samedi 19 juillet 2008

Bourdon

Le réveil a sonné tout à l'heure à 4h20. Je m'étais couchée vers 1h30 et avais passé les deux heures suivantes à pleurer dans le noir; du coup je n'étais pas encore entrée dans ma phase de sommeil profond et j'ai réussi à me tirer du lit sans trop de difficulté - renfilé les vêtements de la veille, bu un thé vite fait, bouclé la valise: tant pis pour la douche et le reste, nous nous en occuperons à notre arrivée à Bruxelles. Soeur Cadette voulait se lever pour nous dire au revoir, mais apparemment elle pionce du sommeil du juste (ou en tout cas, de l'analyste financière qui bossait encore quatre jours après le début de ses vacances officielles). Dans le fond, j'aime autant; ça m'évite des adieux potentiellement pathétiques.

Le voyage se déroule sans histoire; dans l'avion à la clim réglée sur une température arctique, je somnole sous une couverture aimablement fournie par Brussels Airlines. En plus d'être crevée, j'ai un affreux mal de ventre d'origine indéterminée. Système digestif gravement perturbé par les excès alimentaires de la semaine, mauvaise période du mois, sommatisation, manque de sommeil: ce ne sont pas les causes potentielles qui manquent. A l'aéroport de Zaventem, nous mettons une demi-heure à récupérer notre valise. Dehors, il fait gris, froid et pluvieux. Le 71 nous passe sous le nez au moment où nous sortons de la gare centrale - pourquoi changer les bonnes vieilles habitudes?

En arrivant chez nous, nous découvrons que le voisin auquel nous avons confié la garde des chats a réussi à les maintenir en vie pendant dix jours. Toute la semaine, j'ai eu des visions cauchemardesques de Scarlett et Copernique gisant mortes de soif sur le tapis du salon. Apparemment, il les a nourries et abreuvées, mais guère plus. L'appartement est un champ de bataille: une grosse demi-douzaine de crottes devant le bac à litière, quelques vomis artistiquement disposés sur le lino et le tapis, un autre vomi et surtout trois énormes pipis sur le canapé. Or, il n'y a rien de plus tenace que l'odeur de l'urine de chat. Nous voulions nous écrouler sur notre lit; nous devons commencer par faire le ménage et descendre le futon saccagé sur le palier de l'entresol en attendant le prochain passage des éboueurs. Cheers.

Aucun commentaire: