mardi 27 juin 2017

J'ai testé: le blanchissement des dents à la maison avec Smile Detox




Comme j'ai attendu trop longtemps pour faire retirer mes dents de sagesse, elles ont perturbé l'alignement du reste de mon râtelier, poussant mes canines en avant - surtout la gauche. Ca m'a toujours gênée sur les photos où je souris. Et puis le drôle d'écart entre ma canine et mon incisive gauches fait que j'ai du mal à me brosser correctement à cet endroit, où se forme systématiquement une tache de coloration alimentaire brune à cause de tout le thé que je bois. Ce qui aggrave mon complexe, même si je soupçonne que je suis la seule à remarquer ce défaut. (Vous examinez beaucoup les dents de vos amis, vous? Moi pas trop.) 

Si elle disparaît à chaque détartrage, cette tache se reforme toujours au bout d'un mois ou deux et s'accentue au fil du temps. Or cette année, ma douce dentiste étant en congé maternité et ma douillettitude m'empêchant de faire confiance à son remplaçant, j'ai dû repousser mon détartrage de deux mois. Je ne me voyais cependant pas me balader avec ma foutue tache jusqu'en novembre; du coup, j'ai décidé de tester un produit dont le look rétro avait attiré mon regard chez Sephora où j'étais entrée pour acheter tout autre chose. 

Smile Detox, c'est un kit de blanchissement des dents qui existe en cure de 14, 28 ou 42 jours. Composé d'huile de coco, de charbon actif et d'un arôme au choix - menthe, réglisse ou baies rouges -, il fonctionne selon le principe de l'oil pulling. En pratique, chaque jour, on se verse dans la bouche le contenu d'un des sachets, qu'on fait  circuler doucement pendant 10 minutes avant de le recracher. La texture de l'huile de coco étant très particulière, la première fois, j'ai eu envie de vomir et trouvé l'expérience franchement désagréable. Mais très vite, j'ai cessé d'y prêter attention. Et les résultats ne se sont pas fait attendre: au bout de quatre ou cinq jours, je constatais déjà que ma tache pâlissait, et le reste de mes dents me semblait moins jaune. Aujourd'hui, à la fin de la cure de 14 jours, il ne reste plus qu'une vague ombre de ma tache, impossible à discerner à moins de coller le nez dessus. (Non, je ne posterai pas de gros plan de mes dents mal alignées sur internet, il va falloir me croire sur parole.)

Je n'ai jamais fait de blanchissement en cabinet, et j'imagine que les produits utilisés par les dentistes sont encore beaucoup plus efficaces que ça - sans doute plus coûteux, aussi. Il est également possible que tous les émails ne réagissent pas de la même façon et que j'aie eu de la chance avec le mien. Quoi qu'il en soit, je suis hyper satisfaite de ce traitement, que j'envisage de réitérer chaque année entre deux détartrages. La prochaine fois, je tente même le 28 jours!

lundi 26 juin 2017

Partir une semaine (ou même plus) avec juste un bagage cabine, oui, c'est possible!




Depuis que j'ai cessé de faire du shopping comme si le commerce allait passer de mode, j'ai pris l'habitude de voyager léger, avec juste un bagage cabine dont tout le contenu est choisi soigneusement et rangé de façon optimale. Ainsi, pas de risque de lumbago ou de valise perdue; de plus, je gagne du temps à mon arrivée en vacances, puisque je peux sortir directement de l'aéroport, et à mon retour à la maison, puisque je n'ai pas de bagage à déposer à un comptoir et que je peux me rendre tout droit à la porte d'embarquement. Ca vous tente? Voici la liste des trucs que j'utilise. Evidemment, elle fonctionne surtout pour des voyages urbains qui ne nécessitent pas d'emporter des tonnes de matériel! Pensez city trip plutôt que trek dans les Andes...

- J'évite de voyager avec les compagnies low cost qui n'autorisent aucun accessoire en plus du bagage à main. (C'est le cas notamment d'Easy Jet.) Pour un prix pas plus élevé, Brussels Airlines propose une option Check & Go avec laquelle on peut prendre un sac à main ou une sacoche d'ordinateur en plus d'une petite valise, à condition de ne pas dépasser les dimensions autorisées - suffisantes pour mon très grand sac à main Nat & Nin que vous pouvez admirer ci-dessous - et un poids total de 12 kilos. D'autres compagnies régulières font sûrement la même chose...

- Je porte toutes mes affaires les plus encombrantes sur moi lors des voyages aller et retour. Je roule les autres bien serré dans ma valise, comme ça, elles prennent moins de place et ne se froissent pas. Je pars avec deux paires de chaussures seulement (dont une à mes pieds): des boots et des babies ou des baskets de ville en hiver, des sandales et des ballerines en été. Et des vêtements tous coordonnés entre eux - souvent avec une dominante noire agrémentée de quelques touches de rouge -, correspondant à la météo prévisionnelle que j'ai vérifiée avant mon départ. Au pire, s'il me manque une fringue une fois sur place, j'achète une version pas chère chez H&M ou équivalent. Je profite aussi de mes voyages pour "finir" mes vêtements fatigués et les mettre à la poubelle le dernier jour, ce qui me permet de gagner un peu de place pour rapporter des souvenirs. 

- Je loge en Air B'n'B, en faisant attention à ce que les appartements que je choisis disposent d'une machine à laver. Ainsi, je peux partir avec moins de tenues complètes que de jours de vacances. Lors de mes voyages au Japon, où je fréquentais des hostels pas forcément bien équipés, j'avais pris l'habitude d'emporter un mini-séchoir à pinces et de la lessive à la main pour nettoyer chaque soir mes sous-vêtements, mes T-shirts et mes pantalons que je faisais exprès d'acheter dans une toile synthétique rapide à sécher.

- Je n'emporte que des cosmétiques en format voyage - 100ml maximum -, soit parce qu'ils sont disponibles ainsi dans le commerce, soit parce que j'en ai versé une petite quantité dans des flacons vides conçus pour ça (Sephora vend un "kit-week-end" super pratique). Pour mes cheveux, sur des séjours de moins d'une semaine, une bombe de shampoing sec m'évite de m'encombrer de tout mon matériel de coiffage. Sur des séjours plus longs, je m'assure au moins de la présence d'un sèche-cheveux à l'endroit où je loge. 

- Comme je n'ai pas de liseuse - sûrement idéale dans ces conditions -, j'emporte un ou deux livres de poche et les abandonne sur place une fois terminés, ce qui là aussi me permet de libérer un chouïa d'espace pour de menus souvenirs. Si je tombe à court de lecture pendant mon séjour, je me ravitaille dans une librairie anglaise. Etant donné que je privilégie un style de vacances très actif (par opposition aux vacances de type glande sur la plage ou en bord de piscine), ça n'arrive de toute façon pas souvent. 

- Pour les quelques souvenirs que je rapporte, je jette mon dévolu sur des objets très peu volumineux: cartes postales, carnets et autre menue papeterie, magnets, bijoux fantaisie, T-shirts, épices locales, cailloux ou sable ramassé sur place...




Et vous, vous avez des astuces pour partir en vacances le moins chargés possible? 

dimanche 25 juin 2017

C'était la semaine où... (#25)




...au troisième essai, j'ai réussi à reboucher le bon micro-trou dans la poutre de ma mezzanine. Me voilà débarrassée des fourmis et des résidus d'isolant sur mon oreiller jusqu'à nouvel ordre (= jusqu'à ce qu'elles trouvent un autre trou par où passer).
...j'ai testé la nouvelle trattoria sur la jolie place dame Sibille avec Kiki, que je n'avais pas vue depuis une éternité. La bouffe était bonne, mais la compagnie était mieux.
...le sorbet chocolat noir à la fleur de sel de chez Fred que j'ai mangé en guise de dessert valait le détour lui aussi. 
...je me suis offert un rafraîchissement de coupe et de colo chez mon coiffeur historique. 30% moins cher que chez Wakko, 60% moins bien. Pffff.
...Attila s'est fait enlever les dents de sagesse sous anesthésie générale. Il était un peu gonflé, mais moins hamster que son père il y a 25 ans.
...à peine deux semaines après son licenciement économique, Autre Moi a déjà retrouvé un boulot mieux payé que le précédent. Champagne!
...un nouvel attentat (foireux, heureusement) a eu lieu à la gare Centrale de Bruxelles. Ca commence à faire un peu beaucoup, là.
...je me suis tapé une petite crise d'angoisse après être partie de chez moi: avais-je bien éteint la clim? J'étais à peu près sûre de l'avoir fait, mais pas à 100%; du coup, je voyais des images apocalyptiques d'appareil en surchauffe provoquant un court-circuit et un incendie à peine moins spectaculaire que celui de la tour Grenfell. Mon cerveau, ce troll.
...j'ai passé deux jours du côté d'Avignon avec Isa. On a testé le salon de thé Simple Simon (bof), découvert plein de petites boutiques de déco ultra-sympas, dîné dans un resto grec-arménien qui fait de fabuleuses assiettes de mezze, beaucoup marché dans les rues piétonnes le soir de la fête de la musique, et surtout parlé-parlé-parlé pendant des heures. A refaire!
...après des semaines de recherches vaines à Bruxelles comme à Toulon, j'ai enfin dégoté une paire de sandales correspondant à mon cahier des charges - dans un chouette magasin nommé Ma deuxième mule du Pape où la vendeuse pestait contre sa fille qui avait oublié d'aller à un oral de rattrapage.
...j'ai reçu la confirmation d'un des deux projets que j'évoquais la semaine dernière. Je vais donc rebosser avec mon plus vieil éditeur, qui ne m'avait pas donné de boulot depuis avril 2016 - youpi!
...j'ai testé la méthode de Funambuline, mon Pasta Guru officiel, pour cuire de bêtes spaghetti sauce tomate. C'était dix fois meilleur que d'habitude; je ne préparerai plus jamais mes pâtes autrement. Et puis, ça fait une passoire en moins à nettoyer (Team Feignasse).
...un éditeur auquel je me demandais comment annoncer que, au vu des conditions dans lesquelles s'était déroulée notre précédente collaboration, je ne souhaitais pas poursuivre la série que je faisais pour lui, m'a envoyé un mail pour me dire: "La traduction du tome suivant était urgente; comme vous n'aimez pas commencer un travail avant que le contrat correspondait ait été signé, j'ai préféré confier ça à quelqu'un d'autre". Bon, ben ça résout le problème.
...après simulation sur plusieurs grandes villes européennes (Dublin, Tallinn, Rome et Glasgow), c'est la capitale irlandaise qui remporte le titre de "destination de notre city trip d'automne 2017", essentiellement pour des raisons budgétaires. On aura gratté deux nouveaux pays cette année, ça me réjouit d'avance.
...deux jours après avoir parlé de Claudie Gallay à Isa en mentionnant combien je déplorais qu'elle n'ait rien publié depuis plusieurs années, Actes Sud annonce la parution de son prochain roman mi-août - quel bonheur! C'est l'une de mes écrivaines françaises préférées.
...on a fait un tour en ville avec Gasparde et Bohemond. Gasparde a acheté un bouquin, Bohemond une pince à boulettes, Chouchou un Funko Pop Harley Quinn, et moi: rien. Je suis une héroïne.
...Ernest Hedgingway est mort. Repose en paix, petit hérisson.
...on a testé la série "One day at a time". Les rires enregistrés me gonflent sévère, mais sinon, ça a l'air pas mal.
...comme je m'y attendais, Chouchou a incrusté le musée Munch et les trois musées de bateaux dans la liste des trucs à faire à Oslo. J'ai prévenu que pour ces derniers, je n'en ferais qu'un, et je suis curieuse de voir lequel il va choisir: le Kon Tiki, le drakkar, le Fram?

samedi 24 juin 2017

Les conversations absurdes #12


CHOUCHOU: J'aime encore plus ta bibliothèque que ton cul.
MOI: Hélas, contrairement à lui, elle n'a plus la place de s'étendre.

mardi 20 juin 2017

10 articles #7




5. Du coup, comment donner du sens à votre vie? En vous posant très sérieusement ces 7 questions incongrues en apparence. (En anglais)

6. Les grandes leçons du développement personnel, reformulées en plus terre-à-terre. (En anglais)

7. Pourquoi c'est important de savoir perdre du temps.  (En anglais)

8. Et aussi: au boulot comme dans le sport, ou la poursuite de n'importe quel objectif, il est crucial de marquer des pauses(En anglais)

9. Comment pratiquer la pleine conscience sous la douche. (En anglais)

10. J'ai toujours déploré que l'argent soit un sujet tabou. Sarah VonBargen est de mon avis, et elle explique très bien pourquoi on devrait vraiment en parler. (En anglais)