dimanche 26 octobre 2008

Capoue

Afin de poursuivre notre exploration du quartier, et aussi parce que nous tenions une grosse flemme de cuisiner en ce dimanche de retour à l'heure d'hiver*, nous nous sommes traînés sur le coup de 13h30 chez Capoue qui, contrairement à ce que je pensais jusque là, n'est pas seulement un glacier bruxellois réputé. Chouchou m'avait promis qu'on pouvait y manger des salades et toutes sortes de tartes salées - les parfaites composantes d'un déjeuner light.

Oui mais voilà. Le Capoue du bas de la Chaussée de Wavre est jumelé avec le restaurant voisin**, dont il partage la cuisine. C'est ainsi que, l'appétit aiguisé par un air automnal un peu vif, nous nous sommes retrouvés à piocher dans la page "Les Bintje" de la carte. Accompagnées d'un pavé de boeuf sauce archiduc pour moi; version tartiflette pour Chouchou. Nous nous sommes régalés pour un prix très correct (respectivement 17 et 14 €, hors boissons bien sûr). Une vraie bonne patate au four avec la peau qui craque et la chair qui fond dans la bouche est un plaisir culinaire tristement sous-estimé. Inutile néanmoins de dire qu'après avoir terminé nos assiettes, nous n'avions plus du tout faim pour un dessert! Le gentil propriétaire nous a quand même amené une petite assiette avec deux bâtonnets de gâteau et deux mini-boules de glace. Les parfums? Pistache et... speculoos, of course. On a frôlé le sans faute.

*Pourquoi, mais POURQUOI? Ca fait des années que l'Europe tergiverse pour savoir si elle supprime ou non l'heure d'été. Alors que c'est tellement évident que ce qui fait chier tout le monde, c'est l'heure d'hiver!
**Qui porte le nom aux deux tiers ravissant de Bébé, Chouchou et moi.

4 commentaires:

Mélanie a dit…

Ah oui mais non, ma nuit préférée de toute l'année, c'est justement celle du passage à l'heure d'hiver. Enfin une où on peut dormir une heure de plus.

ARMALITE a dit…

Ne me dis pas qu'avec le boulot que tu fais, tu t'imposes de te lever tous les jours à heure fixe? Parce que pour moi, en tout cas, un des immenses avantages de ce métier, c'est quand même de pouvoir tomber du lit tous les jours vers 10h.
(Et sinon, tu viens aux Utos ce week-end? Dis oui, dis oui!)

Mélanie a dit…

Je dis oui, je dis oui !! J'y serai demain (jeudi) en début d'après-midi.

Le truc avec ces histoires d'horaires, c'est que je me rends compte que je ne suis réellement efficace que si j'arrive à me lever à peu près tôt. Or, j'ai du mal à émerger le matin. Donc régulièrement, je perds connement le créneau où je suis le plus efficace, juste parce que je n'ai pas réussi à me lever à temps. Dans l'absolu, je préfère me lever plus tôt et ne pas avoir à travailler en soirée. Dans la pratique... c'est très aléatoire. Mais il y a des moments où je m'aperçois que l'absence de contraintes du type lieu et horaire de travail me pose vraiment problème. On perd trop facilement du temps à ne rien faire.

ARMALITE a dit…

Tu crois vraiment que les salariés sont productifs 7h30 par jour?
Mais ce que tu dis n'est pas faux; dans les rares occasions où j'ai été debout bonne heure, en fin de matinée j'avais déjà pratiquement terminé ma journée de boulot. Seulement, dans 99% des cas, je n'émerge pas avant 9h30-10h00.

Pour les Utos: je commence par passer sur Paris, et j'arrive à Nantes demain soir, donc on se verra sûrement samedi! D'ailleurs, j'ai une dédicace à te demander :P