lundi 27 avril 2009

Ce que nous n'avons pas fait à Amsterdam

- Arriver à une heure décente vendredi soir.
Notre train avait cinquante minutes de retard, ce qui nous a fait débarquer à Amsterdam Central vers 23h30 - alors que la propriétaire du mini-hôtel où nous logions n'habite pas sur place et n'assure normalement l'accueil que jusqu'à 22h. Le tram que nous avions eu tant de mal à trouver a ignoré nos coups frénétiques sur sa porte vitrée et démarré sous notre nez. Finalement, nous avons dû prendre un taxi. Qui nous a facturé 15€ une course de 2 km, a roulé comme un dingue dans les petites rues à sens unique entre les canaux et manifesté la plus mauvaise foi du monde en prétendant que s'il ne trouvait pas, c'est parce que nous lui avions fourni un mauvais numéro. Cela dit, je me suis aperçue le lendemain que je m'étais trompée de rue en situant notre hôtel sur le plan. Si nous y avions été en tram comme prévu, nous serions peut-être toujours en train de tourner dans le quartier des 9 rues.

- Louer un vélo.
J'abhorre ce moyen de déplacement. Même sur terrain plat. Et puis honnêtement, passer ma vie à attacher et détacher un antivol, bof. En plus, les cyclistes amstellodamois roulent comme des malades, sans casque de surcroît, et j'aurais vraiment eu la trouille de me lancer dans la circulation des bagnoles, des bus et surtout des trams qui sillonnent la ville à la vitesse du Shinkansen (dirait-on). Le centre d'Amsterdam est suffisamment petit pour qu'on puisse l'explorer à pied. D'autant que ça nous aura permis d'éliminer une partie de nos agapes et surtout de profiter de nos mains libres pour prendre des centaines de photos.

- Commander une table de riz dans un resto indonésien.
Je sais, c'est *le*truc à ne pas rater niveau bouffe à Amsterdam. Mais les deux matins, nous avons fait un brunch délicieux et si copieux que nous avons ensuite pu nous passer de déjeuner; et samedi soir, comme il commençait à faire froid, que nous n'avions pas d'adresse précise et encore moins de réservation, nous avons choisi la solution de facilité en dînant au Hard Rock Café local où nous venions de faire quelques emplettes. (Note à moi-même: la prochaine fois, le miam-miam avant le shopping - ça nous permettra d'utiliser les bons de réduction que les serveurs apportent avec la note.)

- Aller regarder les filles en vitrine dans le Quartier Rouge.
Je l'avais déjà fait il y a dix ans, lors de mon premier séjour à Amsterdam avec Etre Exquis, et j'avais trouvé ça plus triste qu'excitant. Même Chouchou, pourtant toujours partant pour mater du nichon et de la fesse, n'était pas terriblement motivé. Et comme il nous aurait fallu retraverser la moitié de la ville à pied pour nous y rendre en sortant du Hard Rock Café, nous sommes sagement rentrés nous mettre au chaud à l'hôtel.

- Acheter des bulbes de tulipe.
Parce que pour ça, il aurait d'abord fallu en voir quelque part. Ce qui n'a pas été le cas. De toute façon, nous n'avons qu'un pseudo-balcon de trente centimètres de large, et les tulipes ne sont pas des fleurs gratifiantes à cultiver puisqu'elles ne poussent qu'une fois par an. Nous avons tout de même fait du shopping, le samedi matin dans le Jordaan (débauche de boutiques spécialisées uniques en leur genre, un vrai bonheur même quand on n'achète rien) et l'après-midi dans Kalverstraat (équivalent local de la rue Neuve, où l'on trouve donc les mêmes enseignes que dans n'importe quelle autre grande ville de l'hémisphère nord). Chouchou s'est dégoté un grand carnet d'aquarelle de la nouvelle collection Moleskine et un T-shirt Hard Rock Café à manches longues. Outre la moisson obligatoire de cartes postales et de magnets, j'ai rapporté quelques brols sympas pour la maison, une jolie jupe blanche Noa Noa, un gel douche citron-menthe De Tuinen, un pot de gommage au sel Lavande-Pomme Sabon, un Xème sweat zippé Hard Rock Café et une trousse en plastique rayée en vue de mon prochain séjour au Maroc.

- Fumer de l'herbe dans un café brun.
Chouchou ne fume pas. J'ai arrêté il y a trois ans. Je ne dis pas que je refuserais un petit joint une fois de temps en temps, mais pour moi, c'est un truc à faire peinard chez soi pendant une soirée entre amis. Et puis de toute façon, je n'ai jamais su rouler.

- Visiter le musée Van Gogh ou le Rijkmuseum.
Je suis réceptive à toutes les formes d'art, sauf la peinture à l'huile qui ne me parle pas du tout du tout. Chouchou aurait pourtant aimé aller au musée Van Gogh. Parce que c'était son anniversaire et que je voulais lui faire plaisir, je lui ai proposé dimanche matin de sacrifier une partie du programme prévu au profit de l'homme à l'oreille coupée. Il a décliné, moitié parce qu'il craignait de faire la queue pendant des heures sous la pluie, moitié parce qu'il avait confiance en moi quant au choix de nos activités. Je pense que l'expo Richard Avedon et la suée prise au Déco Sauna ne l'ont pas déçu.

3 commentaires:

M.Poppins a dit…

Rhaaaaa les taxis !!! J'ai cru mourir le jour ou nous avons eu besoin d'un taxi. J'ai eu l'impression d'être dans le film du même nom. On c'est retrouvé en face d'un tram, à contre-sens à une vitesse de fou. Et ça doit être un truc de taxi que de ne pas trouver l'adresse, j'y ai eu droit aussi... Amsterdam à pied c'est très bien je trouve...

Ingrid a dit…

Un café brun :D Je retiens cette expression, elle est mignonne...

Deilema a dit…

Les filles en vitrine, on y est passés parce que c'était plus court pour aller du point A au point B.
Comme tu dis, c'est plutôt attristant, voire carrément flippant quand on voit l'âge de certaines.
Le coffee shop, tu n'as rien loupé, on a fait un passage éclair, dans la plupart, l'ambiance est quand même très spéciale, surtout pendant les ponts de mai lorsqu'ils sont pleins de jeunes français en goguette...