samedi 14 février 2009

Ecart rattrapable ou échec retentissant?

Hier, je prenais l'avion pour descendre à Monpatelin. C'était la dernière fois que je passais par l'aéroport de Zaventem avant cet été, quand Chouchou et moi irons rendre visite à ma famille pendant les vacances (entre mars et septembre, le prix des billets d'avion Bruxelles-Monpatelin double, si bien que ça me revient beaucoup moins cher de prendre le train). C'était aussi la toute fin des soldes d'hiver en Belgique. Et chez Tie Rack, la merveilleuse étole en pashmina rose repérée le mois dernier était à - 50%. Je savais que je ne la retrouverais pas avant l'hiver prochain, voire jamais. Alors, j'ai craqué. Enfin, semi-craqué, parce que sa petite soeur en bleu pâle me faisait aussi de l'oeil en me chuchotant: "Mais tu peux nous avoir toutes les deux pour le prix d'une seule!". J'ai fait la sourde oreille. Je suis juste repartie avec la rose, et une mauvaise conscience qui devait excéder de loin le poids des bagages autorisés en cabine.

Deux heures plus tard en arrivant à Monpatelin et en me connectant sur internet, j'ai trouvé un commentaire fleuve de mon cher beau-frère démontrant par A+B l'inanité de mes efforts. Un léopard ne change pas ses taches, disent les Anglo-Saxons, et selon David, je ne changerai pas ma nature d'acheteuse compulsive. Dans tout autre domaine, j'aurais persévéré rien que par esprit de contradiction. Mais il faut se rendre à l'évidence: en matière de shopping, j'ai autant de volonté qu'un plat de nouilles trop cuites. Le soir même, après m'être retenue pendant tout le dernier épisode de "Koh-Lanta: le retour des héros", je commandais sur le site de Coastal Scents ma fameuse palette de 88 et quelques pinceaux au rapport qualité-prix paraît-il imbattable pour la bonne mesure. Mais je me retenais de profiter des - 20% chez Sephora.fr pour investir dans un gloss Stila pêche, un nouveau flacon d'Idealist d'Estée Lauder, le petit pot violet Shiseido et la fameuse palette Cargo Tahiti.

Cet après-midi, je dois descendre en ville et je m'interroge: dois-je considérer que toute l'opération est un échec retentissant et oublier cette idée fumeuse en me disant "Bon, ben au moins j'aurai essayé"? Ou dois-je faire comme une personne au régime qui vient de commettre un écart et me dire que ce n'est pas la fin du monde, que ça ne m'empêche pas de persévérer dans mes efforts?

En tout cas, une chose est sûre: si un jour les hasards de la vie font que je me retrouve payée au SMIC, je vais souffrir nettement plus que la moyenne. Je suis bien persuadée que l'argent ne fait pas le bonheur, mais tout aussi persuadée que je serais très malheureuse sans.

5 commentaires:

Monsieur Tout-le-Monde a dit…

Personne n'a dit que ce serait simple, ni que tu réussirais du premier coup, petit scarabée ;-)

Anonyme a dit…

Poursuis, persévère juste pour découvrir encore un peu plus le sentiment de frustration... De toute façon le confort t'attends après.Souviens que l'essentiel^^
Mes encouragements dans cette aventure peu commune!!!
Bizzzzz

funambuline a dit…

Bon. Je n'en sais vraiment rien. Par contre, le PPSH (petit pot shiseido en langage MBDF) violet il faut l'avoir. Mais aujourd'hui ou dans un mois c'est pas très important. Il faut. Désolée.

M.Poppins a dit…

Le tout est de savoir ce que tu cherches à savoir et pourquoi tu tentes cette expérience....

Tentes-tu de te prouver que tu peux passer 1 mois sans acheter quelque chose ? Et si tu y arrives, quelle satisfaction vas-tu en retirer ? Et à quoi ça va te servir ?

J'ai toujours été une acheteuse compulsive. Je sais que si je devais me passer d'acheter pendant 1 mois, je serai frustrée. Un peu comme quand j'étais petite, qu'on m'interdisait de faire quelque chose et que je le faisais malgré tout. Du coup, mon envie devient obsessionnelle et je ne pense qu'à ça.

Après avoir passé par une période très très difficile au niveau financier j'ai appris que je n'arriverai pas à ne rien acheter. Malgré mes difficultés, j'ai toujours garder quelques francs pour ce que j'appelle "mon plaisir" à savoir, des choses dont je pourrais me passer et qui ne sont pas vitale. Il est évident que je ne pouvais plus aller faire mes boutiques habituelles et dépenser 100Euros pour un pull, malgré tout, je me faisais plaisir avec un DVD, un rouge à lèvre, ou que sais-je de pas trop cher. Sans ça, je me contenais pendant 1 mois et finissait par dépenser une grosse somme d'argent que je n'avais pas. J'ai tout à fait conscience de la bêtise de mon comportement et tente d'être une acheteuse un peu moins compulsive. J'ai changé mes habitudes c'est certains, mais j'ai malgré tout besoin de faire des dépenses qui peuvent sembler inutile.

Chaque personne est différente mon expérience n'est pas la tienne, voilà pourquoi la seule question que tu dois te poser c'est "à quoi ça va me servir"...

Désolée de se long texte... :$

ARMALITE a dit…

Funambuline: je suis tellement d'accord que je viens de passer ma commande chez Sephora. La réponse à ma question s'impose donc toute seule.
Mary: pitié, cesse de t'excuser de laisser de longs coms! Ce que tu dis est toujours plein de bon sens et d'humilité, donc intéressant.