dimanche 19 février 2017

C'était la semaine où... (#7)




...dans la même journée, j'ai eu deux discussions enflammées sur Facebook: la première sur l'irréalisable union de la gauche française et la seconde sur les chauffe-épaules électriques. Il est bon d'avoir des intérêts variés.
...le prof d'aerial yoga nous a demandé de "devenir des T-shirts mis à sécher sur un fil au soleil". Et comme exceptionnellement, il faisait beau ce jour-là, je n'ai même pas pu faire de remarque sarcastique sur la météo belge.
...j'ai été bien contente de voir que la dame du Sin Street Food avait récupéré un camion en état de marche. Pour fêter ça, j'ai pris un Belixir à l'eucalyptus avec mon burger Big Sin.
...venant juste de voir que le premier tome de "La tour aux mille étages" était sorti en français, j'ai voulu envoyer un mail à l'éditrice afin de lui demander pour quelle date il lui faudrait le suivant. Et quand j'ai ouvert ma boîte, un mail m'y attendait justement: "Voilà le texte du tome 2, tu peux le faire pour le début de l'automne?". La synchro.
...j'ai rendu avec 15 jours d'avance la traduction d'un roman de SF jeunesse et appris qu'il y aurait non pas un, mais deux autres tomes dans le même univers. Chouette, encore du boulot sympa pour plus tard!
...dans un autre bouquin sur lequel je bosse en ce moment, un personnage secondaire déclaré mort depuis belle lurette au chapitre 40 est décédé la veille d'une crise cardiaque au chapitre 54. Zen, restons zen.
...j'ai passé un moment très agréable au bar du Dominican, à bouquiner devant un Lazy Red Cheeks (vodka, framboises fraîches, sirop de violette, citron vert).
...je me disais que pain + purée, ça devait quand même être bien bourratif, et j'avais raison.
...comme je manquais décidément de temps et de motivation pour aller chez le coiffeur, j'ai refait moi-même mon roux avec une colo de supermarché (L'Oréal Prodigy 740 Vermillon). Hé ben, ça donne pas mal du tout.
...j'ai aimé la déco du bar de l'hôtel Bloom, mais été super déçue par les cocktails: une demi-douzaine d'ultra-classiques, point. Et mon Cosmo n'était pas le plus inoubliable que j'aie jamais bu. Next!
...ma mère a enfin balancé son vieux PC pourri et bourré de virus pour investir dans un iMac. Je lui ai promis que ça allait lui changer la vie.
...j'ai été sidérée par le nombre de nanas qui nient l'existence même de la culture du viol (quand elles ne plaignent pas les pauvres petits garçons qui ont désormais bien du mal à trouver leur place d'hommes virils). On n'est pas sorties des ronces.
...un autre jour, à l'aerial yoga, il a fallu être une banane. Parfois, j'ai l'impression de suivre des cours de cirque à l'Actor's Studio.
...chez Marks & Spencer, j'ai craqué pour la plus chouette boîte à biscuits du monde, mais résisté (difficilement) à une bougie pamplemousse rose-gingembre.
...je me suis chamaillée avec Chouchou à propos de la note IMDb qu'il avait mise à l'excellent anime "Kimi no na wa": un 8 seulement, c'était bien mal payé!
...nous avons voulu aller bruncher au Grand Central et fui devant la salle bondée, le bordel général et le brouhaha ambiant.
...nous avons tenté de nous rabattre sur Hortense, où le brunch était un menu fixe composé de 4 plats salés dont un à base de chicons et l'autre de céleri-rave. Non plus, merci.
...en désespoir de cause, nous avons fini à l'Architecte où c'était toujours aussi bon et sympa que la première fois.
...à l'expo Pierre et Gilles, il y avait une minuscule mamie à canne hyper intéressée par tous les portraits d'homâpoâl (et ils étaient nombreux!).
...j'ai fait la troisième photo débile identique avec ma copine la statue du Musée d'Ixelles; d'ici quelques années, je devrais avoir une jolie collection.
...avec ses tableaux en papier brûlé, cette fois encore, la salle du fond et son installation d'art contemporain ne m'ont pas déçue.

samedi 18 février 2017

Be my stoemp, le hot-dog à la belge




Quand j'ai commencé à venir à Bruxelles il y a dix ans, une des premières spécialités culinaires belges que j'ai découverte, c'est le stoemp-saucisse. La saucisse, tout le monde voit ce que c'est. Et le stoemp (qui se prononce "stoump")? C'est une purée de pomme de terre mélangée à un autre légume; dans les versions les plus populaires, on trouve le stoemp carotte, le stoemp épinards, le stoemp chicon ou le stoemp poireau. 





Depuis quelques mois, un comptoir Be my stoemp a ouvert aux Halles Saint-Géry, et en plus de la version classique du stoemp-saucisse, il propose toute une gamme de stoempdogs à consommer sur place ou à emporter. Intriguée par le concept, j'ai accepté une invitation à goûter ça avec Chouchou. Nous avons mis pas mal de temps à nous décider: j'étais tentée par le Eyt végétarien (stoemp d'oignons caramélisés garni au tofu), et Chouchou par le De Salven (stoemp de céleri garni de moules et de crevettes). Histoire de goûter la partie saucisses, nous avons fini par opter pour des recettes un poil plus classiques et comportant néanmoins un petit twist: The Four pour moi (stoemp de carotte/coriandre, saucisse "Be Sun", yaourt nature, tomates, oignons rouges, zeste de citron), et Le Tout pour Chouchou (stoemp de carotte, saucisse "Be Mediterranean", sauce pesto, roquette, parmesan). Be my stoemp ne sert pour l'instant pas de boissons, qui sont à commander au bar voisin avant d'aller s'installer à l'une des tables au centre des halles - mais mon petit doigt me dit qu'ils proposeront une gamme de thés glacés dans quelque temps.





Verdict? Pour moi, l'association du pain et de la purée est un poil trop roborrative, mais les gros appétits y trouveront sûrement leur compte. Surtout, la saucisse comme la purée sont tout à fait excellentes (le pain aussi, d'ailleurs, à la française et bien croustillant). Une prochaine fois, je pense opter plutôt pour la version "normale", servie en boîte déjeuner métallique: on choisit un type de stoemp et un type de saucisse, qui seront accompagnés d'une salade pour seulement 8,50€ l'ensemble. Les gourmands et les curieux pourront préférer l'option dégustation: 3 stoemps et 3 saucisses. Enfin, il est même possible d'acheter juste le stoemp en jolies boîtes de conserve colorées pour le manger chez soi. 

Be my stoemp 
Place Saint-Géry 1
100 Bruxelles
Ouvert 7j/7 de 10h à 02h

jeudi 16 février 2017

Escape Prod: L'évasion des Dalton




Depuis deux ans, les escape games se multiplient à Bruxelles pour le plus grand bonheur des passionnés comme moi. Après en voir testé une grande variété, j'avoue être désormais particulièrement intéressée par ceux qui proposent un thème local. Alors, quand Escape Prod m'a offert de tester sa salle "L'évasion des Dalton" (Morris, le dessinateur de Lucky Luke, était belge et même belge flamand), je me suis dépêchée d'appeler Solaena et son chéri, avec qui nous avions déjà fait équipe lors d'un jeu précédent, pour leur demander s'ils voulaient remettre ça. Et dimanche dernier, c'est à proximité d'une autre célébrité belge - le Manneken Pis - que nous nous sommes retrouvés pour enfiler nos pyjamas noirs et jaunes de prisonniers.

Car la première originalité de "L'évasion des Dalton", c'est que les participants doivent se costumer avant d'être enfermés. Chouette idée: ça permet de se mettre encore plus dans l'ambiance, et ça protège les vêtements civils en cas d'activités salissantes. De plus, les tenues sont bien larges, très confortables et ne grossissent pas trop sur la photo. (On a les priorités qu'on peut.) Une fois changés en frères Dalton, nous avons eu droit à un briefing fait par notre Game Master Guylaine. Après un énième braquage de banque, nous nous sommes faits cueillir par Lucky Luke, et nous attendons dans une cellule de la prison locale qu'un fourgon vienne nous emmener au pénitencier. Si nous voulons nous échapper, c'est maintenant ou jamais...




Comme d'habitude, je vais tâcher de ne pas trop en dire pour ne pas gâcher la surprise des futurs participants. J'ai trouvé "L'évasion des Dalton" très fun à jouer grâce à ses multiples énigmes toutes amusantes, mais dont aucune ne nécessitait une réflexion de folie: ça nous a permis de ne jamais rester bloqués longtemps sur quoi que ce soit et de maintenir un rythme de jeu soutenu. Tout le monde avait toujours quelque chose à faire, et nous n'avons jamais eu le temps de nous ennuyer. Il m'a semblé aussi que ce scénario serait parfait pour des parents avec enfants à partir de 8 ou 9 ans (d'ailleurs, les familles bénéficient d'une réduction spéciale de 10€). 




Nous avons réussi à sortir en 56'30" sans rencontrer trop de difficultés ni avoir besoin de trop d'indices. Du coup, même des débutants auront toutes leurs chances de parvenir à s'évader. Je précise qu'il existe deux salles identiques permettant de faire jouer entre 6 et 10 personnes en simultané. Et pour les grands amateurs de bédé comme nous, Escape Prod est en train de créer un second scénario qui devrait être disponible d'ici le mois de mai, sur le thème de Blacksad cette fois. 

Rue de l'étuve, 69
1000 Bruxelles

mercredi 15 février 2017

Envies de février




un après-midi de boulot au bar de l'Hôtel Vintage
un cocktail entre copines au bar de l'Hôtel Bloom
un brunch en amoureux au Grand Central
l'expo Pierre & Gilles au musée d'Ixelles
le film "My name is Emily"
une histoire de voyage dans le temps: "Every anxious wave"
un support de portable pour bosser debout
de nouveaux verres pour voir de près
un Deep back massage au Serendip Spa
des billets d'avion pour Oslo en juin ou en juillet
...et un joli petit appart' airBnB sur place
du temps pour m'occuper de moi

dimanche 12 février 2017

C'était la semaine où... (#6)




...j'ai tenté cette recette de croquettes de lentilles corail. Même en laissant cuire plus longtemps qu'indiqué, mes ingrédients égouttés étaient à moitié crus et n'avaient pas du tout la consistance voulue pour tenir ensemble. Un splendide ratage.
...j'ai discuté par message privé avec la directrice de collection de Bad Wolf, dont je venais de lire et d'adorer le roman, en lui glissant que j'avais plus de vingt ans d'expérience dans la traduction de fantasy et que si elle voulait publier des bouquins anglophones un jour...
...pour la première fois de ma vie, j'ai testé: aller travailler hors de chez moi. Plus précisément, chez Living Room où je sais que le wifi est fiable et le free lance bienvenu. C'était très réussi et j'envisage de recommencer une fois par semaine, histoire de me sortir un peu.
...j'en ai profité pour goûter leur gâteau choco-betterave. C'était, euh, pas mauvais, mais la prochaine fois je prendrai plutôt le cake au citron classique.
...j'ai découvert que j'avais ma propre page sur le site de la BnF. Et pas moins de 366 ouvrages à mon nom. Même en décomptant les rééditions, une question s'impose: qu'ai-je fait de ma vie, à part travailler?
...l'école où je fais de l'aerial yoga s'est enfin créé un compte Instagram "due to popular demand". Dans le rôle de la demande générale: Chouchou.
...j'ai abandonné "A series of unfortunate events" au milieu de l'épisode 6: très joli, mais beaucoup trop chiant.
...mon billet sur "Captain Fantastic" a été N°1 sur la page des Coups de coeur Culture de HelloCoton. (Je ne comprends plus trop comment le site fonctionne, mais c'est pas grave.)
...quand je suis sortie du métro à Louise, des petits points blancs volaient dans l'air, et fin limier que je suis, j'ai aussitôt pensé: "De la cendre - il a dû y avoir un incendie pas loin". C'était donc de la neige, comme annoncé par la météo. Mais bien tenté, Sherlock.
...avec Gasparde, on a voulu tester l'Alice Cocktail Bar. Mon Wild Tangerine - gin, sirop de piment, mandarine - était délicieux, mais on n'a pas du tout aimé l'absence d'éclairage, la déco style maison close et surtout l'horrible odeur d'encens.
...du coup, on a filé au Dam Sum où je me suis encore tapé un Beijing Fresh en attendant que Chouchou nous rejoigne.
...quand on est sortis du resto, il faisait un froid glacial, le tram venait de passer et j'étais à moitié paralysée du dos. Une parfaite occasion de tester le système Zipcar et d'en être hyper satisfaits!
...je me suis fait mon premier lumbago depuis Noël 2000. Autant dire que ça ne m'avait pas manqué. Et que j'ai peu apprécié que ça survienne après plusieurs semaines où j'avais eu la tête dans le guidon niveau boulot, alors que je me réjouissais de pouvoir enfin profiter de mon week-end.
...Attila a eu son code. Ma soeur doit être ravie à l'idée de lui filer bientôt les clés du tank familial pour sa conduite accompagnée.
...j'ai sué trois heures d'affilée sur Picasa, puis sur le site de Photobox, puis sur celui d'Hema pour réussir un prototype de livre photo regroupant mes mosaïques mensuelles (une de mes intentions de 2017).
...on a vu et pas adoré "Miss Peregrine's home for peculiar children".
...je me suis traînée tant bien que mal chez Escape Prod pour ne pas devoir annuler la séance prévue depuis deux semaines. Hé bien, à condition d'avoir de bons coéquipiers, on peut s'évader même avec le dos coincé et un pyjama à rayures jaunes et noires! Compte-rendu dans la semaine.