vendredi 24 octobre 2014

CHALLENGE MINIMALISTE #24: Triez... vos médicaments




L'objectif du jour:
Videz votre armoire à pharmacie, et vérifiez tous vos médicaments un par un. 
Mettez de côté:
- ceux qui sont périmés (sans oublier les collyres ouverts ou les sprays entamés depuis trop longtemps)
- ceux qui ont servi à soigner des bobos non-récurrents

Que faire de ces médicaments?
Enlevez les notices et les emballages en carton (que vous pourrez mettre au recyclage).
Portez le reste à votre pharmacien. 

jeudi 23 octobre 2014

CHALLENGE MINIMALISTE #23: Triez... vos jeux et jouets





L'objectif du jour:
- Eliminez 6 jeux vidéo ou de société (voire 6 de chaque si vous en avez beaucoup dans les deux catégories!)
- Si vous avez des enfants, éliminez aussi 6 jouets dont ils ne se servent plus et veulent bien se séparer

Que faire de ces jeux? 
- Revendre les plus récents à une boutique d'occasion, sur eBay ou Le Bon Coin 
- Les faire circuler dans votre entourage 
- En faire don à une association ou à une oeuvre caritative 

Je posterai chaque jour sur Instagram une photo des choses que j'aurai moi-même éliminées, avec le tag #rosenoirminimal. Si vous avez aussi un compte IG et pensez que ça peut constituer une bonne motivation supplémentaire, n'hésitez pas à faire de même!


Gratitude list




Pour les bons résultats de mes derniers examens
Pour les retrouvailles réussies avec de vieilles amies
Pour la multiplication des escape games que j'adore
Pour le merveilleux spectacle du cirque Plume
Pour 8 ans d'amour juste fêtés et (j'espère) beaucoup d'autres à venir
Pour le bel été indien qui s'achève
Pour les douillettes soirées d'automne qui s'annoncent
Pour le déjeuner impromptu de ce midi au Taihon
Pour la force et la combattivité de Sophie-Grosquick
Pour les escapades planifiées à Londres et à Porto
Pour les irrésistibles imitations pusheen-esques de Chouchou
Pour les gens de bonne volonté croisés sur internet
Pour la grâce des romans qui vous happent et ne vous lâchent plus avant la fin
Pour les jours où les mots défilent tout seuls sous mes doigts
Pour la conviction que ma vie est ce que j'en fais

Merci.

mercredi 22 octobre 2014

CHALLENGE MINIMALISTE #22: Demandez-vous... quelles règles vous pourriez instaurer pour ne plus accumuler





C'est bien beau de faire un grand tri une fois de temps en temps, mais l'idéal, ce serait d'oeuvrer de façon quotidienne à limiter l'accumulation des choses. A partir de début novembre, une fois le challenge terminé, quelles sont les règles que vous pourriez instaurer dans ce but? Voici quelques-unes de celles que j'utilise; n'hésitez pas à inventer les vôtres!

- "1 in, 1 out": si j'achète un objet dans une certaine catégorie, je dois me débarrasser d'un autre afin que leur nombre total n'augmente pas. Je trouve ça particulièrement utile pour les livres et les vêtements. Dans les périodes où je me suis un peu laissé déborder, ça peut même devenir "1 in, 2 out", soit 2 sortants pour chaque entrant.

- La liste incontournable: quand je pars faire une virée shopping, c'est désormais avec un but bien précis en tête. J'ai besoin, par exemple, d'une carte pour mon swap papeterie, d'un nouveau pyjama douillet mais mignon et d'un cadeau d'anniversaire pour une copine. Et je n'achète que ça. Si jamais, au cours de mes recherches, je tombe sur un objet pour lequel j'ai un coup de coeur, je me reporte à la tactique suivante. 

- L'achat différé: plus question d'acheter un objet dont je n'ai pas besoin la première fois que je le vois. Je laisse passer une semaine ou davantage, et s'il me fait encore envie à ce moment-là, oui, je me fais plaisir. Mais en général, avec le recul, soit je me suis rendu compte que je possédais déjà un équivalent, soit le truc en question a cessé de me tenter. Parfois même, je l'ai carrément oublié. 

Et vous, quelles sont les tactiques que vous pourriez envisager de mettre en oeuvre afin d'éviter les achats inutiles?

"Tutu" à Bobino, la danse dans tous ses états!


Si j'aime passionnément la danse dont j'ai longtemps pratiqué plusieurs formes, je dois avouer qu'à une ou deux exceptions près, les interminables ballets classiques m'ennuient à mourir. Aussi, quand j'ai lu un article sur le spectacle délirant des Chicos Mambo, j'ai tout de suite eu envie d'y embarquer Chouchou durant notre week-end parisien. Mon amoureux s'intéresse à toutes les formes d'art; je serais bien bête de ne pas en profiter... 

Six danseurs nous entraînent dans un maelstrom visuel effréné et plein d'humour. En 20 tableaux, ils revisitent les icônes du ballet, de la danse contemporaine, de salon, sportive et rythmique, académique ou acrobatique. C’est une ode à la danse, où la dérision côtoie l’exigence. L’occasion pour les néophytes de découvrir ses grands thèmes incontournables, et pour les plus avisés de les redécouvrir sous un jour nouveau, mais jamais dénaturés.

Chaque tableau est une surprise haute en couleur, où la compagnie nous transporte dans son univers fantasque et théâtral. Les six interprètes hommes, tels des caméléons, endossent tous les rôles – plus de 40 personnages nous font rire, nous étonnent et nous impressionnent. Mais si la troupe est connue pour son autodérision, elle est aussi appréciée pour sa technique.

Et le spectacle tient tout à fait ses promesses: remarquablement bien réglé, il est inventif, drôle et virtuose à la fois. Même en pointes et tutu rose semi-intégral, les danseurs ne sont jamais ridicules; leur performance finit par abolir la notion de genre pour devenir juste enthousiasmante, et un peu troublante aussi. J'ai failli mourir étouffée de rire pendant leur parodie d'un numéro de danse moderne (le truc intello-barbant par excellence). Mais même pour quelqu'un qui ne saisit pas les références, "Tutu" reste un divertissement coloré, pêchu et tout à fait abordable. Dommage qu'il dure seulement 1h20. 






Au théâtre Bobino jusqu'au 31 décembre 2014

mardi 21 octobre 2014

Big Fernand: mangez des hamburgés!


Si les burger joints se sont multipliés comme des buns petits pains ces dernières années, la qualité des sandwichs que l'on y sert est extrêmement variable. Mais ceux de Big Fernand ont la réputation d'être parmi les meilleurs de Paris, et ils comptent même un végétarien parmi eux. J'étais donc un peu obligée de tester...





Arrivés samedi à 11h50, nous patientons à l'une des tables en terrasse et voyons dans les minutes suivantes une véritable petite foule se former sur le trottoir. Super organisés, les serveurs passent dans les rangs pour distribuer des menus et demander aux gens s'ils veulent manger dedans ou dehors. Nous comprenons pourquoi dès qu'une cloche signale l'ouverture du restaurant: à l'intérieur, mes aïeux, ça dépote! Le personnel est incroyablement dynamique, et à peine avons-nous le temps de payer notre commande que notre plateau est déjà prêt. 




Il faut savoir qu'ici, tout est fait maison dans un esprit franco-français. Les burgers, pas énormes mais fondants dans la bouche, s'appellent des hamburgés et les petites frites croustillantes (sans doute les meilleure que j'aie mangées hors de Belgique) des Fernandines. L'irrésistible limonade au pamplemousse rose promet "le retour de l'être aimé" - efficacité non vérifiée: le mien était déjà assis face à moi. Tout respire la créativité, la bonne humeur et l'envie de régaler le client. 




Pour l'instant, Big Fernand a quatre restaurants à Paris et alentours, plus un à Lille et un autre à Lyon, et un autre doit ouvrir prochainement à Nantes. Si vous avez la chance d'habiter à proximité, je vous conseille vivement de goûter leurs burgers. A 15€ le menu avec frites et boisson, ils se défendent plus que très bien niveau rapport qualité-prix...

Adresses et horaires sur le site internet de Big Fernand

CHALLENGE MINIMALISTE #21: Faites du ménage dans... vos fichiers numériques




C'est bien beau d'avoir dématérialisé la culture, mais du coup, au prétexte que ça prend peu de place, on accumule quantité de fichiers numériques dont on ne se sert pas et qui encombrent nos espaces de stockage... 

Supprimez:
- de votre iTunes, 6 chansons que vous n'écoutez plus (ou contentez-vous de les décocher pour qu'elles ne jouent plus en mode aléatoire)
- de votre liseuse, 6 ouvrages que vous ne (re)lirez pas
- de votre disque dur externe, 6 films et l'intégrale d'1 série télé que vous ne regarderez pas ou plus.

lundi 20 octobre 2014

Le week-end où on fête nos 8 ans à Paris




Vue l'heure à laquelle je me suis endormie hier soir, le réveil à 7h pique un peu les yeux, mais c'est pour une bonne cause. Pas de Flow international au Relay de la gare du Midi, c'est vraiment dommage. Il fait un temps magnifique à Paris; je ne vais sans doute pas tarder à avoir trop chaud. L'appart airbnb ne manque pas de charme, juste d'une table de salle à manger où installer les iPad et d'un chauffe-eau en état de fonctionnement; en contrepartie, le lit semble maxi-confortable. Je ne peux m'empêcher de jouer les Sherlock Holmes et de dresser un portrait-robot de notre logeuse d'après le peu d'affaires à elle qui traînent: elle est végétarienne, amatrice de thé, abonnée à la Little Box et pratique la course à pied. Nos estomacs crient famine, mais il va falloir attendre encore 10 mn que le Big Fernand ouvre. Oh allez tiens, on va se payer le luxe de manger en terrasse fin octobre. Je comprends pourquoi ils sont réputés, ces hamburgés (rime inside). Comment ne pas craquer pour le gilet à faons qu'Inès de la Fressange a créé pour Uniqlo? "Les 7 roses de Tokyo" est sorti en poche, c'est génial; malheureusement, les deux seuls exemplaires de Junku sont bien abîmés: je l'achèterai ailleurs. Chez Bird on the wire, je trouve une chouette carte pour mon swap papeterie (OK, et un petit collier licorne pour moi). Le vélo accroché à la fenêtre du premier étage et décoré d'un moulin à vent ainsi que d'un flamant rose: pourquoi? Le concept store Merci est un peu trop branchouille à mon goût; en revanche, nous passons un délicieux moment au Used Books Café attenant, à siroter une limonade maison relevée de gingembre en bouquinant - pour Chouchou, le manga adapté du "Traité des 5 roues"; pour moi, un roman de Christian Bobin que je viens de piocher sur une étagère. Je nous perds un chouïa en descendant vers le Marais; l'iPhone de Chouchou doit rectifier le tir. Que de space invaders dans le coin - si seulement ils n'étaient pas si malcommodes à photographier! Le mojito et le cheesecake du Pick.Clops sont assez calamiteux mais j'aime la déco pop jaune et bleue, le serveur adorable et la salade inca à la fois goûtue et équilibrée. Non, Chouchou, ce n'est pas une bite noire géante sur le quai de Varenne, c'est une statue de Balzac. Et bien les Chicos Mambo ne sont absolument pas ridicules en tutu rose et en pointes sur la scène de Bobino - ce qui n'empêche pas leur spectacle d'être très drôle. 20h20, retour à la "maison" à l'heure où les Parisiens sortent à peine: notre rock'n'rollitude ne s'en relèvera sans doute pas, mais tant pis. Une tisane de bambou, une douche glacée et au lit!




Mais comment ça, 8h25? On avait mis le réveil à 7h45 pour ne pas être bousculés! Je mange des chouquettes au petit-déj' si je veux. Un léger coup au coeur en voyant arriver Autre Moi et Choco  - ça doit bien faire respectivement 4 et 6 ans que je ne les avais pas vues. En comptant Eve, nous sommes 5 à nous attaquer à la Zen Room avec une efficacité redoutable. "Là, il y a des chiffres plein le magazine, je suis sûre que ça veut dire quelque chose!" "...Ouais, c'est les numéros de page."  Nous sommes dehors en 57'54" avec force braillements victorieux. Le temps de récupérer Junior à Châtelet, et c'est parti pour un burger pas bon avec du coleslaw chelou - mais je m'en fous, je suis hyper contente d'être là, et pour rien au monde je n'échangerais ce moment contre un resto 3 étoiles en moins bonne compagnie. J'aurais bien poursuivi au Starbucks voisin si nous ne devions pas remonter sans tarder vers la porte de Pantin. Du coup, je fais des plans sur la comète: "Chouchou, et si la prochaine fois, on montait deux équipes pour jouer l'une contre l'autre? On se ferait enfermer au même moment dans deux pièces du même jeu, et les derniers sortis paieraient un coup à boire aux plus rapides." Traverser le parc de la Villette sous un soleil éclatant, avec l'impression de flotter dans une petite bulle de bonheur. Pourquoi faut-il que ce clown soit le sosie de mon ex-mari? Malgré quelques passages un peu mous et le grand inconfort des gradins, le spectacle du Cirque Plume est formidable, plein de poésie, d'énergie et de chaleur humaine. Deux géocaches voisines se refusent à nous; tant pis, rien ne peut gâcher ma bonne humeur. Non, même pas le fait d'être descendus à gare du Nord alors que le traiteur japonais où on veut prendre des plats à emporter est à côté de la gare de l'Est. Le thé vert froid en canette, c'est vraiment spécial, mais ça me rappelle le Japon et ça va bien avec le thème de la journée. La douche glacée passe mieux le deuxième soir; si ça se trouve, c'est juste un coup à prendre. Je remercie les filles par MP pour la super partie de Hint Hunt. "La prochaine fois, on pourrait monter deux équipes pour jouer l'une contre l'autre", suggère Autre Moi, et ça me fait tout bizarre qu'on puisse encore être synchros autant de temps après. Mais je commence à me dire que ce serait super de revenir à Paris pour mon prochain anniversaire et fêter ça avec un escape game qui rassemblerait un maximum de mes amis locaux...




Merci la maison Bichon pour le coin petit-déj' où tremper ses croissants (délicieux) dans son chocolat chaud en savourant d'avance la brioche aux pralines roses achetée pour demain matin! La consigne de la gare de Lyon est le secret le mieux planqué depuis les doubles factures de Pygmalion. Il fait beaucoup moins chaud aujourd'hui, mais tant qu'il ne pleut pas, ça me va très bien. La file des gens qui ont acheté d'avance des billets coupe-file est deux fois plus longue que celle des gens qui se pointent à la cool - on a vraiment fait une bonne affaire *ironie inside*. L'expo Ghibli ne me passionne pas: j'aime leurs films, mais je me fous un peu de savoir comment ils sont fabriqués. Quant aux prix de la boutique, glups. Heureusement que le joli Totoro blanc est un arrosoir (dont je n'ai pas l'utilité) plutôt qu'une théière (dont j'aurais eu vachement envie). J'aime bien prendre le métro aérien et regarder défiler les rues de Paris en contrebas. Le Comptoir du Square: un peu paumé au milieu de nulle part, mais burgers fantastiques, serveuse charmante, déco sympa et mojito plus qu'honorable. Idée géniale: vu qu'on n'a plus grand-chose à faire, et si on décalait notre départ pour arriver à Bruxelles à une heure semi-décente? "Désolée, mais le bus de 16h30 est complet." Je déteste quand la réalité contrecarre mes plans. WHSmith pratique vraiment des prix affreux. Mobilisation générale: on aura au moins chopé une géocache dans le week-end. Non seulement la Fnac Champs-Elysées est méga déprimante, mais impossible de trouver le poche que je cherche dans son rayon livres microscopique. Je regrette TELLEMENT le Virgin Megastore! Un Monop' nous fournit notre dîner à emporter, et le Starbucks de la gare de Lyon a bien le thé vert jasmin/orange que j'adore et que j'ai cherché vainement à l'aéroport de Copenhague le mois dernier. Par contre, le wifi gratuit de la gare de Bercy qui nous annonce qu'on est connectés ment comme un futur président de la République en période électorale. Les minutes s'égrènent avec une lenteur d'escargot. Et loin d'être une aventure, le retour en IDbus ressemble plutôt à un semi-cauchemar: le wifi fonctionne hyper sporadiquement, je ne peux pas lire sinon j'ai mal au coeur, et je ne peux pas dormir non plus car les sièges sont encore plus raides et plus riquiquis qu'en classe éco dans un avion. La prochaine fois, si Chouchou se goure dans les billets, je divorce. 

CHALLENGE MINIMALISTE #20: Triez... vos vêtements d'été





L'objectif du jour:
Si vous en possédez peu ou que vous êtes pressé(e): débarrassez-vous de 6 vêtements d'été.
Si vous avez une grande garde-robe et la possibilité d'y passer un peu de temps: débarrassez-vous de 3 pièces d'été dans chacune des catégories suivantes:
- bas (jeans, autres pantalons, jupes...)
- T-shirts et chemisiers
- robes
- vestes, blousons, gilets

Les critères de sélection:
- Ce vêtement est-il à votre taille actuelle (+/- 3 kilos)?
- Vous plaît-il encore?
- Le trouvez-vous confortable?
- Vous met-il en valeur?
Si la réponse à une seule de ces questions est non, vous pouvez l'éliminer sans remords.

Que faire de ces vêtements s'ils sont encore en bon état? 
- pour les vêtements de marque, tenter de les revendre sur eBay ou dans une boutique de seconde main
- les proposer à bas prix lors d'une brocante ou un vide-grenier
- les donner à une association caritative
- organiser une troc party avec vos copines (mais attention à ne pas rentrer avec plus de choses que vous n'en aurez données!)