lundi 28 juillet 2008

"Stomp" au New Ambassadors

C'est une comédie musicale sans scénario, sans paroles, sans instruments, sans costumes et quasiment sans décors. Pourtant, "Stomp" enthousiasme son public depuis maintenant 17 ans.

La première fois que j'en ai entendu parler, c'était par Shawn qui mourait d'envie de le voir. "Mmmh ça consiste en quoi?" avais-je demandé. "C'est des gens qui font de la musique en tapant sur des poubelles". Autant dire que sa réponse ne m'avait pas convaincue. D'ailleurs, au final, nous avions été voir "Cats". J'en rêvais depuis des années, et au deuxième rang de l'orchestre dans une salle de Broadway, j'ai passé une de meilleures soirées de ma vie malgré la fatigue due au décalage horaire et au fait que je n'avais pas dormi la nuit précédente.

Puis j'ai oublié "Stomp" jusqu'à ce que Hawk et moi commencions à préparer notre récent week-end à Londres. De tous les spectacles à l'affiche dans le West End, celui qui le tentait le plus était "Spamalot"; celui qui me tentait le plus était "Wicked". Il a fallu faire un compromis. Le fait que "Stomp" soit toujours à l'affiche onze ans après mon séjour aux USA m'a intriguée. Et puis les critiques étaient dithyrambiques. Nous nous sommes mis d'accord: si nous trouvions des tickets pas trop chers aux kiosques de Leicester Square, nous irions voir "Stomp".

Tickets nous avons trouvés. Pour vendredi soir, à £24.50 (plus £2 pour les frais de carte de crédit) au lieu de £45 par personne. Un peu avant 20h, après avoir galéré un chouïa pour trouver le New Ambassadors, nous avons donc pris place dans une salle très petite: à vue de nez, environ 400 personnes entre le parterre et le balcon. Et le spectacle a commencé.

"Stomp", ce sont donc huit artistes - musiciens, danseurs et comédiens à divers degrés - qui font des percussions avec des objets du quotidien: balais, boîtes d'allumettes, briquets, poubelles, tuyaux en plastique, scies à dents, éviers... Ils sont habillés comme des clodos; ils ne s'expriment que par onomatopées, et c'est absolument formidable. D'abord, la performance musicale est remarquable (et pas du tout ennuyeuse ni répétitive comme je le craignais). Le public est régulièrement invité à participer, surtout dans le final, et il s'exécute avec enthousiasme. Ensuite, la mise en scène met en valeur les points forts de chacun des performers et fait admirablement ressortir leur personnalité individuelle. L'un d'eux, apparemment très en-dessous du niveau des autres, sert de bouc émissaire à ses camarades et d'élément comique tout au long du spectacle. J'ai ri à m'en faire mal au ventre, et tout le reste de la salle avec moi.

En sortant du New Ambassadors, je pensais à la surenchère de décors, de costumes et de lumières qui caractérise les comédies musicales de ces dernières années - ou, plus simplement, à la débauche d'effets spéciaux qui, dans les films d'action, sert souvent à masquer l'indigence du scénario. "Stomp" prouve qu'il est possible de faire de l'art (et du bon) avec des moyens extrêmement limités. A condition, évidemment, d'avoir un minimum de talent.

1 commentaire:

c6L a dit…

Et quel talent!
Je les ai vu au mois de mai, dans le même New Ambassadors et j'ai adoré leur performance.
Et puis surtout : Zéro dialogue + zéro paroles de chanson = compréhension universelle.
A voir.