mercredi 9 juillet 2008

Avant de dormir

Il est allongé sur le lit, à plat ventre par-dessus la couette, deux oreillers calés sous la poitrine. L'air concentré, il dessine. Sa main gauche est posée sur un guide qu'elle maintient ouvert, tandis que la droite esquisse des formes et des reliefs avec application. Derrière ses petites lunettes rondes à monture métallique, son regard fait la navette entre son modèle et le carnet Moleskine sur lequel il le reproduit. Quelques instruments sont éparpillés autour de lui sur le drap-housse: une gomme au bout arrondi, un gros taille-crayon noir et orange, un double décimètre en plastique, une boîte métallique bleue contenant un assortiment de crayons à papier. Parfois, il range soigneusement celui qu'il vient d'utiliser et en choisit un autre, avec une mine plus large ou plus fine. Il appuie sur une de ses extrémités pour que l'autre se soulève et qu'il puisse le saisir plus facilement.
Assise à côté de lui, un peu avachie sur les deux oreillers que j'ai disposés contre le mur, je lis. Je suis comme toujours très absorbée par mon bouquin, mais de temps en temps, je lève la tête et je le regarde. La lumière basse de la chambre met joliment en valeur la courbe de ses fesses nues et la ligne de ses cuisses musclées. Une immense tendresse m'envahit. J'ai trouvé ma place et je suis en paix.

1 commentaire:

Roulio a dit…

Bonjour! je suis en train de relire ton blog depuis le début et là...je ne pouvais pas ne pas laisser de message...que c'est beau! Et doux et tendre!Et! Qu'est ce que ça fait du bien à l'âme!

Tu as décidément une très belle plume...