jeudi 26 juin 2008

Foot reflexology

Je n'ai pas résisté très longtemps à mon envie d'essayer les soins du Serendip Spa. Hier après-midi, j'avais rendez-vous pour une séance de "foot reflexology", c'est-à-dire massage des pieds et stimulation des points d'acupression situés sous la plante (ceux qui correspondent à tous les organes). Je n'avais encore jamais expérimenté cette technique et j'étais curieuse de voir ce que ça donnerait. Par ailleurs, je m'étais déjà fait masser le corps - fort bien d'ailleurs, par une Marocaine aux doigts de fée - dans un institut Yves Rocher, mais l'occasion de m'offrir un spa ne s'était encore jamais présentée. Il s'agissait donc d'une double première pour moi. Je vous raconte...

A mon arrivée, on m'invite à remplir un questionnaire client avec mes coordonnées, mais aussi un certain nombre de données médicales (opérations récentes, problèmes de santé et traitements médicamenteux éventuels) et de préférences personnelles ("y a-t-il des endroits de votre corps que vous ne souhaitez pas qu'on touche? des endroits sur lesquels vous souhaitez qu'on insiste particulièrement?"). Puis le masseur me conduit au sous-sol afin que je puisse me déshabiller, m'enrouler dans un grand carré de tissu et déposer mes vêtements dans un casier fermé à clé. J'ai pris une douche juste avant de partir de chez moi, mais dans le cas contraire, tout le nécessaire pour me laver est à ma disposition - y compris un sèche-cheveux et différentes crèmes de beauté organiques. Comme le reste du sous-sol, le vestiaire du Serendip Spa a des murs entièrement peints en rouge; il est décoré de statuettes de Bouddha, de bougies parfumées et de verres dans lesquels flotte une unique fleur de gerbera. On est immédiatement plongé dans l'ambiance asiatique raffinée du soin qui va suivre.

Dans une petite pièce aux lumières tamisées, le masseur me fait allonger sur une table assez ferme et néanmoins plus confortable que mon lit (mais vu que je dors dans un futon depuis des mois, mon jugement en matière de confort pourrait bien être biaisé). Il me recouvre d'un drap léger qui s'arrête au-dessus de mes genoux, puis enveloppe chacun de mes mollets avec une serviette tiède. Enfin, il m'ôte mes lunettes, baisse encore les lumières et va s'installer à mes pieds. Dans une étrange quasi-obscurité qui ne me laisse deviner que les contours de sa silhouette, il enduit ses mains d'huile et commence à manipuler mon pied gauche. Parfois, il me chatouille presque et je me retiens de glousser. Parfois, c'est si bon que je me dissous carrément de bonheur. Parfois, il appuie à des endroits précis avec un petit instrument dur et je dois me concentrer sur ma respiration pour ne pas grogner. En tout cas, ses gestes sont méthodiques et précis.

Il travaille en silence tandis que je prête une oreille distraite à la musique asiatique qui, sans être spécialement forte, l'est tout de même bien davantage que lors la séance de méditation de la semaine dernière. Je ne somnole pas tout à fait, mais je me sens tout à fait détendue, y compris pendant les moments les moins agréables. Mon premier pied terminé, le second a droit au même traitement en profondeur. La séance d'une heure se termine par un massage des genoux et des mollets. J'ai complètement perdu la notion du temps. Lorsque les lumières se rallument, je mets un peu de temps à me redresser. Je demande au masseur (qui comme sa patronne parle français mais s'exprime de préférence en anglais) quelques précisions sur le concept de réflexologie. Il m'explique que les organes à problème se signalent par une sorte de boule au niveau du point d'acupression correspondant, "comme s'il y avait des grains de sable autour". Et ajoute que chez moi, par exemple, il perçoit des troubles au niveau du système digestif. J'aurais été à peine plus épatée (et considérablement plus inquiète) s'il avait deviné le code de ma carte bleue.

En sortant, je m'arrête à l'accueil pour discuter avec Claudia, la maîtresse des lieux. Je profite du calme de cet après-midi de semaine pour la bombarder de questions auxquelles elle répond fort gentiment. J'apprends ainsi que les massages corporels les plus indiqués contre la rétention d'eau (et les troubles digestifs, d'ailleurs!) sont l'ayurvédique et l'aborigène; que pour faciliter mon endormissement je peux utiliser telle ou telle huile essentielle et essayer, outre la technique apprise la semaine précédente, un autre type de méditation qui consiste à se remémorer toute la journée écoulée à l'envers. Je ressors de là avec une infusion à boire deux heures avant de me coucher, un roll-on à appliquer sur mes tempes et mes poignets en me mettant au lit, et l'un des ravissants coussins que nous avions utilisés pour le Full Moon Club. Mon portefeuille est plus léger, disons, de l'équivalent d'une tunique Cop Copine achetée au prix boutique.

Alors, on est d'accord que 75 euros pour se faire papouiller les pieds pendant une heure, c'est malheureusement un luxe inabordable pour les gens de plus en plus nombreux qui peinent à remplir leur frigo et le réservoir de leur voiture avec un salaire de misère. Mais pour ceux qui, comme moi, ont la chance d'avoir encore quelques sous une fois payé l'essentiel, c'est un investissement des plus rentables - invisible, impalpable, qui n'encombre pas les placards et fait progresser d'un grand pas sur la voie du bien-être. En tout cas, moi, je veux bien me passer d'un chiffon supplémentaire par-ci par-là pour m'offrir une séance mensuelle de ce genre.

3 commentaires:

Malena a dit…

Tu as une façon de raconter cette "expérience" qui donne très envie d'essayer !

ARMALITE a dit…

J'aurais dû devenir écrivaine de publi-rédactionnels :)

Malena a dit…

Ou alors tu peux penser à écrire un guide sur Bruxelles ;)