lundi 7 juillet 2008

"It's not only rock'n'roll baby!"

Le principe était séduisant: rassembler des oeuvres plastiques de musiciens plus ou moins connus ayant choisi de s'exprimer également par le biais de la peinture, de la sculpture, de la photographie, de la vidéo, etc. En plus, je n'avais pas mis les pieds aux Bozar de Bruxelles depuis mon arrivée en Belgique - grave lacune qu'il me fallait combler au plus vite.

...Ou pas.

"Rappelle-moi qui a eu l'idée brillante de venir voir cette expo?" ai-je demandé à Hawk, les sourcils froncés, vers le milieu de notre parcours.

"Toi", m'a-t-il aimablement répondu.

Damned. Même pas moyen de railler lourdement son initiative pour passer ma frustration.

Que dire des oeuvres présentées? Ca va du conceptuel impénétrable (l'installation de Brian Eno) au totalement barré de chez barré (les filles à poil peintes en rouge ou en bleu de Kembra Pfahler), en passant par l'anecdotique sans intérêt (les doodles à l'encre de Devendra Banhart), le pas-mal-mais-pas-transcendant-non-plus (les photos de tournée de Nick Zinner des Yeah Yeah Yeahs), le totalement repompé-sur Araki (le collage de Polaroid de The Kills), le gentiment déjanté (le bazar coloré de Bianca Casady des Cocorosie) et le juste trop laid (les infâmes gribouillis réalisés par Pete Doherty avec son propre sang). Le tout m'est complètement passé au-dessus de la tête. Et qu'aucun petit malin ne s'avise de répliquer que c'est parce que je mesure 1m54 et que je portais des sandales plates.

Lors de notre voyage au Japon, Hawk avait eu cette formule pour définir le curieux mélange de nos intérêts partagés: "Nous sommes rock'n'roll-Totoro-SM". Depuis, nous nous sommes bien calmés sur le SM. Et visiblement, nous sommes devenus trop vieux et trop hors du coup pour comprendre encore quelque chose au rock'n'roll. Reste Totoro. Il sort quand déjà, le dernier Miyazaki?

En fait, la seule chose qui m'ait plu dans "It's not only rock'n'roll baby!", c'est l'installation de Yoko Ono, qui occupe le hall d'entrée. A l'arrivée, j'avais pris ces arbres plantés dans des jardinières-cercueils pour des éléments du décor permanent. Oui mais non. Dans le coin de droite juste avant la sortie se dressaient trois ou quatre yuccas chargés d'étiquettes en bristol blanc sur lesquelles des gens avaient écrit de petits messages colorés. L'explication se trouvait sur une table voisine, à côté de deux boîtes de crayons et d'un bocal plein d'étiquettes vierges. "Brussels wish tree". Je me suis souvenue des plaquettes de voeux en bois suspendues au pied de l'immense arbre qui trône dans la cour du Meiji Jingu, à Tokyo... Charmés, nous avons apporté nos petites pierres étiquettes à l'édifice. Et sommes sortis de là avec l'impression de n'avoir pas totalement perdu notre temps.

3 commentaires:

l'âne a dit…

devendraaaaa *coeur coeur coeur*

biancaaaaaa *plus petit coeur mais coeur quand même*

ARMALITE a dit…

Ton Devendra est peut-être un musicien génial... d'ailleurs je l'espère pour lui, car comme dessinateur je ne lui vois pas beaucoup d'avenir! ^^
Quant à Bianca, son installation laisse à penser qu'elle est passablement survoltée du ciboulot, mais dans un genre pop rigolo.

l'âne a dit…

ouep, je connais les dessins de devendra banhart, ils sont tout partout sur ses pochettes d'album.

et bianca.. ses oeuvres reflètent bien sa personnalité je trouve : complètement barrée, hors norme (et on peut aussi en voir sur les albums des cocorosie).

pour info, elle possède une galerie d'art et de thé à paris : mad vicky's tea gallery, rue nicolet, paris 18°. elle y expose ses coups de coeur artistiques, ses amis (enfin leurs oeuvres hein :P), y organise même des concerts (j'ai pu y voir diane cluck... *respect*) et bien entendu.. y vend son thé !