vendredi 6 février 2009

Dita Von Teese au Crazy Horse

C'était la raison initiale de ce mini-break. Chouchou et moi sommes de grands fans de la dame, de son érotisme glamour et fétichiste jamais vulgaire. Or, ses apparitions sur scène sont assez rares, et elle se produit justement à Paris pour deux petites semaines. Une occasion rêvée.

J'ai aimé:
- le surclassement en catégorie diamant, qui nous a valu de nous retrouver au beau milieu du premier rang! A certains moments du spectacle, moins de deux mètres séparaient le nez de Chouchou des fesses frétillantes de Dita. Autant dire qu'il était très... ému.
- la plupart des numéros, très recherchés dans la mise en scène et allant du very cute ("I'm just a good girl") au super athlétique ("Jungle Fever" ou la roue allemande) en passant par le franchement bizarre ("Upside Down", les jambes sans corps, le flot de lumière verte). En bonus, un numéro comique de claquettes exécuté par deux danseurs chauves habillés en garçons de café: gni?
- Dita, of course: absolument parfaite de la racine de ses cheveux savamment brushés jusqu'au bout de ses orteils manucurés. Pas le moindre détail de son apparence n'est laissé au hasard; le moindre de ses gestes, la plus petite de ses moues sont calculés au millimètre près. Ca donne des prestations renversantes de sexytude rétro. Cette fille exsude le charisme et le perfectionnisme par chacun de ses pores. Nous sommes ressortis du Crazy encore plus fans que nous n'y étions entrés.
- les escarpins Louboutin des danseuses - même si, étant donnée la vigueur de leurs coups de pied, j'ai passé la soirée à attendre le moment où une de leurs chaussures volerait et où son talon de 12 cm pointu comme un stylet viendrait me crever un oeil.
- le public, plus jeune et plus féminin que je ne l'aurais cru.
- le champagne, qui avait le bon goût d'être du brut (la seule sorte que j'aime).

Je n'ai pas aimé:
- les previews sur internet annonçaient quatre numéros de Dita dont trois inédits plus le classique "Bain noir"; nous n'avons eu droit qu'à deux inédits ("Lazy" et "Tees'ing") plus le Bain.
- l'interdiction de prendre des photos même sans flash - un grand classique, mais d'autant plus rageant que l'on bénéficie d'un point de vue imprenable!

Je recommande?
OUI, OUI, OUI! Ca fait vingt-quatre heures que je chantonne "Zou-bi-zou-bi-zou", et je crois que je ne suis pas prête de m'arrêter.

Dita von Teese se produit au Crazy Horse jusqu'au 15 février; réservations sur le site du cabaret.

2 commentaires:

gren a dit…

Oh, mon rêve de la voir en chair et en os... j'adore cette femme pour toutes les raisons que tu as citées... elle est sublimissime !

Ingrat a dit…

L'article est très drôle...

Je confirme : le spectacle est tout simplement fantastique... non seulement les fantasma-orgasmiques numéros de Dita sont à tomber par terre (et en plus on peux entendre sa douce voix sur la chanson de "Lazy") mais rien que pour le show original du Crazy Horse ça vaut vraiment le coup...

Petite pointe de jalousie : les Louboutin des danseuses ne seraient pas arrivés dans mes yeux (oui, nous on était pas au premier rang).