dimanche 13 juillet 2008

"The end of Mr. Y"


De Scarlett Thomas, j'avais précédemment lu "Bright young things", sorte de "Dix petits nègres" revisité à la sauce "Loft Story" dont la conclusion en queue de poisson m'avait un peu laissée sur ma faim, et "Going out" sur le road trip d'un ado allergique à la lumière qui n'était jusqu'alors jamais sorti de sa chambre. Je n'avais pas terminé le second, mais je devais reconnaître à l'auteur une imagination fertile et un style efficace à défaut d'être très travaillé. Il y a quelques mois, la couverture de "The end of Mr. Y" et sa tranche noire ont attiré mon attention lors d'une visite chez Cook & Book. Comme il ne faisait pas partie de mes priorités de lecture, j'ai attendu un peu avant de l'attaquer. Mais dès que je m'y suis mise, j'ai eu beaucoup, beaucoup de mal à le lâcher avant la fin.

Ariel Manto, jeune femme au passé agité et au comportement auto-destructeur, prépare une thèse sur les expériences de la pensée. Un jour, elle découvre dans une bouquinerie le dernier ouvrage soi-disant maudit d'un obscur auteur qui la fascine. Le héros de ce livre, que la préface présente à demi-mot comme la fictionnalisation de faits réels, voyage dans une dimension qu'il appelle la troposphère, et par l'intermédiaire de laquelle il peut entrer dans la tête d'autrui - devenir en quelque sorte un passager clandestin dans l'esprit des gens qui l'entourent. Bien entendu, la curiosité d'Ariel la pousse à tenter de reproduire l'expérience. Le résultat est assez vite concluant, et la jeune femme se retrouve accro à la troposphère dont elle explore avidement les règles et les limites. Mais pendant qu'elle lâche prise sur sa vie dans le monde réel, elle réalise que des individus peu recommandables sont sur sa trace - prêts à tout pour récupérer le livre maudit.

"The end of Mr. Y" est un roman inclassable qui réussit à mélanger avec bonheur science-fiction et esotérisme, références littéraires et physique (bien) vulgarisée, avec une pincée de sexe déviant pour relever le tout. J'ai adoré son héroïne atypique et son scénario imprévisible jusqu'à la fin. Il est disponible en français sous le titre "La fin des mystères".

Aucun commentaire: