j'étais de retour dans mes pénates avec juste un vague gargouillis au niveau du nombril. Alors je sais, ce n'est pas une expérience hyper-glamour, mais je tenais à la raconter pour dire: la coloscopie, c'est un examen de rien du tout. Si vous présentez le moindre symptôme ou facteur de risque pour les maladies de l'appareil digestif, faites-vous dépister. Conseil d'amie.

15 commentaires:

diane cairn a dit…

moi je peu rien manger pendant 3 jours et je suis adepte du fistfucking, je dois vraiment avoir une anesthesie ?

ARMALITE a dit…

Négocie avec ton médecin ^^

Mélanie a dit…

Pour avoir testé il y a deux ans, je confirme que c'est moins terrible que l'idée qu'on peut s'en faire. Le plus pénible reste encore le régime (et la pose de la perfusion pour moi, mais c'est à cause de ma phobie des aiguilles et ça ne dure pas longtemps). Je confirme que le produit précédent était assez dégueu. ;)

kim a dit…

Je me suis faite opérée par laparoscopie il y a un peu plus d'un mois pour me virer mon nodule d'endométriose et j'ai dû suivre le même régime que toi pendant 5 jours... Je me suis d'abord réjouie, ça a duré à peine 24h... Après j'ai passé 4 jours à baver devant les fruits et les légumes :-) Une fois que j'ai pu manger correctement, je me suis faite péter un couscous et j'ai mangé tout le bouillon et les légumes! La fête!

Ladypops a dit…

Tu as eu de la chance pour la "Mixture", parce que j'ai eu droit au truc dégueu... L'assistante du médecin m'avait dit que pour faire passer je pouvais mettre du jus de citron. J'ai tenté d'en mettre après avoir goûté et bien c'était deux fois pire.

J'ai eu a ce moment une grosse pensée pour toutes les patientes à qui j'ai fais boire un verre plein de glucose à jeun le matin et qui partaient le vomir dans les toilettes... si c'était à refaire, je serai beaucoup plus compréhensive.

Pour le reste, même sans anesthésie, c'est un examen beaucoup moins douloureux et désagréable qu'une gastroscopie.

Egogramme a dit…

Merci beaucoup pour ce récit documenté. Très utile.

Anonyme a dit…

bjour, merci pr ce commentaire explicatif : je passe l'examen demain et je m'inquiétais du non-effet de citrafleet pris à 18h (il est 20h), je suis rassurée et vais patienter! merci encore pour ce partage d'infos!

Fred a dit…

Très drôle pour un sujet qui ne l'est pas trop... a priori.

Merci pour ce super témoignage :-)

Anonyme a dit…

Merci pour ce récit quelque peu rassurant... Je ressens un peu moins d'appréhension pour l'examen de demain.

Anonyme a dit…

bonjour
moi c'est demain ma 1ere col, et j'avalerai le citrafleet aussi. j'ai vu mon entourage avaler leur potion "plâtre", mon gastro (Rouen)m'a dit: c'est fini cette époque! euh non non il le font encore à Caen, une grande ville pourtant....enfin moi j'y échappe!
bref je me lance avec 1 sachet à avaler puis 2litres de liquide et rebelotte 1 sachet et 2litres à boire, mais moi c'est à partir de 15h30, fin à minuit!! lever à 5.30h pour être là-bas à 7.30h le matin... et oui ici c'est aux aurores les colo! jsute un truc le gastro m'a conseillée de boire sucré (eau avec sucre ou autres soda sans pulpe) pour tenir le coup car plus de repas depuis 12h jusqu'au lendemain.

Romanemone a dit…

Excellent ce billet!

melanie court a dit…

Ha ! Vous illuminez ma journée ! Et pourtant je viens de prendre le deuxième sachet il y a 2h.... ��mais ça va, c est cool. Et franchement , pipi de chat comparé aux classiques laxatifs qui vous retournent le bide ..... Moi aussi hier soir j ai attendu attendu, il n est jamais venu ( laï laï...) j avais préparé le stand de tir ( pq hors de prix, eau, lingettes, coussin, une pile de "fluide glacial" de 98 à 2015. Et mon i pad Bref de quoi squatter) et puis...rien.... j ai dormi comme une princesse dans mon lit.
Ce matin c est pas la même mayonnaise....mais j en ai profité pour dépenser tout mes sous chez Lindy bop et irons first en vu de mon enterrement de vie de jeune fille next week...en résumé , je vous ai lue, je me suis reconnue !!

Anonyme a dit…

Demain c'est la 1ère, et avant de vous lire, j'en voulais à la terre entière et notamment aux médecins, ces Diafoirus qui ont étudié à l'école du Dr Knock, où une personne en bonne santé est forcément un malade qui s'ignore.... Je suis totalement phobique de l'hôpital, des médecins, des aiguilles alors devoir y aller alors que je n'ai rien, c'est intellectuellement inconcevable....Vous avez au moins réussi à me faire rire (j'ai les zygomatiques tétanisées depuis 3 jours). Je confirme que par rapport à ce qu'on m'a raconté, le Citrafleet se boit sans difficulté, et comme je bois habituellement au moins 1.5 l d'eau/jour, ce n'est pas ce qui m'inquiète le plus. Grâce à vous, je sais aussi que ça ne fait pas forcément effet tout de suite, là, j'attends....

Marie christine a dit…

Je vois que je ne suis pas la seule que votre expérience a rassuré ( et en souriant en plus) merci. deux heures....j'attends.

Candice a dit…

Ah moi j'ai droit à 1L de moviprep ce soir suivi d'1L d'eau et rebelote demain matin, et ça m'emballe pas des masses des masses... :-/
Il parait que 1/ c'est vraiment mauvais mauvais 2/ ma maman a toujours l'impression de se noyer quand elle fait la préparation :'(

Mais vraiment, merci pour ce récit qui me rassure un peu quand à la procédure de demain :-)
Il ne me reste donc plus qu'à surmonter ma phobie des aiguilles...